Ethnies au Sénégal

"Carte des peuplades du Sénégal" d'après l'abbé Boilat (1853)
"Carte des peuplades du Sénégal" d'après l'abbé Boilat (1853)

Comment définir une “ethnie” ?

Selon le dictionnaire Larousse, il s’agit d’un “groupement humain possédant une structure familiale, économique et sociale homogène, et dont l’unité repose sur une communauté de langue, de culture et de conscience de groupe“.

Au Sénégal, les ethnies sont nombreuses sur un territoire restreint et l’on distingue des sous-groupes à l’intérieur de plusieurs d’entre elles.

Liste alphabétique des ethnies rencontrées au Sénégal :

  • Badiaranké : Population répartie sur un petit territoire au sud-est du Sénégal, en Guinée et en Guinée-Bissau.
    Leur nom provient du Mont Badiar et la région s’appelle le Badiar. La population totale est estimée à 12 200 individus.
    Ils pratiquent différentes religions (Islam, Christianisme, Animisme).

  • BaïnoukPopulation initialement forestière (estimée à 34 500 individus) répartie en Casamance, en Guinée-Bissau et en Gambie.
    Les Baïnouks composeraient la population la plus ancienne du Sénégal.
    Ils pratiquent différentes religions (Islam, Christianisme, Animisme).
  • Balantes : Population répartie sur la Casamance, la Guinée-Bissau et la Gambie. En 1988, leur population était estimée à 54 398 individus. Ils pratiquent différentes religions (Islam, Christianisme, Animisme).
  • Bambaras : Population mandingue établie principalement au Mali et dont la langue est le bambara. Ils sont aussi implantés au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, en Gambie, en Guinée,  en Guinée-Bissau, en Mauritanie, au Niger et au Sénégal. En 1988, leur population vivant au Sénégal était estimée à 91 071 individus. Ils pratiquent différentes religions (Islam, Christianisme, Animisme).
  • Bandials : Population établie en Casamance dont la langue commune est le bandial.
    La population était estimée à 10 125 individus en 2012.
  • Bassari : Population établie principalement sur les plateaux du Sénégal oriental et dans le nord de la Guinée.
    Selon certains scientifiques, les Bassari seraient apparentés aux Bantous d’Afrique centrale et australe.
    En 2014, leur population était estimée à 17000 individus.
    Ils pratiquent les religions traditionnelles (animisme).
  • Bayot : Population implantée en Casamance, en Gambie et en Guinée-Bissau.

    Leur langue commune est le bayot.

