Le Baobab

Le Baobab
Le Baobab est l’emblème du Sénégal

Ordre angiosperme des Malvales
Famille des Bombacées (28 genres, 200 espèces)
Genre Adansonia

Le Baobab pousse dans les régions semi-arides de Madagascar (7 espèces recensées dont l’Adansonia fony), en Afrique (1 espèce l’Adansonia digitata) et en Australie (1 espèce).
Sa longévité est vertigineuse, 1 000 à 2 000 ans (6 000 ans prétendait Adanson) performance disputée par le séquoia et le cèdre japonais.
S’il peut atteindre 20 mètres de hauteur, il se tasse en vieillissant au profit de la largeur de son tronc qui peut approcher 30 mètres de circonférence, soit 9,5 mètres de diamètre.
Arbre bouteille, son tronc épais est constitué de tissus parenchymateux gorgés d’eau.
Le Baobab peut emmagasiner plus de 120 000 litres d’eau.
Les feuilles du baobab apparaissent irrégulièrement entre juillet et janvier.
Arrosé, le Baobab peut garder ses feuilles toute l’année.
La floraison a lieu généralement de mai à août, durant l’espace d’une seule nuit, pendant laquelle les amateurs nocturnes de nectar, notamment les chauves-souris, assurent la pollinisation.

Baobab
Le baobab et l’exploration européenne :

En 1445, les navigateurs portugais conduits par Gomes Pires abordent l’île de Gorée où Dinis Dias s’était arrêté l’année précédente, et découvrent gravées sur des arbres les armes de l’Infant Dom Henrique.
Le chroniqueur Gomes Eanes de Zurara rapporte la description de l’arbre

 » … De très grands arbres à l’aspect étrange, parmi lesquels il y en avait un dont le pied avait 108 empans de tour [soit environ 25 mètres]. Cet arbre n’a pas un tronc plus haut que le noyer, et de la partie fibreuse de son écorce on fait un très bon fil pour les cordages, et elle brûle pareillement à du lin.
Son fruit est semblable à des calebasses, dont les pépins sont comme des noisettes, et ils mangent ce fruit encore vert, et les pépins ils les font sécher et ils en conservent une grande quantité ; je crois que ce doit être pour leur nourriture après que le vert leur manque …  »
In Cronica dos feitos de Guiné – Lisboa 1453.

Dans la science occidentale, ce « calebassier » reprend ensuite le nom de « bahobab » qui désigne en arabe d’Egypte la pulpe ; de  » bu hibab « , le fruit aux nombreuses graines ou « lobab », noix ou amande (in De plantis Aegypti Liber de Prospero Alpina – Venise 1592).
Baobab est le nom utilisé en France dans l’encyclopédie publiée en 1751 par Diderot et d’Alembert, après que Michel Adanson en eût rapporté des échantillons et une description de son séjour à Saint-Louis du Sénégal en 1749 :

 » ... un arbre dont la grandeur prodigieuse attira toute mon attention. C’était un calebassier, autrement appelé pain de singe, que les Wolof nomment gouï dans leur langue (…). (Sans doute) l’arbre le plus utile de toute l’Afrique (…) l’arbre universel des nègres ... « 

Dans leur classification des plantes, Bernard de Jussieu du Muséum de Paris et Charles de Linné rendirent hommage au savant explorateur en donnant au baobab le nom latin d’Adansonia digitata.
Baptisé, l’arbre solitaire de la savane trouvait une famille, les bombacées, de bomba, idiome de la Guinée équatoriale, et faisait son entrée officielle dans la science.

