FESTIVAL INTERNATIONAL DU SINE SALOUM ET DE LA CULTURE SERERE

FESTIVAL INTERNATIONAL DU SINE SALOUM ET DE LA CULTURE SERERE

FESTIVAL INTERNATIONAL DU SINE SALOUM ET DE LA CULTURE SERERE

26 mai 2017

FESTIVAL INTERNATIONAL DU SINE SALOUM ET DE LA CULTURE SERERE
Le promoteur déchire l’enveloppe du ministère de la Culture

Le ministère de la Culture et de la Communication vient de subir un véritable revers et pour cause. Le département croyait bien faire en octroyant un soutien au Festival international du Sine Saloum et de la culture sérère, de l’ordre de 200.000 francs (300 €), mais le promoteur de l’événement a purement et simplement rendu l’argent. Pour une manifestation dont le budget dépasse une dizaine de millions, Lionel Lopez ne comprend pas que la tutelle ne participe qu’à hauteur de ce montant.
«Ce que le ministère de la Culture nous offre, c’est une offense, un manque de respect et de reconnaissance». Cette phrase de Lionel Lopez, co-organisateur du Festival international du Sine Saloum et de la culture sérère, résume l’amertume qui l’anime largement, après avoir reçu le soutien que le ministère de la Culture a finalement bien voulu octroyer, ce, bien après le festival. En effet, une semaine après la tenue dudit festival (8 au 14 mai), Lionel Lopez a reçu l’enveloppe du ministère de la Culture. Une enveloppe de 200.000 F qu’il a jugée insignifiante.
C’est ainsi qu’il a écrit au ministre une lettre. Pour mieux camper le sujet, il revient sur les raisons de l’organisation d’un tel événement.
«Depuis le mois d’octobre, avec une campagne de communication sans précédent, tous les projecteurs sont braqués sur nous. Cette manifestation est devenue au fil des années l’évènement annuel incontournable de toute notre région. Toutes les télévisions étaient présentes pour la couverture,dont certaines diffusent à l’international, Rfi était également présente. Nous faisons un travail titanesque de promotion tant sur le plan culturel que touristique, pour le Sine Saloum et pour la destination Sénégal», précise celui qui s’est installé au Sénégal en 2006 et gère désormais un hôtel.
Et de poursuivre : «Nous avons déposé notre demande de soutien en bonne et due forme, et n’avons même pas reçu de réponse officielle négative ou positive. Le seul courrier officiel reçu du ministère était que notre dossier était transmis à la Direction des arts pour étude et que celle-ci reviendrait vers nous, le moment venu, pour une décision, décision que nous attendons toujours, malgré de multiples relances mails et téléphoniques».

«NOUS NE SOMMES PAS PROMOTEURS D’UNE SIMPLE SOIRÉE «LEMBEUL» OU «SABAR»

Ce qui irrite le plus Lionel Lopez, c’est la réaction tardive des services du ministère de la Culture et leur soutien «insignifiant».
«Quand vous nous annoncez, presqu’une semaine après la clôture du Festival, que votre ministère a décidé de nous soutenir à hauteur de 200.000 F Cfa, à se partager entre nos 2 comités d’organisation, soit 100.000 chacun, c’est que le ministère n’a vraiment pas pris la mesure de la portée de cet évènement inscrit depuis des années à l’agenda culturel national», lit-on dans la missive.
Lionel Lopez d’expliquer au ministère qu’il n’est pas dans l’amateurisme, mais dans l’organisation d’un festival. «Nous ne sommes pas promoteurs d’une simple soirée ‘’Lembeul’’ ou ‘’Sabar’’, mais d’un Festival d’une semaine, avec un immense programme culturel, social et promotionnel.
Nos besoins s’expriment enmillions. Rien que l’enveloppe distribuée aux 12 finalistes se monte à 1.550.000 francs Cfa, après il y a l’hébergement des journalistes, les artistes…», dit-il.

«LE SOUTIEN QUE VOUS NOUS PROPOSEZ, C’EST CE QUE NOUS ONT REMIS PLUSIEURS BOUTIQUIERS DE NDANGANE…»

Frustré par cette modique somme, Lionel Lopez va plus loin et assimile le soutien du ministre à ceux des commerçants qui lui ont apporté de l’aide. «Le soutien que vous nous proposez, c’est ce que nous ont remis plusieurs boutiquiers de Ndangane. (Quincaillerie Diallo : 100.000, Dépôt Alléluia : 100.000, Epicerie Issa Coly : 50.000, ou le Mauritanien : 50.000, et bien d’autres encore). N’y voyez aucune rancune, mais une grande amertume et une très forte incompréhension»,
poursuit-il.
Sur ce, il conclut : «en conséquence, je ne prendrai pas les 200.000 francs alloués et vous laisse le soin de les attribuer comme bon vous semble».

Samba THIAM