Homme Bassari
  • Bédik : Population établie en altitude dans le sud-est du Sénégal (arrondissement de Bandafassi), à proximité de la Guinée.
    Les villages d’altitude, d’accès difficile, où vivent les Bédiks sont Elyés-Haut, Bantata, Inéré, Etyès-Bas, Mangamas, Andyèls, Etyowars, Iwol, Landinis, Andiels, Bandafassi ou Ibel. Leur population était estimée à 3 375 individus en 2002. Leur langue commune est le bédik. Implantés dans une région de faible islamisation, les Bédiks ont une religion propre associant les croyances traditionnelles au catholicisme (Ils croient en un dieu créateur et à la résurrection des corps après la mort. Quelques-uns sont chrétiens et une case-église a été construite à Iwol).
  • Coniaguis : Population établie au Sénégal et en Guinée, au Nord-Ouest du Fouta Djallon, dans une région de basses collines. Ils émigrent vers les centres urbains de Guinée et du Sénégal, ne restant majoritaires que dans une région géographiquement très restreinte, autour de l’ancienne préfecture Youkounkoun, dans le nord de la Guinée. Leur langue commune est le coniagui parlée par 23 670 personnes , dont 18 400 au Sénégal (estimation de 2007) et 5 270 en Guinée (estimation de 2001).
  • Diakhankés : Etablis au Sénégal, en Guinée, au Mali et en Gambie, ils sont d’origine soninké et appartiennent au groupe des Mandingues. Leur population est estimée à 70 000 personnes. Ils pratiquent l’Islam.
  • Diallonkés : Ils sont un peuple présent en Guinée, en Sierra Leone, au Sénégal et au Mali. À l’époque de l’empire du Mali, les Diallonkés vivaient sur les plateaux de l’actuel Fouta-Djalon et étaient agriculteurs. Pour les Diallonkés qui restent au Fouta-Djalon, certains se sont convertis à l’islam. Ceux qui ont refusé ont été réduits en captifs par les Peuls qui régnaient alors sur la région.
    De nos jours les Diallonkés pratiquent encore quelques rites anciens qu’ils ont conservés et sont presque tous musulmans. Mandingues, ils portent des patronymes tels que Cissé, Camara, Touré, Doucouré, Souaré, Soumaré, Diakité, Soumah etc.
    La hiérarchie sociale est la même que pour la plupart des ethnies mandingues : noblesse, artisans castés,  griots et autrefois les captifs.
    Comme toutes les ethnies africaines, les Djallonké pratiquent le culte des ancêtres.
    Ils parlent le Jalonké.
Homme diola - 1902
  • Diolas : Établis sur un territoire qui s’étend sur la Gambie, la Casamance et la Guinée-Bissau, les Diolas sont composés de plusieurs sous-groupes.
    Leur identité se caractérise par l’usage des langues diola et leur histoire marquée par leurs contacts avec les puissances européennes depuis 1456.
    Les Diolas sont principalement des riziculteurs et des récolteurs de vins de palme (Bunuck). Ils pratiquent les activités de chasse, d’élevage, de pêche, etc.
    Les fruits (mangue, orange, mandarine, ananas, papaye, goyave, pamplemousse, etc.) ainsi que les légumes sont également présents dans les milieux diolas. L’autosuffisance alimentaire est un aspect très important chez les Diolas…
    L’épargne occupe une place primordiale et permet de financer les besoins familiaux, communautaires ou des cérémonies religieuses. Les Diolas sont aussi composés de plusieurs sous-groupes : Ajamat, Kassa, Fogni, Bluff..
  • Européens :
  • Karones : Les Karones sont apparentés aux Diolas et vivent principalement en Casamance, sur la rive droite du fleuve Casamance et dans les îles de l’embouchure, mais aussi en Gambie. Ils représentent environ 2 % de la population du Sénégal.
    Leur langue est le Karone.
  • Khassonkés : Les Khassonkés sont un peuple mandingue vivant principalement dans la région de Kayes (Mali), en Mauritanie, au Sénégal et en Gambie.
    Selon le recensement de 1988 au Sénégal, les Khassonkés étaient 1 752.Les Khassonkés sont issus du métissage des Malinkés et des Peuls et font partie du groupe des Mandingues. Certains Khassonkés revendiquent leur origine peule ; c’est le cas des familles Diallo, Sidibé, Diakité, tandis que d’autres revendiquent leur origine malinké, c’est le cas des familles Sissoko, Konaté, Dembelé.
    Le mot “Khassonké” vient du mot “Khasso”, qui désigne en malinké la laine. Lorsque les Peuls vinrent s’installer chez les Malinkés, ils portaient sur eux des boubous en laine (khasso). Ce nom est donc resté et a été donné à la région. Khassonké signifie « porteur de khasso ».
    Soninkés, Bambaras, Malinkés, Peuls, Maures, Toucouleurs et Wolofs cohabitent avec les Khassonkés.
    Les Khassonkés sont des agriculteurs sédentaires, aujourd’hui tous musulmans
    Dans la famille traditionnelle, l’aîné appelé a toujours droit sur le cadet. C’est le patriarche qui est chargé des décisions importantes, et fait souvent partie d’un conseil chargé du maintien de l’ordre, de la productivité, du village. Les femmes jouent un rôle important :  éducation des enfants, tâches du quotidien, travaux champêtres. Elles participent peu à la vie politique.
    Les mariages ont souvent lieu entre cousins et cousines de la même famille. Les Khassonkés sont traditionnellement polygames. Le premier garçon de la famille porte le surnom de “Soma”, le deuxième “Tamba”, les garçons qui naissent ensuite n’ont pas de surnom. La première fille “Sira”, deuxième “Xoumba”, troisième “Finda”, quatrième “Takhi”, les filles qui suivent ne portent pas de surnom.
    L’excision des fillettes ne se pratique presque plus de nos jours et il existe de nombreuses dispositions de lutte contre cette pratique.
    Leur langue, le Khassonké, est très proche du Bambara.
  • Laobés : Les Laobés composent une communauté importante au Sénégal. Ils appartiennent à l’ethnie Peul et sont dispersés en Guinée, Sénégal, Mali et Mauritanie.
    Les Laobés sont des artisans spécialisés dans le travail du bois.
    Ils se subdivisent en deux groupes : les Lawbe lana vivant le long des fleuves, spécialisés dans la fabrication de pirogues, qui sont sédentaires, et les Lawbe worworbe qui fabriquent divers objets de la vie quotidienne (mortiers, pilons, cuillères, coupes, plats, instruments de musique, sièges etc.), qui sont nomades.
    Les Laobés sont réputés pour leur endogamie stricte.
    Ils sont très majoritairement musulmans.
  • Lébous : Les Lébous sont une communauté concentrée dans la presqu’île du Cap-Vert qu’ils habitaient déjà à l’arrivée des premiers colons. Ils sont également implantés sur la Petite Côte. Les lébous parlent le wolof.Ils sont aujourd’hui presque tous musulmans, mais ont conservé des pratiques propres à leur religion traditionnelle.
    Ils sont traditionnellement des pêcheurs et cependant certains pratiquent aussi l’agriculture.
  • Libanais : Le Sénégal compte une population libanaise numériquement importante ( 50 000 personnes). Les premiers libanais arrivèrent au Sénégal à l’époque coloniale. Une nouvelle vague est arrivée entre 1970 et 1980. Ils pratiquent aujourd’hui de nombreuses activités de commerce ou médicales.
  • Malinkés : Les Malinkés sont présents en Guinée, au Mali, au Sénégal, en Gambie et en Côte d’Ivoire.
    Le terme “Malinké” est synonyme de “Mandingue”.Les Mandingues ont donné naissance à des ethnies comme les Bambaras qui refusèrent l’islamisation et les Khassonkés issus d’un mélange de Peuls et de Mandingues.
    Les Malinkés étaient l’ethnie dominante de l’empire du Mali.
    L’organisation sociale repose sur la famille élargie, à tendance matrilinéaire, mais devenu patrilinéaire.
    La polygamie est une pratique courante. La société est hiérarchisée en trois  castes : noblesse, les gens de castes (forgerons, cordonniers, tisserands et griots).
    Ils sont avant tout des agriculteurs et confient leur troupeau aux Peuls. Les artisans malinkés castés, cultivent aussi la terre.
    La langue mandingue fait partie des langues mandées parlées par plus de dix millions de personnes réparties dans une quinzaine d’États d’Afrique de l’Ouest.
    Au Sénégal, les Mandingues sont appelés Sossés par les Wolofs et les Sérères.
    Aujourd’hui la quasi-totalité des Mandingues sont musulmans, mais les rites et les croyances traditionnelles ont plus ou moins été conservés.
  • Maures : Les Maures constituent un ensemble de populations au nombre de 2 millions environ, répartis du Haut Atlas jusqu’au fleuve Sénégal.
    Ils sont de langue arabe et considérés issus du métissage de populations arabes bédouines, berbères et noires.L’élevage, plus ou moins nomade, constitue leur activité principale. Dans les régions les plus arides, les troupeaux sont composés de chameaux et de chèvres ; ailleurs, ils comprennent également des chevaux et parfois des bovins. Les laitages forment la base de l’alimentation.
    L’artisanat est développé et les Maures ont la réputation d’être d’excellents commerçants.
    Leur tenue vestimentaire est la gandourah de toile teinte, d’où le nom d’hommes bleus qui leur est parfois donné ; les femmes portent le voile.
    L’organisation sociale est fondée sur la filiation en ligne paternelle. Le mariage est monogame.
    La société est très hiérarchisée : au sommet viennent les marabouts et l’aristocratie, puis les hommes libres, tributaires des nobles, les affranchis (harratin), les esclaves, les artisans, groupés en castes.
    Leur islamisation remonte au XVe siècle.
  • Maures Darmanko : Les Maures Darmanko appartiennent à la communauté des Maures aujourd’hui répartis entre le Maroc, le Sahara occidental, l’Algérie, la Mauritanie, le Sénégal, le Mali, et le Niger. 
    Ils sont particulièrement nombreux au Sénégal où ils sont appelés “Naar” (mot signifiant “Arabe” ou “Maure” en wolof).