Pourtant, l’abbé David Boilat décrit, comme pour la première fois, l’arbre déjà légendaire, lorsqu’il l’observe dans la région de Mbour :

 » ... (ils) y sont d’une grosseur surprenante et en grande quantité : j’en ai mesuré quelques-uns qui avaient de 60 à 90 pieds (20 à 30 mètres) de tour (…). Cet arbre est non seulement utile aux nègres, mais il leur est indispensable. De ses feuilles desséchées, ils font une poudre qu’ils appellent « lalo », qu’ils mêlent avec le kouskous. Ils se purgent avec ses racines ; ils boivent l’infusion chaude de son écorce pour se guérir des affections de poitrine. Le fruit, appelé  » pain de singe « , sert à cailler le lait et se mêle à la nourriture qu’ils appellent le « lack » ou « sanglé ». (…) cet arbre sert quelquefois de demeure aux Sérère Ils pratiquent tout simplement une ouverture dans sa circonférence pour servir de porte; ils ôtent l’espèce de moelle qui remplit l’intérieur du tronc. Ainsi vidé, l’arbre n’en subsiste pas moins. Ils y mettent du feu pour sécher l’aubier, et dans peu de temps, l’écorce, au lieu de s’arrêter en bourrelet, croît, s’étend et finit par recouvrir tout l’intérieur … »
In Esquisses sénégalaises  (1853).

Avant d’arriver à Joal, l’abbé visita un baobab d’une grosseur extraordinaire d’environ 26 mètres de tour.
Il y avait deux pièces qui servaient de case et de magasin à un nommé Amar Ngoné.

Aujourd’hui, la visite du grand baobab situé à 15 km de Joal, « le plus grand du Sénégal », nous apprend que le tronc de l’arbre s’ouvre et se referme naturellement, le temps de se voir confier la dépouille d’un griot ou autre personnage d’exception sur le plan social.
Le baobab pharmacien, cosmogonique, totem. Africain, il est essence de lumière, mais son branchage est cagneux et angoissé, son tronc est monstrueux et stigmatisé.
Sénégalais, le Baobab inspire poésies, légendes, rites et dévotion.

Pratiquement pas utilisé pour la construction et la menuiserie, sauf peut-être, faute de mieux et à sa mort, pour les pirogues à cause de sa légèreté, son écorce sert à la fabrication des cordes et des fils à tisser avec la partie interne de son écorce.
Son bois est aussi matière première pour le papier d’emballage et, plus noble, convient pour la fabrication de certains instruments de musique. Ressources et abri, l’arbre intègre sa magie à la vie et à la mort des hommes.

BaobabPharmacopée

Selon Jean-Pierre Denis et Abdoulaye Camara (Gesproc) toutes les parties de l’arbre constituent des médicaments.
Les feuilles sont notamment utilisées comme antidiarrhéique, fébrifuge, anti-inflammatoire et antifilarien.
La poudre de feuilles desséchées est antianémique, antirachitique, tonique, émollient, anti-dysentérique, antiasthmatique et antirhumatismal.
La pulpe peut combattre la diarrhée, la dysenterie, la variole et la rougeole.
L’écorce est fébrifuge et anti-inflammatoire pour le tube digestif. La fibre du fruit (en décoction) est emménagogue et antidiarrhéique.

Garde-manger

Riche en calcium, en fer, en protéines et en lipides, les feuilles sont consommées en bouillies ou, séchées (lalo ou alo), mélangées à des céréales ou des sauces.
Les graines contiennent de l’huile alimentaire et peuvent être consommées grillées. Riches en phosphate, elles entrent dans la fabrication de savons et d’engrais.
La pulpe du fruit (pain de singe) peut être mangée crue mais est utilisée en bouillie pour confectionner des boissons pour les enfants ; mélangé avec de l’eau, ce breuvage s’apparente au lait de coco avec un goût de citron vert.
La coque du fruit est utilisée comme récipient. Lorsqu’elles ne sont pas mangées cuites, les racines des jeunes plants se dégustent comme des asperges.

BaobabArchitecture sociale

S’il n’est pas utilisé comme sépulture pour des griots, d’habitation ou de cabane pour ranger les outils et instruments qui ne servent que ponctuellement, le Baobab sert d’exutoire ou de confident : en appuyant les deux mains sur son tronc, l’homme fait vœu de sacrifice contre sa malédiction.

