Us et Coutumes au Sénégal

Us et Coutumes au Sénégal
Les Anglais (inventeurs du tourisme moderne au XIXe siècle) disposent de ce dicton : « When in Rome, do as the Romans do !« . Il serait bon alors d’avoir les atouts nécessaires à une adaptation sénégalaise de cet adage qui deviendrait : « Au Sénégal, faites comme les Sénégalais…« .

Il est utile – afin de ne pas choquer les populations locales – d’accorder une attention particulière aux points suivants :

  • Les salutations qui sont ici très importantes : « Bonjour, ça va bien ? », « Nangadef », « Salam Aleikum » sont des expressions faisant partie du quotidien et que l’on adresse même à de parfaits inconnus. Il est également de bon ton de s’enquérir de l’état de santé de la famille (que l’on ne connait d’ailleurs peut-être pas). Les personnes âgées suscitent le plus grand respect en Afrique.
  • Les repas à l’occasion desquels il n’est pas rare de constater que les hommes mangent avant les femmes et les enfants, accroupis au sol sur une natte (se laver les mains car il n’y a souvent pas de couverts, se déchausser avant d’approcher la natte et ne pas utiliser la main gauche qui est réservée à d’autres circonstances…).
  • Le thé, dont le cérémonial des trois verres peut prendre facilement une heure et auquel il serait parfaitement discourtois de se dérober.
  • La tenue vestimentaire a également une grande importance. Gardons à l’esprit qu’une majorité écrasante de la population (95%) est musulmane. Il n’est donc pas souhaitable d’exhiber des tenues normales pour des vacances en Europe mais considérées comme indécentes sinon insultantes en Afrique de l’Ouest : shorts pour les femmes, mini-jupes, bras nus, et en général toutes tenues « débraillées » qui, si elles sont acceptées chez nous et contribuent à donner « un genre », vous dévaloriseront totalement au Sénégal. Est-il nécessaire de préciser que le « topless » est parfaitement inacceptable sur les plages sénégalaises (alors qu’il est tout à fait normal de donner le sein à un bébé sur la voie publique…).
  • La religion est omni-présente dans la vie des Sénégalais. Ne pas s’étonner donc des ablutions dans la rue, des prières un peu partout – y compris sur le lieu de travail et pendant l’activité professionnelle – et des appels du muezzin à la prière relayés par des hauts-parleurs.
  • La mendicité, l’un des cinq « piliers » de l’Islam.

En règle générale, les Sénégalais sont très aimables et courtois et n’en attendent pas moins de vous.

Au Sénégal, deux piliers de la société sont la famille et la religion.

La spiritualité est une donnée nécessaire à la compréhension de la société sénégalaise.
Avant l’islamisation, l’animisme était partagé par toutes les ethnies, en plus des croyances traditionnelles propres à chacun de ces groupes. De nos jours, l’Islam est la principale religion du Sénégal avec environ 95% de musulmans. Les chrétiens représentent à peu près 4% de la population. Un certain syncrétisme entre l’Islam et les croyances animistes et traditionnelles persiste encore, de façon plus ou moins forte selon les ethnies. C’est pourquoi environ 15% des Sénégalais pratiquent également une religion traditionnelle.

L’Islam et le Christianisme (principalement le catholicisme romain) cohabitent très bien ensemble. Les musulmans sénégalais ont conservé et intégré de nombreuses pratiques animistes anciennes ayant marqué la culture et la mentalité des Sénégalais.

Les Wolof sont totalement islamisés. L’Islam a été largement adopté par les Lébou, les Peul et les Soninké. Les Diola sont en grand nombre catholiques bien que beaucoup d’entre-eux aient conservé des convictions animistes.
Les Sérère constituent la seconde communauté catholique du Sénégal. D’autres populations peu nombreuses, comme les Karoninka, les Pepel et les Mankagne ont adopté la religion catholique. Dans la grande famille des Madingue, les Malinké sont considérés comme les grands sorciers du Sénégal, même s’ils sont musulmans. L’Animisme est également présent chez les peuples Tenda Bedik et les Coniagui.

Dans les grandes villes telles que Dakar et Saint-Louis, certaines personnes sont habillées à la mode occidentale (et particulièrement les sénégalais de confession catholique). Autrement, l’habit traditionnel (le boubou et le pagne) reste le plus courant. L’apparence vestimentaire ainsi que le style de coiffure et l’éventuel port de bijoux sont très symboliques de la classe sociale et de l’âge.

Le boubou est porté aussi bien par les femmes que par les hommes.
Chez la femme, il a la forme d’une tunique largement ouverte sur les côtés, avec une encolure assez généreuse glissant sur l’épaule. Il peut être une tenue quotidienne ou un vêtement d’apparat pour les fêtes de familles ou religieuses, selon la richesse du tissu et la coupe. Certains boubous sont brodés au niveau de l’encolure et du dos ainsi que sur les poches des boubous masculins.
Chez l’homme, le boubou diffère au niveau de l’encolure qui n’est plus ronde mais triangulaire.

Quelques mots en Wolof :

Bonjour : Salamalicoume
Comment vas-tu ? : Nangadef
Je vais bien : Maguifirèke
Quoi de neuf ? : Loubess
Tu t’appelles comment ? : No toudou
Merci : Dieurdieuf
Merci dieu : Lhamdolilah
De rien : Dou dara
Pardon : Balama
Bonne nuit : Fananal djam

PAS ENCORE DE COMMENTAIRES

Commencez une conversation

PAS ENCORE DE COMMENTAIRES !

Commencez une conversation.

Only registered users can comment.