Saint-Louis du Sénégal

Saint-Louis du Sénégal

Photographie de Saint-Louis du Sénégal : Dominique Moiselet – 1996

Saint-Louis du Sénégal fut fondée en 1659. 

Au nord du Sénégal, l’ancienne capitale de l’Afrique Occidentale Française est devenue la métropole de la région du Fleuve dont elle occupe l’île principale.
En 2007, la population de Saint-Louis comptait près de 172 000 habitants.
Aux confins de l’océan, du désert et du Sahel, Saint-Louis fut de toujours la porte privilégiée pour une découverte de l’Afrique.
Célèbre étape, d’abord des navires européens de la traite, des explorateurs puis de l’Aéropostale (avec Jean Mermoz), la cité conserve d’importants témoignages de son passé prestigieux.
Un parcours urbain illustré de 32 étapes thématiques permet, à pied ou en calèche, de nombreuses découvertes historiques, artistiques, artisanales, humaines …

A l’origine, la ville était géographiquement limitée à une île du fleuve Sénégal (largeur moyenne de 300 mètres, longueur de 2 km 300).

Ses “pères fondateurs” étaient des marins de Dieppe faisant la traite et la ville fut baptisée ainsi en l’honneur du roi de France, Saint-Louis.

A partir de la forteresse édifiée au centre de l’île, des quartiers chrétien au sud et musulman au nord se développèrent au milieu des terrains inondables. Il en résulte que les cases des premières familles deviennent des habitations réparties à angle droit le long de rues donnant à Saint-Louis son urbanisme “à damier”.

Le comptoir de Saint-Louis du Sénégal devint la première place forte européenne de la côte occidentale de l’Afrique. Par conséquent, il fut le point de départ des expéditions vers l’intérieur du pays, puis entrepôt de la traite vers l’Amérique et l’Europe (gomme, or, ivoire, esclaves, …).

En 1885, l’inauguration de la voie ferrée Dakar – Saint-Louis marqua l’apogée commerciale de la ville.

A l’embouchure du fleuve Sénégal, à 266 km de Dakar et à proximité immédiate de la Mauritanie, Saint-Louis est l’une des principales villes du Sénégal.

Son histoire – très riche – en fait également un centre d’intérêt particulier en Afrique de l’Ouest.
L’île de Saint-Louis, qui doit son nom au roi de France Louis IX (Saint Louis), est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

En conclusion, le visiteur tombera sans doute sous le charme de l’architecture coloniale de l’île et vivra un dépaysement total en visitant le quartier des pêcheurs, Guet Ndar.

Mais Saint-Louis n’est plus “la belle endormie” comme on la qualifiait il y a trente ans.

La réhabilitation d’un certain nombre de maisons, une vie culturelle riche dont le Festival de Jazz et, à proximité, le Festival du Sahel dans le désert de Lompoul contribuent à faire revivre la ville et attirer des artistes et visiteurs du monde entier.

Les nombreuses possibilités d’hébergement (hôtels, lodges, maisons d’hôtes, campements) facilitent la découverte de la région du fleuve Sénégal. Pour ces raisons, ne pas manquer : le parc national des oiseaux du Djoudj ainsi que  la croisière fluviale du Bou el Mogdad qui relie en 5 jours Saint-Louis à Podor, ancien comptoir colonial).

Anciennes maisons de commerce sur le quai
Femmes de pêcheurs attendant le retour des pirogues
Le pont Faidherbe reliant Sor à l'île de Saint-Louis

Première ville fondée par les Européens en Afrique occidentale, Saint-Louis du Sénégal devint la capitale de la colonie française et de l’Afrique Occidentale Française, jusqu’en 1902, puis capitale du Sénégal et de la Mauritanie et resta un comptoir de commerce français important jusqu’en 1957.

C’est effectivement à cette date, à la veille de l’indépendance du Sénégal, que Saint-Louis perd son statut de capitale de la colonie.
Et nonobstant, Saint-Louis est également connue comme escale de la ligne aéropostale, et l’aviateur français Jean Mermoz fut dès 1927 un client habituel du célèbre Hôtel de la Poste.
Effectivement, c’est le 12 mai 1930 qu’il partit de Saint-Louis et réalisa la première liaison postale transatlantique sans escale jusqu’à Natal (Brésil). Il en résulta que cette réussite aéronautique permit à l’Aéropostale d’établir régulièrement une liaison aérienne régulière entre Toulouse et Santiago du Chili.

Saint-Louis du Sénégal est classée au répertoire du patrimoine mondial par l’Unesco depuis l’an 2000.

En effet, la ville conserve de très nombreuses maisons de l’époque coloniale avec leur balcon en bois et leur balustrade en fer forgé.
Le Festival international de Jazz de Saint-Louis, grand moment culturel, fut créé en 1992.
L’autre temps fort est le défilé du Fanal, où les habitants de Saint-Louis, défilent au son des tam-tam, en portant des lampions.

Guet-N’Dar, le quartier des pêcheurs, réunit plus de 4 000 équipages.

Effectivement, c’est l’un des ports de pêche les plus importants en Afrique de l’Ouest. Les quartiers de N’Dar Toute (sur la Langue de Barbarie, tout comme Guet N’Dar) et Sor (quartier situé de l’autre côté du pont Faidherbe) contribuent à l’avenir de Saint-Louis du Sénégal en tant que métropole régionale.

Les pirogues sur le petit bras du fleuve Sénégal
Exemple de l'architecture coloniale à Saint-Louis
Départ de pêcheurs, franchissant la "barre".

Ce qu’écrivait Pierre Loti en 1881 :

« En descendant la côte d’Afrique, quand on a dépassé l’extrémité sud du Maroc, on suit pendant des jours et des nuits un interminable pays désolé, c’est le Sahara, » la Grande mer sans eau « […]
Et puis enfin apparaît au–dessus des sables une vieille cité blanche, plantée de rares palmiers jaunes, c’est Saint–Louis du Sénégal, la capitale de la Sénégambie.

Une église, une mosquée, une tour, des maisons à la mauresque. Tout cela semble dormir sous l’ardent soleil, comme ces villes portugaises qui fleurissaient jadis sur la côte du Congo [… ].

On s’approche et on s’étonne de voir que cette ville n’est pas bâtie sur la plage, qu’elle n’a même pas de port, pas de communication avec l’extérieur. La côte basse et toujours droite est inhospitalière comme celle du Sahara, et une éternelle ligne de brisants en défend l’abord aux navires.
On aperçoit aussi ce que l’on n’avait pas vu du large : ce sont d’immenses fourmilières humaines sur le rivage, des milliers et des milliers de cases de chaume, des huttes lilliputiennes aux toits pointus, où grouille une population nègre.

Ce sont deux grandes villes Yolofes, Guet–N’Dar et Ndar–Toute, qui séparent Saint–Louis de la mer. »

in Le Roman d’un Spahi

Accès aux pages de villages & villes du Sénégal :

Retour haut de page