Les Arts

Littérature

La littérature sénégalaise, comme l’histoire du pays, est celle des influences africaines, arabes et européennes, mélangées au désir de progrès et à la tradition populaire. Très vivante et productive, c’est l’une des plus importantes de l’Afrique francophone ; elle voit se mélanger les idéologies européennes, le désir de progrès et la nostalgie des traditions populaires.

leopold_sedar_senghor

Léopold Sédar Senghor, reçu à l’Académie Française en 1983.

Elle est dominée par les écrits de Léopold Sédar Senghor, ardent défenseur du concept de la République du Sénégal, qui sut allier la fonction publique à une carrière d’écrivain fécond.
Ses poèmes (Chants d’ombre, 1945 ; Hosties noires, 1948 ; Ethiopiques, 1956 ; Nocturnes, 1961) ont établi sa renommée tout autant que ses puissants essais : Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache de la langue française, 1948 ; Nations et voies africaines du socialisme, 1961-1964 ; Liberté I à V, 1964-1993.

L’essayiste Cheikh Anta Diop, dont l’oeuvre a contribué à un renouvellement de la pensée historique africaine, fut lui aussi un apôtre de la négritude : dans Nations nègres et Culture (1954) il souligne le fait que l’Homme est né en Afrique et que la culture occidentale a vu le jour en Egypte.

D’autres auteurs de la génération de ces deux grandes figures de la littérature sénégalaise ont également laissé des productions promues aujourd’hui au rang de « classiques » de la littérature africaine : Alioune Diop, créateur de la revue « Présence Africaine », Bakary Diallo (Force-Bonté, 1926, l’un des tout premiers romains africains), Birago Diop (Contes d’Amadou Koumba, 1947 ; Leurres et Lueurs, 1960), Ousmane Socé (Karim, 1935 ; Mirages de Paris, 1937), Abdoulaye Sadji (Tounka, 1952), David Diop (Coups de pilon, 1956), Ousmane Sembene (Les Bouts de bois de Dieu, 1960 ; Le Mandat, 1965 ; Xala, 1973), Lamine Diakhaté (La Joie d’un continent, 1954 ; Chalys d’Harlem, 1979), Cheikh Hamidou Kane (L’Aventure ambigüe, 1961).

A côté de Boubacar Diop (Le Temps de Tamango, 1981), toute une génération d’écrivains nés après 1945 donne aujourd’hui une nouvelle impulsion à la littérature sénégalaise : Cheikh C. Sow (Cycle de sécheresse, 1983), Amadou Lamine Sall (Mante des aurores, 1979).
A partir de 1976, on assiste à l’émergence des femmes écrivains : d’abord Mariama Bâ (Une si longue lettre, 1980), Aminata Sow Fall (Le Revenant, 1976), Nafissatou Diallo (De Tilène au Plateau, 1975) ; puis Ken Bugul (Le Baobab fou, 1982), Adja Ndeye Bouri Ndiaye (Collier de cheville, 1984), Catherine N’Diaye (Gens de sable, 1984).

Musique

Grâce à la popularité du mbalax (et plus particulièrement de son chantre : Youssou Ndour), la musique sénégalaise est plus connue que celle de la plupart des pays africains.
Le tambourinage sabar est particulièrement apprécié.
La musique du Sénégal doit ses origines aux chants des griots (qui chantaient les louanges des rois et des puissants).
Le Théâtre national Daniel Sorano de Dakar regroupe des artistes sénégalais.
La généraion suivante de chanteurs va, à son tour, accaparer cette tradition tout en lui donnant un style plus moderne.

Instruments de musique typiques au Sénégal :

  • Balafon
  • Bombolong
  • Bougarabous
  • Djembé
  • Ekonting
  • Gongoba
  • Junjung
  • Kora
  • Sabar
  • Séoruba
  • Tama
  • Xalam

Quelques artistes sénégalais :

Musique sénégalaise d’influence traditionnelle (mbalax, percussions, kora, etc…) :

Musique sénégalaise d’influence moderne (hip-hop, rnb, reggae, etc…) et jeunes talents :

Musique d’influence cubaine (salsa, ngueros, etc…) :

Cinéma

Le cinéma sénégalais est l’un des plus anciens et des plus dynamiques du continent africain. Il est actuellement pénalisé par le très faible nombre de salles de projection au Sénégal ; en conséquence, les productions sénégalaises sont souvent mieux connues à l’étranger.

Les productions les plus représentatives des films tournés au Sénégal incluent :

Borom Saret (1962), est considéré comme le premier film tourné en Afrique subsaharienne par un Africain.