    Les Darmanko ont tenu un grand rôle dans l’histoire du Sénégal, pays où ils sont installés depuis des siècles. Ils y étaient le plus souvent marabouts musulmans ou commerçants, en particulier de la gomme arabique.
    Aujourd’hui les Darmanko sont métissés avec les diverses ethnies voisines, notamment wolofs et peuls.
    Depuis toujours, beaucoup de Maures, nomades, pratiquent l’élevage de dromadaires, de chèvres, et habitent dans des tentes. Ils sont aussi commerçants à Dakar. Les Maures artisans sont forgerons, cordonniers et boisseliers.
    La société maure est très proche, historiquement et culturellement, de celle des Touaregs, ou Tamachek.
    Les Maures parlent le dialecte hassaniyya, langue arabo-berbère, où l’on remarque de nombreux mots empruntés au wolof, au français, au soninké, etc.
    Les Darmanko, tous musulmans, appartiennent aux confréries islamiques soufi : mouride, qadiriyya, tidjaniya.
    Avec les Toucouleurs et les Soninkés, les Darmanko furent des propagateurs de l’islam au Sénégal. Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké, originaire du Baol, créateur du mouridisme, reçut un grand soutien de la communauté darmanko. Ce qui explique la présence de fortes communautés darmanko dans la région de Diourbel, haut lieu du mouridisme.
    Les Darmanko sont répartis sur tout le territoire sénégalais.

