L’Oeuvre de Léopold Sédar Senghor

Poète de langue française, Léopold Sédar Senghor publia :

  • Chants d’Ombre (1945)
  • Hosties Noires (1948)
  • Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache (1948)
  • Langage et poésie négro-africaine (1954)
  • Ethiopiques (1956)
  • Nocturnes (1961)
  • Élégie majeures (1979)

Dans son oeuvre, il s’est attaché à réhabiliter les valeurs culturelles africaines et à développer le concept de négritude.

En 1969, il fut reçu à l’Académie des Sciences Morales et Politiques (Paris) au siège précédemment occupé par Konrad Adenauer.
Premier africain à être élu à l’Académie Française en 1984, Léopold Sédar Senghor a longtemps représenté une certaine image de l’Afrique, même s’il fut parfois contesté par la jeune génération le considérant plus imprégné de culture blanche et de catholicisme que d’identité africaine.
Léopold Sédar Senghor se retira à Verson en Normandie (France).
Il s’éteint le 20 décembre 2001.

Femme nue, femme noire
Vêtue de ta couleur qui est vie, de ta forme qui est beauté
J’ai grandi à ton ombre; la douceur de tes mains bandait mes yeux
Et voilà qu’au cœur de l’Été et de Midi,
Je te découvre, Terre promise, du haut d’un haut col calciné
Et ta beauté me foudroie en plein cœur, comme l’éclair d’un aigle
Femme nue, femme obscure
Fruit mûr à la chair ferme, sombres extases du vin noir, bouche qui fais
lyrique ma bouche
Savane aux horizons purs, savane qui frémis aux caresses ferventes du
Vent d’Est
Tam-tam sculpté, tam-tam tendu qui gronde sous les doigts du vainqueur
Ta voix grave de contralto est le chant spirituel de l’Aimée
Femme noire, femme obscure
Huile que ne ride nul souffle, huile calme aux flancs de l’athlète, aux
flancs des princes du Mali
Gazelle aux attaches célestes, les perles sont étoiles sur la nuit de ta
peau.
Délices des jeux de l’Esprit, les reflets de l’or ronge ta peau qui se moire
A l’ombre de ta chevelure, s’éclaire mon angoisse aux soleils prochains
de tes yeux.
Femme nue, femme noire
Je chante ta beauté qui passe, forme que je fixe dans l’Éternel
Avant que le destin jaloux ne te réduise en cendres pour nourrir les
racines de la vie.

Extrait de “Œuvres Poétiques”
Le Seuil