Transports au Sénégal

Transports au Sénégal

Avion : Sénégal Airlines est la compagnie nationale. Elle assure des vols vers les principales villes sénégalaises, et quelques villes d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique Centrale.
Les lignes Dakar-Paris et Dakar-Bruxelles sont également disponibles en partenariat avec les compagnies de renommée Brussels Airlines et Corsair International.
+ d’infos : senegalairlines.aero

Depuis l’Europe, il est également possible de rejoindre Dakar par les compagnies régulières : Air France,  Iberia, TAP, Royal Air Maroc, Air Algérie, Tunisair, … ainsi que par plusieurs compagnies « charter ».

Il existe également des compagnies privées de location d’avion, vous permettant d’affréter des aéronefs de type léger, pour des déplacements à l’intérieur du pays, mais également en Afrique, en Europe et au Moyen Orient.
+ d’infos : arcenciel-aviation.com

Et une société de taxis aériens, qui vous épargnera des trajets par la route, parfois longs et épuisants.
+ d’infos : aerotaxi-senegal.com

Réseau routier : Le réseau routier du Sénégal est globalement satisfaisant en terme de qualité (10 000 km de pistes et 4 800 km de routes bitumées), n’exigeant la conduite de 4 X 4 que dans des lieux reculés, ou bien sur pistes à la saison des pluies (juin à septembre). Le code de la route est semblable à celui que nous connaissons en France ou en Belgique, avec … des tolérances locales. L’état du parc automobile, bien qu’en nette amélioration ces dernières années, justifie de ne pas prendre la route – hors agglomération – à la nuit tombée (des véhicules automobiles ou hippomobiles circulant sans éclairage …). Les zones touristiques de Saly et de Cap Skirring ont bénéficié d’une remise à niveau des infrastructures routières, de l’éclairage et de la sécurité.

Taxis : Moyen de transport urbain le plus pratique, ils peuvent charger plusieurs clients allant dans la même direction. A Dakar et environs, le prix se négocie avant le départ (afin d’éviter les mauvaises surprises). Officiellement, les compteurs (quand ils existent) sont souvent « gâtés » (= en panne). Prenez soin de vous munir de petite monnaie car, et c’est un problème national, les commerçants en sont trop souvent dépourvus.
Nombreux »taxis » clandestins (les « clandos »)

Bus : Bon réseau à Dakar, mais c’est souvent la cohue…. Si le receveur est à l’autre bout du bus, vous ferez passer le montant du billet de passager à passager et ….. la monnaie vous reviendra de la même manière.

Car Rapide ...

Car Rapide …

« Cars Rapides » : Camionnettes n’ayant de « rapide » que le nom….. Sans fenêtres vitrées (pour assurer une forme simplifiée de climatisation …), bariolées et portant des inscriptions à caractère religieux, elles sillonnent les banlieues dakaroises où elles font partie intégrale du paysage urbain.

Taxis-brousse : Il s’agit de 404 ou 504 Peugeot « familiale » ayant déjà parcouru plusieurs fois l’équivalent du tour de la planète …… A moins que vous soyez disposé à payer pour les sièges encore vides, le taxi-brousse (7 passagers + le chauffeur) ne partira qu’une fois plein, il est donc hors de question de parler d’horaires ou de ponctualité. Supplément à payer pour les bagages.

Cars de brousse : Rarement utilisés par les européens car il faut beaucoup de motivation pour les emprunter (pannes fréquentes, voyageurs mis à contribution pour pousser le véhicule, etc.). Il est bon de se munir d’une bouteille d’eau et d’un sandwich pour la route ….

Car de brousse ou "Ndiaga Ndiaye"

Car de brousse ou « Ndiaga Ndiaye »

L’auto-stop : Non pratiqué par les Européens.

Train : Le réseau ferré sénégalais s’étant détérioré avec les années et ne restent que le train de banlieue (Dakar – Rufisque) et le Dakar – Bamako.
Le train Dakar-Bamako fut construit par l’administration française à la fin du XIX et début XXème siècle. Le projet de construction avait pour but de transporter rapidement des troupes et d’exporter les ressources naturelles du pays vers le port de Dakar. La ligne mesure au total 1 287 km dont 641 km s’étendent au Mali. La liaison Dakar-Bamako fut inaugurée le 1er janvier 1924.

Depuis octobre 2003, les gouvernements du Sénégal et du Mali ont confié la gestion du réseau à un consortium franco-canadien (Canac-Getma) nommé Transrail. Les gouvernements ont imposé le maintien du service voyageurs. Ce dernier, se résume à une liaison Dakar-Bamako aller et retour par semaine. La rame quitte Dakar le samedi vers 13h50 pour arriver à Bamako le lundi soir ou le mardi matin, le tout dans un « confort » très … spartiate. La vitesse maximum est de 65 km/h. Le train repart vers Dakar le mercredi.

Arrivée du train en provenance de Dakar à Bamako

Arrivée du train en provenance de Dakar à Bamako

Bateau : La Chaloupe de Gorée qui relie le port de Dakar à l’île de Gorée en 20 minutes (horaires et tarifs)

Croisière fluviale sur le fleuve Sénégal : Le Bou El Mogdad fut construit en Hollande pour les « messageries du Sénégal ». De 1950 à 1970, il assura le transport de marchandises et de personnes entre Saint-Louis et le nord du pays dans la région du fleuve. Ceci incluait des transferts via Richard Toll, Rosso, ville frontalière entre la Mauritanie et le Sénégal, Podor, Kaedi, Matam, Bakel, jusqu’à Kayes au Mali.

Le bateau représentait alors à cette époque un outil plus qu’indispensable pour le transport de courriers, vivres, eau et matières premières dans les comptoirs coloniaux, le transport routier et ferroviaire étant inexistant.

En 1975, le Bou el Mogdad devint un bateau de tourisme après avoir été abandonné pendant quelques années le long des quais de Saint-Louis du Sénégal. En 1980 le bateau effectua des croisières entre Saint-Louis et Podor, puis quitta le fleuve Sénégal en 1982 suite à la construction du barrage de Diama. Il effectua des croisières en Casamance, en Sierra Léone, en Guinée Bissau et dans le Siné Saloum.

La Croisière du Bou El Mogdad sur le fleuve Sénégal

La Croisière du Bou El Mogdad sur le fleuve Sénégal

En 2005, Jean-Jacques Bancal et plusieurs associés décidèrent de le racheter et de le ramener dans ses eaux d’origine. Le retour du Bou, au terme d’un périple de 300 kilomètres, constitua un évènement pour tous les habitants de la région du fleuve. Le 7 novembre 2005, la croisière inaugurale fut organisée. Et le bateau navigue désormais toutes les semaines sur le fleuve, d’octobre à mai, entre Saint-Louis et Podor.

La liaison maritime Dakar – Ziguinchor (Casamance) est assurée deux fois par semaine par le ferry « Aline Sitoe Diatta » dans un excellent confort. Horaires et tarifs

En Casamance, ou sur le bord des fleuves (Casamance, Saloum, Gambie, Sénégal, …) il vous est possible de louer la pirogue et … le piroguier.


Voir :

PAS ENCORE DE COMMENTAIRES

Commencez une conversation

PAS ENCORE DE COMMENTAIRES !

Commencez une conversation.

Only registered users can comment.