Les Darmanko ont tenu un grand rôle dans l’histoire du Sénégal, pays où ils sont installés depuis des siècles.
Ils y étaient le plus souvent marabouts musulmans ou commerçants, en particulier de la gomme arabique.
Aujourd’hui les Darmanko sont métissés avec les diverses ethnies voisines, notamment wolofs et peuls.
Depuis toujours, beaucoup de Maures, nomades, pratiquent l’élevage de dromadaires, de chèvres, et habitent dans des tentes. Ils sont aussi commerçants à Dakar.
Les Maures artisans sont forgerons, cordonniers et boisseliers.
La société maure est très proche, historiquement et culturellement, de celle des Touaregs, ou Tamachek.

Les Maures parlent le dialecte hassaniyya, langue arabo-berbère, où l’on remarque de nombreux mots empruntés au wolof, au français, au soninké, etc.
Les Darmanko, tous musulmans, appartiennent aux confréries islamiques soufi : mouride, qadiriyya, tidjaniya.
Avec les Toucouleurs et les Soninkés, les Darmanko furent des propagateurs de l’islam au Sénégal. Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké, originaire du Baol, créateur du mouridisme, reçut un grand soutien de la communauté darmanko. Ce qui explique la présence de fortes communautés darmanko dans la région de Diourbel, haut lieu du mouridisme.
Les Darmanko sont répartis sur tout le territoire sénégalais.

