Flore du Sénégal

Racine spectaculaire du fromager photographié dans le pays Bédik (Sénégal oriental).

La flore du Sénégal s’étage depuis le nord presque désertique du pays, près de la frontière avec la Mauritanie jusqu’au sud avec les forêts tropicales de la Casamance, située entre la Gambie (au nord) et la Guinée (au sud).
La courbe du climat explique donc cette diversité végétale.
Au nord et dans la partie centrale du Sénégal, la steppe désertique et la savane couvrant la plus grande partie du territoire sont occupées par les acacias, rôniers, jujubiers et baobabs.
Le Baobab africain, sacré pour plusieurs cultures, est aussi un arbre à palabres qui est sacrilège de couper. Arbre typique de l’Afrique tropicale sèche, il est l’emblème du Sénégal et de la Guinée.
Au sud, en Casamance, la flore tropicale explose partout : palmiers, cocotiers, manguiers, autres arbres à fruits, essences nobles, …
Le fromager (également appelé “kapokier”) dont nous constatons ci-dessus la taille des racines extérieures, peut atteindre 60 mètres de hauteur.

Le delta du fleuve Saloum, en façade atlantique, et les rivages du fleuve Casamance sont caractérisés par l’abondance des palétuviers, roseaux et plantes des marais, formation végétale du littoral des pays tropicaux humides …

La mangrove à Toubacouta (Saloum)

La mangrove, écosystème caractéristique du littoral en zones tropicales, est une forêt d’arbres se développant au bord ou dans l’eau, servant d’habitacle à de nombreuses espèces de plantes et d’animaux.

La mangrove est constituée de palétuviers (appelés également “mangliers”). Les palétuviers peuvent supporter à la fois l’eau, et le sel et poussent dans la vase, ou sur les plages.
À marée haute, leurs racines sont immergées et seuls dépassent le tronc, et les feuilles. Ils sont les seuls arbres dotés de racines qui montent au lieu de descendre.
Ces racines qui sont creuses remontent au dessus de la surface de la mer, permettant ainsi à l’arbre de respirer, à la manière d’un tuba…

Retour haut de page