Santé au Sénégal

Santé en Afrique

Le budget consacré aux dépenses de santé au Sénégal a atteint 169 milliards de FCFA (258 millions d’euros) en 2018, cependant le secteur nécessite une « nouvelle dynamique de financement ».

Les Sénégalais se portent mieux et vivent plus longtemps.

En 2016, l’espérance de vie moyenne à la naissance était de 67,15 ans pour la population globale – et le taux de prévalence du SIDA est l’un des plus faibles d’Afrique (0,9 %). Cependant de grandes disparités subsistent dans le pays, si l’on songe par exemple que 70 % des médecins et 80 % des pharmaciens et des dentistes sont installés dans la capitale, Dakar.

La population sénégalaise a souvent recours aux médecines traditionnelles, aux guérisseurs. A titre d’exemple, à Yoff (banlieue de Dakar), les maladies mentales sont traitées au cours d’une cérémonie traditionnelle, le “ndeup“.

Dès le XIXe siècle la France mit en place les bases d’une politique sanitaire, ne serait-ce que pour protéger ses propres ressortissants. L’accent fut tout particulièrement mis sur l’hygiène. L’avènement de l’AOF s’accompagna bientôt des structures nécessaires à la création d’un système de santé.
En 1905 un service d’Assistance Médicale Indigène (AMI) fut créé au Sénégal. Il était chargé d’apporter gratuitement aux populations les soins médicaux et les conseils d’hygiène, de promouvoir la vaccination et la protection maternelle et infantile.

Un décret de 1918 créa l’École de médecine de l’AOF, fondant ainsi le premier établissement d’enseignement supérieur en Afrique, qui forma jusqu’en 1953 581 médecins, 56 pharmaciens, mais aussi des infirmiers et des sages-femmes qui travaillant dans le cadre de l’AMI.

Entre les deux guerres apparut une notion nouvelle, celle de médecine préventive et sociale.

En 1942 les services de santé de l’AOF furent réorganisés et centralisés à Dakar. L’Inspection médicale des écoles fut créée.

Après la Seconde Guerre mondiale, l’opinion publique internationale se montra plus critique à l’égard de la politique coloniale, et les priorités furent recentrées sur la santé infantile. Des programmes furent mist en place pour lutter contre les grandes endémies.

L’Université Cheikh Anta Diop ayant été créée en 1957, l’École de médecine se transforme en Faculté de médecine en 1962.

Depuis l’indépendance le Sénégal est impliqué dans les grands programmes internationaux en faveur du développement et de la santé.

Aujourd’hui on ne meurt plus de faim au Sénégal, mais l’accès aux soins reste très inégal selon les régions et les revenus.

Vaccinations, paludisme, … :

Aucune vaccination obligatoire pour les visiteurs en provenance d’Europe mais il est conseillé d’être  protégé contre la fièvre jaune.
Traitement anti-paludéen fortement recommandé, consultez votre médecin avant le départ

Médicaments

Les principaux médicaments prescrits en Europe sont en vente dans les pharmacies des grandes villes et des grosses bourgades.
Dans les villages plus petits ou de moyenne importance, il y a très souvent des dispensaires d’état procurant les médicaments génériques tels que la nivaquine, les antibiotiques, les vitamines, les antifongiques, les anti-diarrhéiques, les antispasmodiques, les vaccins, etc…

Risques liés à l’alimentation

L’eau “du robinet” ne présente aucun risque au Sénégal.
Quant à la nourriture, des germes existent en Afrique qui sont inconnus en Europe.
La “tourista”, qui n’est pas très grave est un “point de passage” quasiment obligé pour le visiteur novice. Afin de l’éviter, prenez un soin particulier à laver et/ou éplucher très convenablement les fruits et salades.
Les glaçons et crèmes glacées sont peut-être à éviter (la “chaîne du froid” peut connaître des imperfections).
Il est recommandé d’emporter avec soi des médicaments anti-diarrhéiques et de se laver fréquemment les mains, particulièrement avant “passer à table”.

Conseils santé

SIDA : Selon ONUSIDA, une ONG des Nations unies, la proportion d’adultes (entre 15 et 49 ans) touchés par le virus du SIDA serait de 0,9 %, l’un des taux les plus faibles du continent. Cependant, on note une certaine disparité selon les régions du Sénégal. La Casamance est la région la plus touchée avec une prévalence de 2,0 % alors que nous observons une moyenne pondérée de 0,5 % dans les autres régions du Sénégal. Cette disparité peut être expliquée par le conflit en Casamance.