  • Ndut : Les Ndut vivent au centre-ouest du Sénégal. Ce sont des Sérères.Ils parlent le “ndut”, une langue cangin. Le nombre de locuteurs du ndut était estimé à 38 600 en 2007. Les Ndut parlent également le wolof et, éventuellement, le français.
  • Niominka : Les Niominka sont établis dans les îles du Saloum. Ils forment un sous-groupe des Sérères.
    Leur territoire est le Gandoul. La plupart d’entre eux vivent dans onze villages (Niodior, Dionewar, Falia, …).Ils représentent moins de 1 % de la population du Sénégal.
    Les Niominka sont agriculteurs (riz, mil, arachide), éleveurs et « gens de mer » : la pêche pour les hommes et la cueillette des coquillages pour les femmes.
  • Nones : Les Nones appartiennent au groupe des Sérères.On les rencontre principalement dans la région de Thiès.
    Dans ses “Esquisses Sénégalaises” (1853), l’abbé Boilat les décrivait ainsi : « C’est une belle race noire. Les hommes sont grands et de fort belle constitution […], tous assez bien vêtus […], très doux, mais d’un caractère ferme et indépendant ».
    Ils parlent le “noon”, une langue cangin.
    Les Nones sont d’abord de religion traditionnelle, ayant résisté mieux que d’autres ethnies au prosélytisme musulman des marabouts venus du Djolof ou du Fouta. Ils suivent les préceptes de la religion sérère.
  • Papel : Les Papel vivent principalement en Guinée-Bissau (7 % de la population) ainsi qu’en Casamance au sud du Sénégal.
    Leur langue est le papel, une langue bak.
  • Peuls : Les Peuls (appelés aussi Foulani, Fulbhés, Fulfulde ou Pular) sont un peuple établi dans toute l’Afrique de l’Ouest et au-delà la bande sahélo-saharienne, soit au total une quinzaine de pays différents et pour un total d’environ 45 millions de personnes.Les Peuls sont nombreux au Sénégal bien que minoritaires

Le socle de leur identité est la religion musulmane, la compétence pastorale, une tendance à l’endogamie et la langue peule. Les Habobe constituent l’un des dizaines de sous-groupes peuls du Sénégal. Le “pulaar” est le peul parlé sur les bords du fleuve Sénégal (d’où le nom des habitants, les Haalpulaaren (« ceux qui parlent pulaar »).

L’historien Cheikh Anta Diop a lié les Peuls à l’Égypte, comme il l’a fait pour les Sérères et Wolofs. Cette théorie a été réfutée par d’autres chercheurs.
Aujourd’hui, la diaspora peule concerne les États-Unis, le Canada, l’Angleterre, la France, le Portugal, les îles du Cap-Vert et les pays africains limitrophes.
Les Peuls sont aujourd’hui presque tous musulmans.
Cependant, on peut trouver des Peuls musulmans, des Peuls chrétiens, des Peuls animistes parfois au sein d’une même famille.
La transmission orale des traditions et des légendes est très importante chez les Peuls. Enseignée auprès des adolescents par les personnes les plus âgées et en particulier les femmes par le moyen de chants, de comptines.
La plupart des Peuls sont polyglottes.
La beauté est recherchée, la probité, la sagesse, l’intelligence et la discrétion figurent parmi les règles à suivre du pulaaku, ces règles souples régissant la « pulanité ».
Les femmes peules pratiquent le tatouage des lèvres et des gencives à l’indigo, des paumes de la main et des pieds.
Elles percent leurs oreilles et y insèrent des anneaux d’or, ou des boucles d’oreille d’or imposantes et torsadées.
Elles mettent un petit anneau en or ou en argent aux narines.
Les jeunes filles ont à leurs poignets et à leurs chevilles, plusieurs anneaux d’argent ou de cuivre symbolisant leur richesse.
La société peule est fortement hiérarchisée : l’aîné est respecté et même craint.
Les formules de politesse et les règles du savoir-vivre sont nombreuses et très importantes : le vouvoiement est prédominant.
Le lait et le mil sont les bases de la cuisine des Peuls. On y trouve donc des préparations lactées, des préparations céréalières, des préparations mixtes, des sauces, des viandes et poissons et des douceurs et en-cas comme le bonbon aleewa ou bonbon Haoussa.
La polygamie est minoritaire et se rencontre surtout chez les Peuls urbains et islamisés.

