Littérature au Sénégal

Littérature au Sénégal

La littérature sénégalaise, comme l’histoire du pays, est celle des influences africaines, arabes et européennes, mélangées au désir de progrès et à la tradition populaire. Très vivante et productive, c’est l’une des plus importantes de l’Afrique francophone ; elle voit se mélanger les idéologies européennes, le désir de progrès et la nostalgie des traditions populaires.

leopold_sedar_senghor

Léopold Sédar Senghor, reçu à l’Académie Française en 1983.

Elle est dominée par les écrits de Léopold Sédar Senghor, ardent défenseur du concept de la République du Sénégal, qui sut allier la fonction publique à une carrière d’écrivain fécond.
Ses poèmes (Chants d’ombre, 1945 ; Hosties noires, 1948 ; Ethiopiques, 1956 ; Nocturnes, 1961) ont établi sa renommée tout autant que ses puissants essais : Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache de la langue française, 1948 ; Nations et voies africaines du socialisme, 1961-1964 ; Liberté I à V, 1964-1993.

L’essayiste Cheikh Anta Diop, dont l’oeuvre a contribué à un renouvellement de la pensée historique africaine, fut lui aussi un apôtre de la négritude : dans Nations nègres et Culture (1954) il souligne le fait que l’Homme est né en Afrique et que la culture occidentale a vu le jour en Egypte.

D’autres auteurs de la génération de ces deux grandes figures de la littérature sénégalaise ont également laissé des productions promues aujourd’hui au rang de « classiques » de la littérature africaine : Alioune Diop, créateur de la revue « Présence Africaine », Bakary Diallo (Force-Bonté, 1926, l’un des tout premiers romains africains), Birago Diop (Contes d’Amadou Koumba, 1947 ; Leurres et Lueurs, 1960), Ousmane Socé (Karim, 1935 ; Mirages de Paris, 1937), Abdoulaye Sadji (Tounka, 1952), David Diop (Coups de pilon, 1956), Ousmane Sembene (Les Bouts de bois de Dieu, 1960 ; Le Mandat, 1965 ; Xala, 1973), Lamine Diakhaté (La Joie d’un continent, 1954 ; Chalys d’Harlem, 1979), Cheikh Hamidou Kane (L’Aventure ambigüe, 1961).

A côté de Boubacar Diop (Le Temps de Tamango, 1981), toute une génération d’écrivains nés après 1945 donne aujourd’hui une nouvelle impulsion à la littérature sénégalaise : Cheikh C. Sow (Cycle de sécheresse, 1983), Amadou Lamine Sall (Mante des aurores, 1979).
A partir de 1976, on assiste à l’émergence des femmes écrivains : d’abord Mariama Bâ (Une si longue lettre, 1980), Aminata Sow Fall (Le Revenant, 1976), Nafissatou Diallo (De Tilène au Plateau, 1975) ; puis Ken Bugul (Le Baobab fou, 1982), Adja Ndeye Bouri Ndiaye (Collier de cheville, 1984), Catherine N’Diaye (Gens de sable, 1984).