Histoire de la Casamance

Histoire de la Casamance

Sans doute chassés par les Mandingue de l’empire du Mali durant leur conquête de l’Ouest, au XIVème siècle, les Diola fondent des royaumes le long du fleuve Gambie avant d’aborder la Casamance rendue difficile d’accès par ses marécages et sa faune dangereuse. La structuration de la société Diola en Casamance commença au XVème siècle. La remontée du fleuve par les Portugais fut contemporaine (1457).

  • Au XVIème siècle, le Kaabu, état mandingue du nord de la Guinée se délivra de sa tutelle malienne et devint un puissant royaume guerrier sur une partie de la Moyenne-Casamance. Pendant les trois siècles qui suivirent, les Diola mirent à profit leur excellente connaissance de ce territoire particulier pour s’isoler des étrangers qui ne représentaient à leurs yeux que violence et mort.
  • En 1645, le portugais Gonçalo Gamboa Ayala fonda le comptoir de Ziguinchor, et la traite des esclaves dont la capture fut confiée aux ethnies belliqueuses devint l’une des activités lucratives permise par la navigabilité du fleuve. C’est ainsi que les Diola furent pourchassés jusqu’en Basse-Casamance par les Mandingue.
  • En 1838, les Français fondèrent leur comptoir de Sedhiou afin d’exploiter l’arachide puis, par la suite, le caoutchouc.
  • Le 13 mai 1886, la France déjà implantée à Karabane (1836) et à Sedhiou reçut du Portugal Ziguinchor.
  • Le 10 août 1889, l’Angleterre abandonna ses droits sur la Casamance.
  • Une résistance des ethnies guerrières à la présence française, sans pour autant l’assistance des populations Diola qu’elles pourchassaient, nécessita une grande vigilance de la puissance colonisatrice, particulièrement à l’est de Ziguinchor.
  • Bien que n’apportant pas leur appui à des hommes tels que Fodé Sylla, Ibrahima Njaay ou Fodé Kaba, les Diola s’insurgèrent dés 1857 contre la présence française et attaquèrent Karabane en 1858, tuant le capitaine Protet (fils de l’amiral) d’une flèche empoisonnée. Le capitaine Protet dont la tombe est toujours visible au cimetière de Karabane fut enterré debout.
  • La résistance active harcela les colons jusqu’en 1914 et ne s’arrêta jamais complètement après (emprisonnement du roi de Mlomp en 1942 puis déportation à Tombouctou de la rebelle Alinsitouë).

Les royaumes au cœur de la Basse-Casamance

La Casamance est le Pays des Diola, mais de nombreux groupes se partagent le territoire et parlent des dialectes différents.
Au milieu du XIVe siècle, deux peuples vivent en Casamance occidentale.

Les Baïnouk

Les Baïnouk seraient le peuplement le plus ancien. Ils seraient venus de l’est, chassés par les Malinké du Gabou et obligés de s’installer dans la Casamance actuelle.
Au XVIIe siècle, plusieurs royaumes Baïnouk formaient un grand Etat à cheval sur la Casamance entre les fleuves Gambie et Cacheu. Mais au XVIIIe siècle, ce royaume subit les assauts des Diola à l’ouest, des Malinké à l’est et des Balant au sud.

La société Bainouk est masculine. Elle se divise en trois classes d’âge : la petite initiation à l’occasion de la circoncision, la grande initiation vingt ans après et ceux qui n’ont pu être initiés.
L’économie rurale était basée sur l’exploitation des parcelles individuelles et des champs collectifs dont les produits étaient répartis par le Chef du village. Les Bainouk cultivaient du riz, un peu d’arachide et recueillaient la cire d’abeille qu’ils vendaient aux européens.

Ils croient en un dieu créateur tout puissant, Dino, qui se manifeste aux hommes sous l’apparence de Kempo un masque incarnant l’âme collective du groupe. Il réside dans le bois sacré et initie les circoncis à son secret ce qui justifie son autorité virile sur les femmes.

Les Diola

Les origines des Diola sont peu connues car en milieu païen les gardiens de la tradition préservent leurs secrets. Si la société Diola a évolué, elle a gardé sa structure fondamentale, ne comporte ni esclaves ni castes et perpétue ses mœurs et ses nombreuses coutumes restées vivaces.

L’unité de base est la famille, autrefois retranchée dans une maison collective pour des raisons économiques et de sécurité. Hostile à toute discipline extérieure au clan, le Diola est individualiste, mais dans le cadre très précis fixé par la tradition et la religion, deux domaines qui se confondent ici.

L’animisme Diola est une véritable religion au service d’un dieu créateur dont l’énergie cosmique habite toute chose et toute créature vivante.

D’innombrables esprits, les Boekin assurent le lien entre les hommes et Dieu, peuplent les maisons, les villages, les rizières et les forêts.

Le prêtre du culte, appelé Oeyi, est l’intermédiaire entre les croyants et les Boekin.

Son influence dépasse largement le domaine spirituel car les obligations ou interdits qu’il dirige, contrôlent la vie sociale et la vie personnelle, assurent l’ordre et la morale ou défendent les intérêts matériels du groupe. Il est avant tout un garant de la paix et un médiateur. Il ne juge jamais ni ne sanctionne. C’est Dieu qui s’exprime à travers les Boekin.

Dans les années 1920 apparaissent les prophétesses ou reines. Elles sont les porte-paroles de la divinité, telle Aline Sitoé Diatta, faiseuse de pluie et grande visionnaire.
Les cérémonies et les rites de la circoncision rythment la vie du Diola.

Elles ont des conséquences sociales essentielles : entré jeune homme dans le bois sacré, le Diola en ressort homme accompli, modelé par les leçons de la tradition et prêt à les transmettre.