  • Sérères : Les Sérères sont principalement présents au centre-ouest du Sénégal, du sud de la région de Dakar jusqu’à la frontière gambienne et forment, en nombre, la troisième ethnie du Sénégal, après les Wolofs et les Peuls.
    Les royaumes précoloniaux sérères comprenaient le royaume du Sine et le royaume du Saloum.
    Le royaume du Baol fut aussi gouverné par les Sérères pendant plusieurs siècles avant 1549.Les Sérères font partie, avec d’autres ethnies, des ancêtres des Wolofs.
    Les Lébous et Toucouleurs sont également descendants des Sérères.
    Traditionnellement, les Sérères sont des pêcheurs et des agriculteurs et parfois des éleveurs. Ils sont aussi propriétaires terriens.
    Aujourd’hui, les Sérères exercent leurs activités professionnelles dans des secteurs d’activités aussi variés que la politique, le commerce, la médecine, la musique, le sport ou la littérature.
    La société sérère était stratifiée en castes.
    Les Sérères sont à l’origine de la lutte sénégalaise.
    Les Sérères et les Toucouleurs sont unis par un lien de cousinage appelé parenté “à plaisanterie”, qui leur permet de se critiquer, mais les oblige aussi à l’entraide et au respect mutuel.
    La langue sérère est l’une des langues locales reconnues au Sénégal.
    Aujourd’hui beaucoup de Sérères sont chrétiens ou musulmans, mais beaucoup d’entre eux continuent en parallèle la pratique de la religion ancestrale, ou intègrent à leur christianisme ou islam, des croyances traditionnelles.
  • Soninkés : Les Soninkés sont établis principalement au Mali ainsi qu’au Sénégal, en Mauritanie, en Gambie et en Guinée-Bissau.
    Leur langue est le soninké dont le nombre de locuteurs a été estimé à 250 000 au Sénégal en 2007.
    Les Soninkés se sont convertis à l’islam au XIe siècle.
    Au XIXe siècle, Mamadou Lamine Dramé, marabout soninké, fut l’un des plus grands résistants contre la colonisation au Sénégal.
    Au Sénégal, selon le recensement de 1988, les Soninkés étaient 113 184.
    Il existe une importante diaspora, notamment en région parisienne depuis la fin des années 1950.
    Dans les années 1970, les Soninkés représentaient près de 70 % de la population subsaharienne émigrée en France.
    Ils sont généralement musulmans sunnites.
    Dès l’époque précoloniale, la société soninké pratique le commerce d’esclaves pour progressivement se transformer en société esclavagiste.

Ainsi, jusqu’à la fin du XIXe siècle, dans les régions qu’elle occupait, la population pouvait être constituée d’un tiers ou de la moitié d’esclaves.
La société soninké est patrilinéaire.
Les Sarakholés ne pratiquent pas la scarification du visage autant que les Bambaras. Hommes comme femmes se font deux ou trois scarifications sur les tempes, et les femmes en font trois de plus sur les joues.
L’excision des jeunes filles était très pratiquée dans le passé.
Les oreilles de la femme sont percées de plusieurs trous dans lesquels sont placés plusieurs anneaux en or pour les plus fortunées, en argent ou en bronze pour les plus modestes.
Les bijoux tels que les colliers, les bracelets au poignet et aux chevilles sont très utilisés.