Selon ces mêmes sources, le nombre de personnes touchées par le VIH en 2005 est estimé à 61 000 (entre 29 000 et 100 000).

5 200 décès (entre 1 700 et 12 000) seraient imputables au SIDA au cours de l’année de référence.

Paludisme : Prévention du paludisme (malaria) : maladie parasitaire transmise par les piqûres de moustiques qui impose le recours à des mesures de protection individuelle (sprays, crèmes, diffuseurs électriques, moustiquaires…). A ces mesures, doit s’ajouter un traitement médicamenteux adapté à chaque individu : il convient de s’adresser à votre médecin habituel ou à un centre de conseils aux voyageurs. Le traitement devra être poursuivi après le retour en France durant une durée variable selon le produit utilisé. Classification : zone

Fièvre jaune : Le vaccin contre la fièvre jaune n’est plus obligatoire pour entrer au Sénégal, sauf pour les passagers provenant de zones d’endémie amarile. Mais cette vaccination demeure dans tous les cas très fortement recommandée. Dans la pratique, il peut arriver que les autorités sanitaires Sénégalaises exigent, à la frontière, la présentation du carnet de vaccination international, même pour des passagers en provenance de pays européens.

Rage : La rage sévit au Sénégal de manière endémique. Au mois de septembre 2004, un Français est décédé dans la zone touristique de Saly, après avoir contracté la rage transmise par un chien errant. Il est donc conseillé à toute personne de respecter les recommandations suivantes :
Pour les longs séjours : une vaccination antirabiques préventive est conseillée.
En cas de morsure ou de léchage par un animal suspect il est impératif de consulter un médecin qui procédera si nécessaire aux locaux (désinfection, vérification des vaccinations antitétaniques, etc) et à une vaccination curative pratique.
Pour les courts séjours : La vaccination préventive n’est recommandée que pour les séjours en conditions d’isolement (trekking, safari, randonnée, …) et en cas de contacts avec les animaux pour des raisons professionnelles (vétérinaires, …).
Dans tous les cas, il est conseillé de surveiller attentivement les enfants afin qu’ils ne s’approchent pas d’animaux inconnus et de faire vacciner les animaux de compagnie.

Méningite : Le Sénégal connaît épisodiquement des poussées endémiques de méningite, à partir de février mars jusqu’au printemps. Les cas s’observent principalement dans les régions orientales du pays, mais quelques cas sont signalés dans le centre du pays (Kaolack, Fatick) et à Dakar. Une campagne de vaccination a permis cependant une nette diminution.

Typhoïde : La fièvre typhoïde demeure endémique, avec l’apparition récurrente de cas, y compris à Dakar.

Le virus Chikungunya : Le risque d’infection par le virus Chikungunya est réel au Sénégal. Il est rappelé que cette maladie virale est transmise par les piqûres de moustiques : il convient donc de respecter les mesures habituelles de protection (vêtements longs, produits anti-moustiques à utiliser sur la peau et sur les vêtements, moustiquaires).

Choléra : Le choléra est une infection digestive bactérienne qui se transmet par ingestion d’aliments mal cuits (fruits de mer par exemple) ou souillés (fruits et légumes) et ingestion d’eau contaminée. Cette maladie, dite “des mains sales”, se traduit par des troubles digestifs (diarrhée aqueuse profuse, crampes abdominales) et parfois de la fièvre.

Afin de réduire les risques de contamination, il est recommandé de :

  • se laver les mains le plus souvent possible et à minima avant les repas et avant toute manipulation d’aliments,
  • veiller à la qualité des aliments (abstention de tout achat de nourriture dans les rues) et à leur bonne cuisson,
  • veiller à ne consommer que de l’eau embouteillée ouverte devant vous,
  • veiller à ne pas consommer de glace, glaçon, lait non pasteurisé ou non bouilli,
  • peler les fruits ou légumes,
  • éviter les crudités et les produits de la mer (coquillages).

Numéros utiles :

  • SOS Médecin : 33.889.15.15
  • SUMA : 33.824.24.18
  • Hôpital Principal de Dakar : 33.839.50.50
  • Clinique privée de la Madeleine : 33.889.94.70
  • Clinique Pasteur : 33.822.13.13
  • Clinique Casahous : 33.821.30.30 et 33.842.45.24
  • Clinique du Cap : 33.889.02.02

(Source : diplomatie.gouv.fr)

Retour haut de page