Guet Ndar, quartier des pêcheurs

Guet Ndar, quartier des pêcheurs

Guet Ndar est le quartier des pêcheurs de Saint-Louis.

 

Les milliers de pirogues stationnées sur la plage de ce coin de la Langue de Barbarie permettraient de faire transiter 30 000 tonnes de poisson chaque année.

Le quartier de Guet Ndar est très peuplé (une des plus fortes concentration humaine au monde) et très vivant.

Une telle concentration nécessite de la part des habitants de développer des qualités telles que le mutualisme, l’altruisme, l’honnêteté, la loyauté dans les rapports, la gestion collective et associative des problèmes sociaux, la dignité et la sincérité, … et …. c’est ce qui est fait !

L’ensemble urbain, assez anarchique, est composé d’un nombre incalculable de baraques et de petites maisons bordant une des deux avenues ou bien les ruelles perpendiculaires non goudronnées.
Ici, presque personne ne possède de titre foncier car tout un chacun est convaincu d’être le propriétaire de son terrain puisqu’il était déjà le bien des ancêtres …
Ceci n’est pas un fait nouveau, puisque, avant l’Indépendance (1960), l’administration coloniale considérait que le quartier entier était un territoire coutumier.

Un peu partout, le bétail (moutons et volailles) vit en semi-liberté, zigzaguant entre les voitures, les camions frigorifiques, les transports en communs, les calèches et les centaines de piétons.

Ici, le quotidien est rythmé par l’unique ressource : le poisson, mais également par l’appel du muezzin des mosquées réparties dans ce quartier.
La population de Guet Ndar est à 100 % musulmane.
La population masculine est presque exclusivement constituée de pêcheurs qui partent souvent plusieurs jours de suite pour pêcher au large car la ressource halieutique de proximité s’est considérablement effondrée pendant les vingt dernières années, pour cause de surpêche par les chalutiers européens et asiatiques.

Beaucoup de femmes se consacrent, en plus de la tenue du foyer, à la vente du poisson ainsi qu’à d’autres activités dérivées de la pêche : le séchage, le salage, …

La vie des enfants (très nombreux, car les garçons feront les équipages de demain à bord des pirogues) est faite de jeux sur les deux plages (côté océan et côté « petit bras » du fleuve Sénégal),  de fréquentation des écoles (coranique et primaire) ainsi, et surtout pour les filles, des différentes tâches nécessaires à la bonne tenue de la maison.

Pour le visiteur de passage à Saint-Louis, la visite (pédestre ou en calèche) est incontournable pour qui veut voir « vivre » l’Afrique authentique et colorée.
Autre spécificité : le cimetière des pêcheurs où de nombreuses tombes sont couvertes de … filets de pêche.

Ruelle de Guet Ndar

Ruelle de Guet Ndar

La plage de Guet Ndar

La plage de Guet Ndar

Déchargement d'une pirogue à Guet Ndar

Déchargement d’une pirogue à Guet Ndar


voir :