Sénégal : le pays

Pirogues sénégalaises à Soumbédioune

SÉNÉGAL

Nom officiel : République du Sénégal
Capitale : Dakar
Monnaie : Franc CFA (XOF) – 100 F CFA = 0,15 € – 1 € = 655,96 F CFA
Langue officielle : Français
Langue vernaculaire majoritaire : Wolof (parlé par 95 % de la population)
Langues nationales : Diola, Malinké, Pular, Sérère, Soninké, Wolof, hassaniyya, balante, mancagne, noon, manjaque, ménik, oniyan, saafi-saafi
Religions : Islam 97 %, Christianisme 2,5 % (principalement catholicisme romain), animisme 0,5 %
Hymne National : Le Lion Rouge ( également nommé : “Pincez tous vos koras, frappez les balafons“)
Devise du pays : Un peuple, Un but, Une foi
Fête nationale : Le 4 avril
Population : 16 209 125 habitants (2019)
Superficie : 196 722 km²
Jours fériés civils :

  • 1er janvier : nouvel an
  • 4 avril : fête de l’Indépendance
  • 1er mai : fête du Travail

Jours fériés religieux :

  • calendrier chrétien : lundi de Pâques, jeudi de l’Ascension, lundi de Pentecôte, Assomption (15 août), Toussaint (1er novembre), Noël (25 décembre).
  • calendrier musulman : nouvel an musulman, Korité (Aïd el-Fitr) : fin du mois de ramadan,  Tabaski (Aïd-el-Kébir), Tamkharit (Ashoura)
Palais présidentiel à Dakar

voir :

Pays à la pointe ouest du continent africain, le Sénégal fut la première terre d’Afrique Noire découverte par les européens au XVe siècle. Dakar, sa capitale, demeure au XXIe siècle la porte d’entrée du continent noir la plus proche de l’Europe et de l’Amérique du Nord.

Les Institutions du Sénégal :

Le Sénégal devint une république le 15 novembre 1958, puis accéda à l’indépendance le 20 août 1960. La constitution du 7 mars 1963 fut révisée les 22 février 1970 et 21 septembre 1991 ainsi qu’en 1992.

Depuis 1993, le Président de la République, élu au suffrage universel direct pour une durée de cinq ans et rééligible une fois est le chef du pouvoir exécutif et détermine la politique de la nation. Il désigne le Premier Ministre, chef du gouvernement.
Le régime a évolué du système parlementaire (1962) à un système présidentiel marqué par la nomination d’un premier ministre (1970), poste supprimé en 1983 et rétabli en 1991.

L’Assemblée Nationale, composée de 120 membres, est élue pour cinq ans au suffrage universel (scrutin majoritaire et proportionnel).
Sa mission consiste à voter les lois et elle peut rejeter les textes proposés par le président de la république ainsi que poser des questions écrites ou orales aux membres du gouvernement.

Les couleurs du drapeau de la République du Sénégal ont été choisies en 1960 et reprennent les couleurs panafricaines disposées selon le modèle tricolore français en y ajoutant en son centre l’étoile à 5 branches de la liberté et du progrès.

L’Hymne National

Adopté en 1960, l’Hymne National Sénégalais a été écrit par Léopold Sédar Senghor, premier président de la République du Sénégal, et composé par l’ethno-musicologue français Herbert Pepper.

1er couplet : Pincez tous vos koras, frappez les balafons. Le lion rouge a rugi. Le dompteur de la brousse D’un bond s’est élancé, Dissipant les ténèbres. Soleil sur nos terreurs, soleil sur notre espoir. Debout, frères, voici l’Afrique rassemblée

Refrain : Fibres de mon cœur vert. Épaule contre épaule, mes plus que frères, O Sénégalais, debout ! Unissons la mer et les sources, unissons la steppe et la forêt ! Salut Afrique mère.

2e couplet : Sénégal toi le fils de l’écume du lion, Toi surgi de la nuit au galop des chevaux, Rend-nous, oh ! rends-nous l’honneur de nos ancêtres, Splendides comme ébène et forts comme le muscle Nous disons droits – l’épée n’a pas une bavure.

(Refrain)

3e couplet : Sénégal, nous faisons nôtre ton grand dessein : Rassembler les poussins à l’abri des milans Pour en faire, de l’est à l’ouest, du nord au sud, Dressé, un même peuple, un peuple sans couture Mais un peuple tourné vers tous les vents du monde.

(Refrain)

4e couplet : Sénégal, comme toi, comme tous nos héros, Nous serons durs sans haine et des deux bras ouverts. L’épée, nous la mettrons dans la paix du fourreau, Car le travail sera notre arme et la parole. Le Bantou est un frère, et l’Arabe et le Blanc.

(Refrain)

5e couplet : Mais que si l’ennemi incendie nos frontières Nous serons tous dressés et les armes au poing : Un peuple dans sa foi défiant tous les malheurs, Les jeunes et les vieux, les hommes et les femmes. La mort, oui ! Nous disons la mort, mais pas la honte.

(Refrain)

Retour haut de page