Papisto Boy, fresques murales à Dakar

Fresque murale de Papisto Boy sur un mur du quartier de Bel-Air à Dakar
Fresque murale de Papisto Boy sur un mur du quartier de Bel-Air à Dakar

Papisto Boy, de son vrai nom Pape Mamadou Samb, quitta le Sénégal rural pour se rendre à Dakar à l’âge de 10 ans, orphelin à la dérive. Il y vécut pendant quarante ans, au milieu d’une communauté de pêcheurs, à proximité immédiate des usines de la zone industrielle portuaire de Bel-Air. Samb était un célibataire endurci vivant dans un domicile composé d’une pièce unique avec juste assez de place pour y suspendre son hamac …. Les biens matériels ne l’intéressaient que peu car sa richesse, il la puisait dans sa dévotion sincère à Ahmadou Bamba, qu’il avait célébré dans sa peinture.

(Cliquer sur les vignettes pour les agrandir)

Photographies : Jean-Louis Delbende

Pape Mamadou Samb était un admirateur inconditionnel de Cheikh Ahmadou Bamba, le fondateur de la confrérie des Mourides. C’est ainsi qu’il expliqua peindre ses fresques murales par dévotion.

« Une nuit, j’ai rêvé que je faisais en cet endroit une peinture du Grand Cheikh, du Saint Homme, du Cheikh Ahmadou Bamba.
Dans mon rêve, la photo de Cheikh Ahmadou Bamba, donne du courage à ceux qui ont du mal à gagner leur vie, qui travaillent si dur mais gagnent si peu. Quand ils sont devant cette peinture, quand ils la voient là à l’entrée, je sais que ça leur donne la foi de rester en vie et de continuer à travailler. »

Pape était un autodidacte, inspiré par ses rêves et spirituellement guidé par Cheikh Ahmadou Bamba.
Son nom d’artiste était “Papisto Boy” et sa plus grande réalisation fut une fresque de 200 mètres de long sur les murs extérieurs d’une zone industrielle de Bel-Air.
Se référant à son œuvre, Pape Mamadou Samb parlait de “littérature” et de “poésie” et il souhaitait qu’elle contribue à donner force et courage à cette frange importante de la population dakaroise qui survit grâce à l’économie informelle. Il souhaitait également partager avec ce public sa connaissance de l’histoire mondiale.

Les relations de Papisto Boy avec les dirigeants de l’usine sur les murs de laquelle il avait créé sa fresque gigantesque ne furent pas bonnes. Le directeur de l’usine n’appréciait guère cette manifestation de populisme et avait menacé de faire effacer les peintures. Papisto Boy rétorqua alors que ce qui se passe à l’intérieur des murs est l’affaire de l’entreprise mais que, sur la face extérieure de cette enceinte, le monde appartient à la population de Bel-Air.
Pape Mamadou Samb, “Papisto Boy”, est parti en mars 2014 …

Retour haut de page