Ethnies au Sénégal

Ethnies au Sénégal

Comment définir une « ethnie » ?

Selon le dictionnaire Larousse, il s’agit d’un « groupement humain possédant une structure familiale, économique et sociale homogène, et dont l’unité repose sur une communauté de langue, de culture et de conscience de groupe« .

Au Sénégal, les ethnies sont nombreuses sur un territoire restreint et l’on distingue des sous-groupes à l’intérieur de plusieurs d’entre elles.

Liste alphabétique des ethnies rencontrées au Sénégal :

  • Badiaranké : Population répartie sur un petit territoire au sud-est du Sénégal, en Guinée et en Guinée-Bissau. Leur nom provient du Mont Badiar et la région s’appelle le Badiar. La population totale est estimée à 12 200 individus. Ils pratiquent différentes religions (Islam, Christianisme, Animisme).
  • BaïnoukPopulation initialement forestière (estimée à 34 500 individus) répartie en Casamance, en Guinée-Bissau et en Gambie. Les Baïnouks composeraient la population la plus ancienne du Sénégal. Ils pratiquent différentes religions (Islam, Christianisme, Animisme).
  • Balantes : Population répartie sur la Casamance, la Guinée-Bissau et la Gambie. En 1988, leur population était estimée à 54 398 individus. Ils pratiquent différentes religions (Islam, Christianisme, Animisme).
  • Bambaras : Population mandingue établie principalement au Mali et dont la langue est le bambara. Ils sont aussi implantés au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, en Gambie, en Guinée,  en Guinée-Bissau, en Mauritanie, au Niger et au Sénégal. En 1988, leur population vivant au Sénégal était estimée à 91 071 individus. Ils pratiquent différentes religions (Islam, Christianisme, Animisme).
  • Bandials : Population établie en Casamance dont la langue commune est le bandial. La population était estimée à 10 125 individus en 2012.
  • Bassari : Population établie principalement sur les plateaux du Sénégal oriental et dans le nord de la Guinée. Selon certains scientifiques, les Bassari seraient apparentés aux Bantous d’Afrique centrale et australe. En 2014, leur population était estimée à 17 000 individus. Ils pratiquent les religions traditionnelles (animisme).
  • Bayot : Population implantée en Casamance, en Gambie et en Guinée-Bissau. Leur langue commune est le bayot.
  • Bédik : Population établie en altitude dans le sud-est du Sénégal (arrondissement de Bandafassi), à proximité de la Guinée. Les villages d’altitude, d’accès difficile, où vivent les Bédiks sont Elyés-Haut, Bantata, Inéré, Etyès-Bas, Mangamas, Andyèls, Etyowars, Iwol, Landinis, Andiels, Bandafassi ou Ibel. Leur population était estimée à 3 375 individus en 2002. Leur langue commune est le bédik. Implantés dans une région de faible islamisation, les Bédiks ont une religion propre associant les croyances traditionnelles au catholicisme (Ils croient en un dieu créateur et à la résurrection des corps après la mort. Quelques-uns sont chrétiens et une case-église a été construite à Iwol).
  • Coniaguis : Population établie au Sénégal et en Guinée, au Nord-Ouest du Fouta Djallon, dans une région de basses collines. Ils émigrent vers les centres urbains de Guinée et du Sénégal, ne restant majoritaires que dans une région géographiquement très restreinte, autour de l’ancienne préfecture Youkounkoun, dans le nord de la Guinée. Leur langue commune est le coniagui parlée par 23 670 personnes , dont 18 400 au Sénégal (estimation de 2007) et 5 270 en Guinée (estimation de 2001).
  • Diakhankés : Etablis au Sénégal, en Guinée, au Mali et en Gambie, ils sont d’origine soninké et appartiennent au groupe des Mandingues. Leur population est estimée à 70 000 personnes. Ils pratiquent l’Islam.
  • Diola :
  • Européens :
  • Jalonké :
  • Karones :
  • Khassonkés :
  • Laobés :
  • Lébous :
  • Libanais :
  • Malinkés :
  • Mancagnes :
  • Mandingues :
  • Manjaque :
  • Maures :
  • Maures Darmanko :
  • Ndut :
  • Niominka :
  • Nones :
  • Papel :
  • Peuls :
  • Sérères :
  • Soninkés :
  • Toucouleurs :
  • Wolofs :

voir :