Point de repère pour les voyageurs, point de rassemblement pour les villageois en palabre, quand il ne sert pas à l’homme, l’arbre offre l’hospitalité aux animaux de la savane : lézards, margouillats, serpents, oiseaux, mammifères, …

L’absence de jeunes pousses à ses côtés renforce l’image de solitude et de force qu’il inspire.
L’absence de plainte durant sa longue vie au service de l’Afrique force le respect, provoque l’imaginaire et inspire de la compassion : ainsi, quand Albert Londres (in Terre d’Ebène – 1928) décrit le Baobab, c’est l’Afrique souffrante qu’il décrit :

 » … géant désespéré, il est manchot et tortu. Il tend ses moignons face au ciel, comme pour en appeler au Créateur de la méchanceté des bourreaux qui l’ont crucifié. On sent qu’il pousserait des cris déchirants s’il avait la parole et qu’il ferait des gestes de détresse si la nature lui avait donné le don du mouvement … « 

Pour Senghor aussi, les bras des baobabs se tordent d’angoisse.
Enfin, le Créateur l’aurait planté à l’envers, las de l’entendre se plaindre !
Dans un bulletin du comité d’études historiques et scientifiques de l’AOF publié en 1926, l’administrateur des colonies Michel Perron rapporte que le village de Toumbou-bâ tient sa notoriété des vertus de son baobab.

 » ... C’est lui (le baobab) qui détient le véritable droit d’asile. Ce n’est que dans le creux de son tronc et sous ses branches que personne ne peut plus être insulté ni frappé.
En dehors de toute superstition et légende, ce baobab est de forme très curieuse, même pour ceux qui en ont déjà vu quelques milliers d’autres.
Il se compose, en réalité, de deux gros baobabs jumelés par la partie arrière, subsistant d’un autre baobab qui devait être, celui-là, de circonférence formidable, et qui a dû, au cours des âges, se creuser intérieurement sous l’action de l’humidité et de la pluie jusqu’à pourrir aux trois-quarts.
Sur cette partie arrière, vestige du tronc de l’ancêtre, est poussé un troisième baobab, plus jeune et moins développé encore que les deux premiers.
Enfin un fromager a également poussé sur les racines extérieures du groupe, accolé au tronc du baobab de gauche.
Sur le faîte de cet ensemble gigantesque, c’est un enchevêtrement de branches inextricable. A terre, c’est un autre enchevêtrement de racines noueuses et serpentantes. Entre les deux grands baobabs actuels et dans la partie restante du colosse défunt, s’est creusée une niche naturelle semblable à celle d’une statue de saint dans une de nos chapelles. Un petit autel de pierre est placé dans cette niche.
Voici la légende du baobab racontée par les habitants de Tombou-bâ : ce baobab est venu ici, transporté dans les airs d’un village nommé Balou qui existait autrefois sur la rive orientale du fleuve. Les ancêtres des habitants actuels reçurent l’ordre de suivre le baobab jusqu’à l’endroit où il s’arrêterait. Mamadou Monécata était alors le chef de clan. On ne peut pas dire à quelle époque cela se passe. Un second baobab de Balou partit aussi dans les airs à la suite de celui-ci. Il retomba au village actuel de Faraba (à 200 kilomètres environ). Mais il ne se développa pas outre mesure et n’a pas acquis de pouvoir bien grand. Une partie des émigrés de Balou demeura à l’endroit de la chute et fonda Faraba. C’est pourquoi il y a aussi des Monécata à Faraba, parents de ceux de Toumbou-bâ.
Mamadou Monécata s’arrêta avec ses gens à Toumbou-bâ où tomba et reprit racines le vrai baobab sacré. Il fonda ce village. A sa mort, on l’enterra sous l’arbre. On connaît l’endroit du tombeau, bien que l’on ignore la date d’existence de ce grand aïeul.
Des abeilles avaient suivi, dans le tronc du baobab, mais à sa chute, elles sont parties vivre dans les rochers du marigot voisin. Il n’y a que les gens de Toumbou-bâ qui peuvent prendre ce miel.
Celui qui égratigne l’écorce du baobab meurt dans l’année. Toute écorchure à l’écorce fait sortir du sang. Si l’on casse certains fruits (pains de singe), on y trouve des cheveux humains. Autrefois, quelqu’un voulut monter à l’arbre et y planta des échelons : il mourut sur le coup. On voit encore des traces de cet essai d’ascencion. Une grosse branche cassée, tombée à terre et entièrement desséchée, donne encore fleurs et fruits, auxquels personne ne touche (il est exact qu’en décembre, elle avait encore des bourgeons).
On ne peut ni frapper ni insulter qui cherche asile sous les branches ou dans les cavités du baobab. Au moment de la circoncision, jusqu’à la fin de l’accomplissement de la fête rituelle, il pleut sur le village et cependant c’est la saison sèche. Durant les tam-tams de circoncision, des serpents sortent du baobab et tournent au milieu du cercle des exécutants.
Les femmes stériles viennent appuyer leurs mains contre l’arbre à l’endroit de la cavité en forme de niche. Elles font vœu de sacrifice au baobab, ou bien de donner son nom à leur enfant. Si elle n’exécutent pas leurs vœux assez vite, les enfants meurent.
Telle est la légende du baobab de Toumbou-bâ.« 