  • Toucouleurs : Les Toucouleurs sont une population de langue peule vivant principalement dans  la vallée du fleuve Sénégal, en Mauritanie, en Guinée et au Mali.
    Les Toucouleurs sont issus de l’ethnie peule. Ils ont fondé le tout premier royaume peul datant du XIe siècle, le Tekrour, et cohabitèrent avec les Mandingues, Sérères, Wolofs et les Maures.Le nom « Toucouleur » est la déformation du mot “Tekrour”.
    Ils se désignent sous le nom de Haalpulaaren (ceux qui parlent le pulaar).
    Selon une théorie de Cheikh Anta Diop (remise en question), les purs Toucouleurs seraient originaires de la vallée du Nil.
    Les Toucouleurs ont été convertis à l’islam par les commerçants musulmans arabo-berbères au XIe siècle.
    Les Toucouleurs furent par la suite parmi les plus grands propagateurs de l’islam en Afrique de l’Ouest.
    El Hadj Oumar Tall a fondé un empire toucouleur au XIXe siècle sur une partie de l’actuel Mali.
    Issus des Peuls, les Toucouleurs se différencient d’eux par leur sédentarité.
    Au Sénégal, les Toucouleurs sont au nombre de 1 673 000 habitants et toute la population Haalpulaar (Peuls + Toucouleurs) est estimée à environ 3 600 000 personnes.
    La société Toucouleur est donc très hétérogène.
    Bien que, dans la société Toucouleur, la plupart soient d’origine Peul, on les trouve dans toutes les castes de la société des Toucouleurs, aussi bien chez les nobles que chez les artisans, griots ou esclaves.
    Entre les Toucouleurs et les Sérères, il existe un lien qu’on appelle la parenté “à plaisanterie”. Ce lien qui unit les deux ethnies leur permet de se critiquer, mais les oblige aussi à l’entraide, au respect mutuel.
    L’excision des fillettes est une pratique que les Toucouleurs partagent avec les Mandingues au Sénégal, au Mali et en Mauritanie, mais avec les dispositifs de lutte contre cette pratique, elle se fait de moins en moins.
  • Wolofs : Les Wolofs vivent principalement au Sénégal où ils représentent près de la moitié de la population du pays.
    Ils sont aussi présents au Mali, en Europe et en Amérique du Nord, où la diaspora sénégalaise est bien implantée.
    Ils sont presque tous musulmans.
    La tradition orale wolof rapporte que les Wolofs sont originaires de la vallée du Nil.
    Les Wolofs ont d’abord cohabité avec les Berbères dans le sud-est de la Mauritanie, en compagnie des Peuls, des groupes mandingues, des Soninkés et des Sérères.

    Leur langue étant le wolof, c’est leur présence massive dans les principaux centres urbains qui a permis, dès l’indépendance du Sénégal, de l’imposer comme principale langue nationale.
    Bien avant le français, c’est la langue la plus comprise par les différentes ethnies sénégalaises (près de 85 % de la population).
    Le phénomène de « wolofisation » s’accentue de nos jours, notamment grâce à l’urbanisation, car parler le wolof lorsqu’on vit dans des villes comme Dakar, Louga, Thiès, Saint-Louis ou Kaolack, Diourbel est indispensable.
    La société wolof est de type patrilinéaire, depuis leur islamisation, avant cela elle était matrilinéaire.
    Les classes d’âges jouaient un rôle important dans la structure sociale ; chaque classe avait ses rites d’initiation et ses interdits. Dans la famille wolof, le respect envers les aînés, et les plus âgés que soi est primordial.
    Avec l’islam le rôle de l’homme dans la société a pris plus d’importance.
    Aujourd’hui, si l’esclavage a officiellement disparu, le système des castes est toujours présent, car chaque Wolof revendiquera d’être originaire de telle ou telle caste. De même, lorsque deux individus souhaitent contracter un mariage et qu’ils appartiennent à des castes différentes, cela peut encore de nos jours poser problème, tout comme les mariages entre deux personnes d’ethnies différentes.
    Les Wolofs vivent depuis toujours de l’agriculture. Ils cultivent traditionnellement le mil qui était la base de l’alimentation, le manioc, le haricot, le coton, le melon, la pastèque, les courges, l’arachide et d’autres cultures sahéliennes.
    L’élevage est leur deuxième activité. Traditionnellement, ils confient leurs troupeaux de vaches aux Peulhs et élèvent toujours des ovins ainsi que des volailles et parfois des chameaux, les ânes sont utilisés pour les travaux champêtres et pour la corvée du portage.
    Leur troisième activité traditionnelle est la pêche et une forte majorité des pêcheurs au Sénégal sont des wolofs.
    Ils sont aussi très présent dans le commerce, le transport et dans l’artisanat.
Retour haut de page