Les Religions au Sénégal

Les Religions au Sénégal

Les religions au Sénégal sont au nombre de trois :

L’Islam
Mosquée de la Divinité à Ouakam

Mosquée de la Divinité

L’Islam qui est en progression régulière à travers toute l’Afrique de l’Ouest est la religion de près de 95% de la population sénégalaise, affiliés dans leur immense majorité au soufisme.

L’islamisation du territoire actuel du Sénégal commença au XIème siècle avec l’arrivée des Almoravides (secte musulmane et dynastie qui régna sur le Nord-Ouest de l’Afrique et sur une partie de l’Espagne aux XIème et XIIème siècles).

 

Les confréries musulmanes au Sénégal :
  • Mouridisme
  • Layène
  • Qadiriyya
  • Tidjane.

Cette islamisation se poursuivit à partir de la fin du XIXème siècle avec l’apparition des grandes confréries musulmanes : les Mourides et les Tidjanes. Cette islamisation contribua à la lutte contre le colonialisme français.

L’école autonome des Mourides (signifiant en arabe « les aspirants ») fut fondée par le marabout Ahmadou Bamba et cette confrérie regroupait 400 000 talibés (fidèles) à sa mort en 1927.
Cheikh  Ahmadou Bamba repose dans la ville de Touba qui est devenue un lieu de pèlerinage (le Magal).

La confrérie des Tidjanes fut fondée au début du XXème siècle par El Hadj Malik Sy.
Cette sensibilité regroupe le plus grand nombre de fidèles au Sénégal.

Le « Gamou » est le pèlerinage annuel qui commémore la naissance d’El Hadj Malick Sy.
Il est organisé à Tivaouane.

Les marabouts :

Selon la foi musulmane au Sénégal, les marabouts ont le pouvoir de guérir les maladies et de garantir le salut des fidèles. La fonction de marabout se transmet de père en fils.

Le marabout doit enseigner et conseiller les fidèles, bien connaître le Coran, présider des cérémonies et fabriquer des amulettes pour attirer la chance.

Il vit des donations et l’obligation de lui venir en aide se transmet de génération en génération au sein des familles.

Le Christianisme

Le christianisme pratiqué par moins de 5% de la population sénégalaise fut introduit par les missionnaires portugais en Casamance puis par les prêtres français.
Actuellement ce christianisme regroupe le catholicisme et le protestantisme.

Cathédrale du Souvenir Africain à Dakar

Cathédrale de Dakar

 Le catholicisme au Sénégal :

Les catholiques du Sénégal sont principalement regroupés au sud du pays en Casamance, en pays Sérère et dans les principales villes du Sénégal (Dakar, Saint-Louis, …), ils effectuent leur pèlerinage à Popinguine.

La cathédrale (Cathédrale du Souvenir Africain) de Dakar fut érigée au début du XXème siècle par le père Daniel Brottier, fondateur des orphelins apprentis d’Auteuil.

 

Les principaux lieux de culte catholiques sont :

La cathédrale de Dakar
La cathédrale de Saint-Louis du Sénégal
L’Abbaye de Keur Moussa
Keur Guilaye
Popenguine
L’Eglise Saint-Charles-Borromée (Gorée)

Le Sénégal dispose de sept diocèses à travers le pays :
  • Archidiocèse de Dakar
  • Diocèse de Kaolack
  • Diocèse de Kolda
  • Diocèse de Saint-Louis du Sénégal
  • Diocèse de Tambacounda
  • Diocèse de Thiès
  • Diocèse de Ziguinchor

 

Père Daniel Brottier, Aumônier pendant la première guerre mondiale

Père Daniel Brottier, Aumônier pendant la première guerre mondiale

Grandes figures du catholicisme au Sénégal :

Hyacinthe Thiandoum(1921 – 2004), cardinal, archevêque de Dakar de 1962 à 2000.
Théodore Adrien Sarr(1936 – ), cardinal sénégalais, archevêque de Dakar depuis 2000.
Propser Dodds(1915 – 1973), père de la congrégation du Saint-Esprit, évêque de Ziguinchor et de Saint-Louis du Sénégal.
Anne-Marie Javouhey(1779 – 1851), fondatrice de la congrégation des Soeurs de St.-Joseph de Cluny.
David Boilat, abbé, (1814 – 1901), l’un des premiers prêtres indigènes et écrivains sénégalais à décrire son temps.
Arsène Fridoil, abbé, (1815 – 1852), fut également l’un des premiers prêtres indigènes du Sénégal. Il fut curé de Gorée.
Daniel Brottier(1876 – 1936), fut un missionnaire spiritain français, devenu ensuite directeur de l’oeuvre des Orphelins apprentis d’Auteuil, béatifié par Jean-Paul II le 25 novembre 1984.

