Le scandale de l’eau à Ndangane

Le scandale de l’eau à Ndangane

Le scandale de l’eau à Ndangane

24 juin 2020

Bonjour à tous

Je suis hôtelier à Ndangane (hôtel Les Cordons Bleus). Nous venons de rouvrir après 3 mois de fermeture. Nous allons certainement fermer définitivement étant dans l’incapacité d’accueillir nos client faute d’eau.

Depuis 3 ans et demi, le service de distribution d’eau est assuré par la SEOH (Société d’Exploitation d’Ouvrages Hydrauliques) et c’est un calvaire. Le service n’a jamais fonctionné, quand il y a de l’eau c’est entre 1h et 6 h du matin. Entre janvier et mai 2019 nous sommes restés déjà 4 mois sans une seule goutte. Nous étions dans l’obligation de leur acheter des citernes à prix d’or pour alimenter nos chambres et maintenir nos piscines à niveau :  25 000 cfa les 10 m3 alors que le m3 est facturé normalement 400 cfa. Après discussion avec la préfète de Fatick le prix a diminué à 15 000 cfa mais ça reste un sacré business pour eux.

En tant qu’hôtelier j’avais les moyens de me payer ce service pour pouvoir fonctionner, mais imaginez le sort des populations et en plus les puits sont à sec.
A ce jour, cela fait plus de 6 mois qu’il n’y a plus à nouveau aucune goutte, et ils ne sont même plus en état de fournir des citernes pour une panne de potence qu’ils sont incapables de réparer.

Pas d’eau en pleine pandémie, on se lave les mains comment ?? Avec du sable.
Pire encore, les compteurs tournent dans le vide, on nous facture de l’air.

Les autorités régionales et nationales sont au courant depuis le début mais rien ne bouge

Nous allons vers un cataclysme économique et social sans précédent. J’ai 15 employés et une cinquantaine de familles qui dépendent de la bonne santé de l’hôtel. Beaucoup de collègues ont mis la clé sous la porte et d’autres vont suivre.

Le Covid nous a mis un genou à terre mais c’est la SEOH qui est en train de nous tuer tous.

Leurs ingénieurs reconnaissent s’être planté dans l’installation et le matériel, des fonds ont été détournés, l’ancien chef de centre local est incarcéré.
Il ne s’agit même plus de violation de mission de service public ou d’escroquerie à la facturation, mais de la non-assistance à population en danger

Je les ai assignés en justice depuis un an, mais actuellement les tribunaux ne fonctionnent pas.

Je reste à votre disposition pour tous renseignements complémentaires si vous souhaitez relayer cette honte.

Cordialement

Lionel Lopez

(+221) 77 403 80 56

www.lescordons-bleus.com