Décision de Yamoussoukro : une croissance de 5% du trafic passager

Décision de Yamoussoukro : une croissance de 5% du trafic passager

Décision de Yamoussoukro : une croissance de 5% du trafic passager

18 février 2015

Raphael Kuuchi, vice-président pour Afrique de l’Association Internationale du Transport Aérien (IATA), vient d’indiquer que, si le pays appliquait la décision de Yamoussoukro, le Sénégal pourrait connaître une croissance de 5% sur le trafic passager dans l’aviation civile d’ici 2034. “Le Sénégal connaîtra une croissance plus rapide, à hauteur de 5%, avec une augmentation annuelle de plus de 3 millions de passagers supplémentaires d’ici 2034, ce qui devrait amener le nombre total de passagers à 5 millions“. Ces prévisions montrent que “le PIB du Sénégal devrait augmenter de 4,8% par an en moyenne au cours des 20 prochaines années, et au fur et à mesure que le pays s’enrichit, la tendance à voyager par avion va augmenter. … la population du Sénégal devrait augmenter de 64% au cours des 20 prochaines années“.

L’étude de l’IATA met également en avant les avantages attendus si le Sénégal décide d’appliquer la décision de Yamoussoukro. Les services additionnels générés par la libéralisation devraient créer “pour le Sénégal 8 000 emplois supplémentaires et 41 millions de dollars du PIB“…

D’ici à 2034, le nombre de passagers en provenance, à destination et à l’intérieur de l’Afrique connaîtra une croissance de 4,7%, … Avec la croissance du PIB africain à plus de 6% et un revenu par personne avoisinant 30% au cours de la dernière décennie, ce facteur a été déterminant dans la projection de croissance du nombre de passagers aériens africains… Il est prévu un total de 294 millions de voyageurs aériens africains d’ici 2034. Ce sont 294 millions d’opportunités qui serviront à créer de nouvelles opportunités d’affaires, établir des liens culturels, ouvrir de nouvelles liaisons commerciales ou élargir les perspectives scolaires et sociales.“, a indiqué M. Kuuchi.

A l’occasion du sommet de l’Union Africaine des 30 et 31 janvier 2015, les chefs d’Etat se sont tous mis d’accord sur la mise en œuvre intégrale et immédiate de la “Décision de Yamoussoukro”, afin d’améliorer la connectivité du transport aérien sur le continent africain et d’aboutir à l’établissement d’un marché unique de l’Afrique d’ici 2017. La Décision de Yamoussoukro engage les 44 pays signataires à déréglementer les services aériens et à ouvrir les marchés aériens régionaux à une concurrence transnationale.