Le protestantisme au Sénégal :

Il existe une Eglise Protestante du Sénégal dont les premiers jalons furent posés en 1863.
Récemment, les attaques contre les églises chrétiennes évangéliques et autres lieux de culte de diverses sectes issues du protestantisme se sont multipliées. Elles sont le fait de populations accusant les responsables de ces églises de détourner les jeunes de l’islam vers leur secte.

Eglises protestantes à proximité de Dakar :
  • Église Baptiste de Dakar (E.B.D) N°26 Rue 1 x j. Derrière le marché Castor
  • Église évangélique Keur Jamm Grand Yoff, Dakar
  • Mission évangélique Foursquare au Sénégal Villa 10006 Sacré-Cœur 3
  • Église d’évangélisation Mondial Bethel Dakar, Sacré-Cœur
  • Fraternité évangélique du Sénégal (F.E.S)
  • Église chrétienne rachetée de Dieu n° 35, la zone de captage, derrière hôpital général de Grand Yoff, Dakar
  • Église évangélique de Dakar (E.E.D) Rue 11, Villa 4237 Amitié 2 Zone B
  • Mission Internationale de la Vie (M.IV)
  • Communauté chrétienne évangélique (C.C.E) Liberté 1
  • Église Mayina Liberté 6, Dakar
  • Église de la Grâce Internationale Nord-Foire Diamalaye Dakar
  • Église de Christ HLM (derrière Elton Colobane)
  • Église Shalom Vdn Sacré-Cœur : pasteur Handy KING
  • Église méthodiste de Grand Yoff
  • Église méthodiste unie Grand-Yoff et Nord-Foire, Dakar
  • Église de Dieu
L’Animisme au Sénégal

Malgré la prépondérance des deux grandes religions (Islam et Christianisme, les croyances animistes sont profondément enracinées chez les Sénégalais et on constate la survivance de certains rites des religions traditionnelles.

L’animisme attribue une âme à chaque objet, plante, être vivant. C’est ainsi que quatre éléments fondamentaux composent la nature : l’eau, la terre, l’air et le feu, tous sous le contrôle d’un être suprême avec cependant des dieux intermédiaires aux fonctions spécifiques et associés à l’un de ces quatre éléments.

Le domaine du sacré n’est pas accessible au commun des mortels et des intermédiaires sont donc nécessaires : les ancêtres du village. Les marabouts et les griots peuvent communiquer avec ces défunts…

Les rites spécifiques : C’est ainsi que pour faire pleuvoir, les Wolof et les Lébou font appel au Bawnane, sorte de sorcier, qui réunit la population et organise une procession afin d’invoquer les dieux. Tous se rendent vers la mer où ils jettent des offrandes de mil, de maïs et de lait caillé.

Cette croyance reste particulièrement vivante en Basse-Casamance ainsi qu’au Sud du Niokolo-Koba.

Sibulumbaï Diédhiou, Roi d'Oussouye

Le Roi d’Oussouye

Le royaume d’Oussouye, en pays Diola (Basse Casamance) a à sa tête un roi, actuellement Sibulumbaï Diédhiou qui fut intronisé en 2001, 17 ans après la mort de son prédécesseur Sibacouyane Diabone.

Désigné par les anciens, il provient de l’une des trois principales familles d’Oussouye.

Le roi réside dans le bois sacré de la commune.

Chef religieux, spirituel et traditionnel des diolas animistes du groupe des Floups, le roi d’Oussouye est chargé de veiller à la paix et à la cohésion sociale. En cas de conflit, son rôle consiste à jouer le médiateur.

Le roi veille également à ce que tous ces sujets aient à manger, distribuant le riz issu des champs royaux. A la fin de l’hivernage, en septembre ou début octobre, se tient la grand fête annuelle (Houmabeul).

1 Comment so far

Commencez une conversation

PAS ENCORE DE COMMENTAIRES !

Commencez une conversation.

Only registered users can comment.