Karabane

Karabane

Karabane, histoire et art de vivre

600 habitants.
Atmosphère indéfinissable.

Ancrée dans l’estuaire de la Casamance, l’île de Karabane offre aux visiteurs des paysages de carte postale : une longue plage bordée de cocotiers, de filaos et de petites cases alignées sur de larges rues tracées par les colons.
A l’origine, Karabane était ponctuellement fréquentée par les sujets Diola du village de Cagnout à qui elle appartenait par tradition.

En 1830, un métis martiniquais, François Baudin, s’y installe avec ses frères. Ils font défricher et cultiver les rizières par les esclaves Diola, captifs des guerres inter-villages et installent des fours à chaux.

Le 22 janvier 1836, l’administration coloniale signe une convention avec le Roi du Cagnout : Karabane devient alors une possession française en échange d’une rente annuelle. L’assentiment de la population, insécurisée par les incursions incessantes des pirates, est acquis.

Mais le frère de François Baudin, Jacques, qui lui avait succédé, est relevé de ses fonctions le 1er mars 1848. Il est remplacé en 1849 par Bertrand Bocandé, négociant français établi depuis peu à Ziguinchor et en 1860, à la suite d’une intervention militaire, Karabane sera entière propriété de la France.

Sous l’impulsion de Bocandé, l’escale de Karabane devient un comptoir dynamique : établissement d’un tracé cadastral, octroi de concessions pour les Goréens et les Saint-Louisiens attirés par le commerce en Casamance, aménagement d’un débarcadère permettant aux gros navires d’accoster.
L’arrivée à Karabane des Sénégalais du Nord ainsi que celle des maisons de commerce, suivant de près celle des Francais, attire Wolof, Serere, Toucouleur et Manding. Ces traitants nouent des relations commerciales avec les commerçants de l’estuaire. Des villages sont créés : Elinkine dès 1840, la Pointe Saint-Georges, Loudia Wolof, Diahène Wolof, Boucotte Wolof.

Karabane joue alors un rôle important dans la pénétration coloniale française. Elle devient un centre administratif, un lieu de transaction et de commerce, y compris d’esclaves et, enfin, une base militaire d’où partent les « expéditions punitives » contre les Diola.

Mais à partir des années 1900, le transfert de l’administration au profit de Sedhiou puis de Ziguinchor, porte un coup fatal au développement de Karabane : l’île va passer de 3000 habitants à 132 en 1963 ; elle en compte 600 de nos jours.

Aujourd’hui, Karabane, chargée de ce prestigieux passé, est devenue un lieu de repos remarquable. La beauté du site, la douceur du climat, les promenades possibles en bateau dans les marigots voisins, la pêche, en font un centre de tourisme. Artistes peintres, stylistes créateurs, sculpteurs, dans leur case en bordure du fleuve, exposent leurs œuvres très personnalisées aux visiteurs de plus en plus nombreux. Ils viennent séjourner sur l’île, dans des campements pour pêcher, ou à l’hôtel, ancienne maison catholique, pour s’y reposer.

La reconstruction  du débarcadère a donné à Karabane un nouvel élan avec l’escale de la liaison maritime Dakar – Ziguinchor.

A voir :

  • Sur le front du fleuve, le wharf qui achève de se désagréger.
  • Les vestiges du fort français.
  •  L’église bretonne.
  • Le cimetière français où le capitaine Protet fut enterré debout, face au rivage.
  • L’ancienne esclaverie.


Agrandir le plan


Accès aux pages des principaux villes & villages du Sénégal :

PAS ENCORE DE COMMENTAIRES

Commencez une conversation

PAS ENCORE DE COMMENTAIRES !

Commencez une conversation.

Only registered users can comment.