L’interprète de l ‘administrateur des colonies qui rapporte cette légende, un Toucouleur du Sénégal et musulman, tint paraît-il à marcher sur le baobab en l’écorchant. Mais les habitants avaient une réponse toute faite :  » les pouvoirs du baobab ne valent pas sur les Blancs ni sur les Musulmans « 

© Dominique Moiselet – 1998

Baobab

TÉLÉGRAMME DE DAKAR

Dans le noir, le soir,
auto dans la campagne.
Baobabs, Baobabs,
baobabs,
Plaine à baobabs.

Baobabs beaucoup baobabs
baobabs
près. loin, alentour,
Baobabs, Baobabs.

Dans le noir, le soir,
sous des nuages bas, blafards, informes,
loqueteux, crasseux,
en charpie, chassés vachement
par vent qu’on ne sent pas,
sous des nuages pour glas,
immobiles comme morts sont les baobabs.

Malédiction!
Malédiction sur CHAM!
Malédiction sur ce continent!

Village
village endormi
village passe

De nouveau dans la plaine rouverte: Baobabs
Baobabs baobabs baobabs
Afrique en proie aux baobabs!

Féodaux de la Savane. Vieillards-Scorpions.
Ruines aux reins tenaces. Poteaux de la Savane.
Tams-tams morbides de la Terre de misère.
Messes d’un continent qui prend peur
Baobabs.

Village

Noirs
Noirs combien plus noirs que de hâle
Têtes noires sans défense avalées par la nuit.
On parle à des décapités
les décapités répondent en  » ouolof « 
la nuit leur vole encore leurs gestes.
Visages nivelés, moulés tout doux sans appuyer
village de visages noirs
village d’un instant
village passe

Baobab Baobab
Problème toujours là, planté.
Pétrifié – exacerbé
arbre-caisson aux rameaux-lourds
aux bras éléphantiasiques, qui ne sait fléchir.

Oh lointains
Oh sombres lointains couvés par d’autres
Baobabs
Baobabs, Baobabs, Baobabs
Baobabs que je ne verrai jamais
répandus à l’infini. Baobabs.

Parfois s’envole un oiseau, très bas, sans élan,
comme une loque
Un Musulman collé à la terre implore Allah
Plus de Baobabs.

Oh mer jamais encore aussi amère
Le port au loin montre ses petites pinces
(escale maigre farouchement étreinte).

Plus
plus
plus de baobabs
baobabs
baobabs
peut-être jamais plus
baobabs
baobabs
baobabs.

HENRI MICHAUX

1 Comment so far

Commencez une conversation

PAS ENCORE DE COMMENTAIRES !

Commencez une conversation.

Only registered users can comment.