1962 : Borom Saret (Le Bonhomme charrette) d’Ousmane Sembène
1966 : La Noire de … d’Ousmane Sembène (Prix Jean-Vigo), sans doute le premier long-métrage africain
1968 : Le Mandat d’Ousmane Sembène (Prix de la Critique Internationale au Festival de Venise)
1973 : Touki Bouki de Djibril Diop Mambéty
1992 : Hyènes de Djibril Diop Mambéty
2001 : Karmen de Joseph Gaï Ramaka
2002 : Mme Brouette de Moussa Sène Absa
2004 : Molaadé d’Ousmane Sembène

Chaque année en décembre, et depuis 1999, le Festival international du film de quartier (FIFQ) est la vritrine des meilleurs productions sénégalaises du cinéma, de la télévision et du multimédia.
Compte tenu du manque de criant de salles de cinéma à Dakar, les projections ont lieu en différents endroits de la ville (Institut français Léopold Sédar Senghor, restaurants, …). Le prix décerné dans chaque catégorie est « l’Ebène ».

Théâtre

Le théâtre sénégalais a révélé de nombreux auteurs : Birago Diop (L’Os de Mor Lam, 1977), Bilal Fall (L’Intrus, 1981), Abdou Anta Kâ (la Fille des dieux, Les Amazoulous, 1972 ; Gouverneur de la rosée, 1972), Mbaye Gana Kébé (L’Afrique a parlé, 1970 ; L’Afrique une, 1974 ; Notre futur enfant, 1976), Cheik Aliou Ndao (L’Exil d’Albouri, 1967 ; le Fils de l’Almamy, 1973 ; Du sang pour un trône, 1983), Marouba Fall (Chaka ou le Roi visionnaire, 1984).

Douta Seck dans « La Tragédie du Roi Christophe » d’Aimé Césaire.

Le Théâtre National Daniel-Sorano joue un rôle important : danses traditionnelles, musique, troupes de ballets, représentations théâtrales s’y succèdent.

Douta Seck, célèbre acteur sénégalais, a créé de grands rôles tels que celui du roi Christophe, dans la tragédie d’Aimé Césaire.

Peinture

Depuis le XIXème siècle, les artistes sénégalais marquent un engouement pour les représentations naïves de la vie quotidienne figées sur une plaque de verre, les sous-verres ou suuwer ou fixés.

La technique particulière consiste à étaler les couches de peinture dans l’ordre inverse de celui retenu pour la réalisation d’une toile. L’artiste commence donc par signer puis représente ses personnages et finalement le décor.

Largement proposés aux touristes à Dakar, l’acheteur ne trouvera guère dans la rue que des copies réalisées au calque. Les oeuvres de valeur sont à rechercher dans les expositions des galeries d’art, comme celles de Mbengue, de Serine Diagne ou de Germaine Anta Guaye.

Esquisses Sénégalaises

Abbé Boilat.

Un des premiers sénégalais à s’assimiler à la culture française, il fut le premier africain à étudier la culture et la société africaine du point de vue d’un occidental.

L’Abbé David Boilat naquit en 1814 à Saint-Louis d’un père français et d’une mère signare, il fit partie d’un groupe de jeunes sénégalais choisis par des enseignants missionnaires pour étudier en France dans le but de se préparer au travail d’enseignant au Sénégal.
Ayant reçu l’ordination en France en 1841, il retourna au Sénégal deux ans plus tard pour prendre en charge en 1843 à la demande du gouverneur Bouët-Willaumetz la direction de l’Enseignement.

Après avoir fondé un collège secondaire, il eut de nombreux problèmes avec le personnel de l’établissement. L’institution cessa d’exister en 1849.
Transféré en 1845, Boila quitta l’établissement, accusé de conduite immorale. Pendant son séjour à Saint-Louis et plus tard, dans l’île de Gorée, il étudia l’histoire et les sociétés de l’intérieur.
Son oeuvre, qu’il illustra lui-même de beaux dessins, fut publiée sous le nom « Esquisses Sénégalaises » (1853).
Cet ouvrage développe aussi la philosophie d’assimilation de Boilat.
L’Abbé Boilat parle couramment le wolof et le sereer et dispose d’une très bonne connaissance des populations.
Il peut-être considéré comme le premier écrivain sénégalais francophone.

Divers

Le Sénégal est vraisemblablement – en Afrique – le pays où se retrouvent les plus grands créateurs artistiques du continent – tous domaines confondus.
Citons par exemple le kinésithérapeute-sculpteur Ousmane Sow dont les oeuvres monumentales ont été exposées à travers le monde, des stylistes de mode telles que Collé Sow Ardo, reine du pagne tissé et ambassadrice de la mode sénégalaise et africaine, l’insolite graffeur en fresques murales Papisto Boy pour qui les murs du quartier de Bel-Air sont devenus les supports de sa conception de l’humanité, Bandia Camara – capable de concevoir un superbe mobilier avec des os, des cornes et des calebasses, l’inclassable Joe Ouakam dont la grande silhouette dégingandée arpentant les rues du centre de Dakar n’est pas sans évoquer un Jacques Tati tropical…

PAS ENCORE DE COMMENTAIRES

Commencez une conversation

PAS ENCORE DE COMMENTAIRES !

Commencez une conversation.

Only registered users can comment.