Le Sénégal de l'esclavage et de la traite

Esclavage et traite au Sénégal

« D’après mes lectures et les renseignements que j’ai pu recueillir, le premier pays avec lequel confine ce royaume de Sénégal par la terre est, à l’est, celui du Tucharor (Tekrour ou Toucouleurs), au sud il est délimité par le royaume de Gambie, à l’ouest par l’océan et, au nord, par ce fleuve […] qui sépare les Basanés des Noirs »

Alvise Ca’ da Mosto 1455

Le Sénégal de l'esclavage et de la traite
01 - Guillaume Le Testu 1556 Africa
Le Sénégal de l'esclavage et de la traite
02 - Mercator 1623 Africa Ex Magna Orbis Terre Descriptione
Le Sénégal de l'esclavage et de la traite
03 - Paul Philippoteaux in Découverte de la terre de J.Verne

I. Une histoire documentée, légitimité des sources
II. L’esclavage au Sénégal
III. La traite négrière
IV. Gorée, sans les esclaves

I. Une histoire documentée, légitimité des sources

Dans sa Bibliographie des ouvrages relatifs à l’Afrique et à l’Arabie parue en 1875, Jean Gay recense 3196 ouvrages, en français ou en anglais, sur l’Afrique continentale (hors Arabie) dont 51 publications qui, selon lui, traitent particulièrement de la Sénégambie (103).

Sur une recherche avec le mot « Sénégal », le site gallica.bnf.fr nous propose aujourd’hui 21 740 livres imprimés (non triés), et avec le groupement de mots « sénégal esclavage », il relève 8 783 titres numérisés.

Les sources écrites ne manquent donc pas pour qui s’intéresse aux réalités socio-économiques et politiques du Sénégal pré-colonial et colonial relatives à l’esclavage.
Cette documentation est augmentée chaque année par les travaux d’universitaires en sciences humaines notamment au Sénégal et en France, qui multiplient les recherches et les thèses sur ce sujet.
Les archives politiques, commerciales et coloniales des Européens constituent la documentation la plus importante et la plus accessible aujourd’hui.
Pour la période pré-coloniale, les manuscrits arabes évoquent rarement l’Afrique sub-saharienne, et témoignent surtout de l’islamisation de ces régions.
Malgré leur civilisation, les Sénégalais n’ont pu consigner leurs chroniques ni commenter leur perception de l’arrivée des Européens sur leurs territoires, reste la collecte de la tradition orale à ce sujet.
Cette mémoire doit être recueillie avec minutie, d’autant que sa fiabilité est fragile en raison de la partialité inhérente à ce mode de transmission de l’information. Le risque d’une variation sensible du récit initial qui se répète de génération en génération est probable, comme son altération par le vouloir paraître du conteur auprès de son interlocuteur et de son public, et encore par sa transcription et sa traduction.
Cette évolution du récit, quand elle peut être décelée au fur et à mesure de sa transmission, renseigne aussi sur une société parmi les plus anciennes de l’humanité.

Plan :
Ia. Les sources arabo-musulmanes d’une histoire de l’Afrique (Sénégal)
Ib. Des sources africaines orales
Ic. Des sources européennes accessibles

Sebastian Munster & Claudius Ptolelmy 1540 Africa XVIII Nova Tabula
04 - Sebastian Munster & Claudius Ptolelmy 1540 Africa XVIII Nova Tabula
05 - Urbano Monte 1587 Guinée
Mecia de Viladestes 1413 - détail
06 - Mecia de Viladestes 1413 - détail

Ia. Les sources arabo-musulmanes d’une histoire de l’Afrique (Sénégal) :

07 – 12  : Al-wâsitî
(in Maquamat de al-Hariri 1236) BNF

Bien avant les navigateurs européens des XVe et XVIe siècles, ou avant le compilateur hollandais Olfert Dapper en 1668, certains auteurs musulmans (Ibn’Abd al-Hakam 803-871, Ibn’Abd Rabbihi 860-940, Ibn’Abd al-Barr 978-1071, al-Hamdani 932-968, Abd’Udhri 1003-1085, al-Idrisi 1100-1165, Avicenne 980-1037, Abou Obeid al-Bekri 1014-1094, Sa’id al-Andalusi 1029-1070) décrivent le pays des Noirs et leurs habitants sans y être allés, interrogeant et compilant, tel Hérodote, d’antiques récits, recopiant les uns sur les autres les progrès de la guerre sainte contre les Berbères puis contre les Noirs.

Ces récapitulations du savoir depuis les Grecs anciens contribuèrent à la transmission des connaissances scientifiques, et notamment géographiques, de l’Antiquité, mais perpétuèrent, faute de vérification, un goût pour le merveilleux avec parfois l’édification de croyances grossières comme la théorie déterministe des climats (al-Andalusi et Idrisi 1154) qui forgeait l’idée d’une supériorité congénitale, les Noirs portant le poids d’une malheureuse infériorité voulue par la nature (107).

Cette théorie des climats héritée d’Hippocrate au Ve siècle avant J.-C., est moquée avec ironie par Montesquieu en 1748, dans De l’Esprit des Lois (112).
Et Voltaire précise aussitôt dans son Essai sur les mœurs et l’Esprit des nations (1756), que « le climat ne fait qu’inspirer des comportements » (117).

Neuf cents ans avant Voltaire, le grand savant polygraphe al-Jahiz 776-869, s’était déjà élevé contre ces allégations en démontrant que « la négritude n’est pas une punition de Dieu mais est […] un état naturel » avec ses propres qualités (La Glorification des Noirs contre les Blancs, in Le Livre des Animaux, 847, cité par Jacques Heers) (107).

Aux XIVe et XVe siècles, des savants et chercheurs arabo-musulmans se risquent sur les pistes africaines jusqu’aux royaumes des Noirs.

La relation de ces périples est riche et précieuse pour la connaissance de l’histoire et de la géographie humaine et physique des régions visitées, notamment celles de l’Afrique du nord et d’une partie du Sahel, ainsi que pour la sauvegarde des écrits anciens qu’ils reprennent et traduisent.

Mais, concernant le sujet de l’asservissement, leurs récits reprennent et confortent souvent les mêmes préjugés racistes, pour établir que tous les Noirs sont faits pour être esclaves (Ibn Battûta 1304-1368 et son scribe Ibn Juzayy al-Kalbi 1321-1357), al-Dimeshkri 1300, Ibn Khaldoun 1332-1406 et al-Abshibi 1388-1446) (107).

Ce qu’en rapporte par exemple cheikh Ibn Battûta peut paraître frustrant pour le lecteur qui souhaite découvrir le « pays des Noirs » en l’accompagnant dans son périple, du Maroc jusqu’aux rives du Niger.

Le récit qu’en fit Ibn Juzayy en décembre 1355 à partir des notes du cheikh est inclus dans un ouvrage pourtant intitulé : «Voyages et Périples, Présent à ceux qui aiment à réfléchir sur les curiosités des villes et les merveilles des voyages» (101).
Sa description, certes riche en détails et anecdotes, n’apporte que peu d’informations sur les Noirs et l’esclavage.

Elles se résument exhaustivement et explicitement aux allusions suivantes :
A Taghâza, aux confins du désert du Djouf, « les Noirs se servent de sel comme monnaie, de la même manière que nous l’or et l’argent ».
Arrivé à Iwâlâtân, première province du pays des Noirs à une distance de 24 jours de Mâlî, le cheikh regrette « d’être venu dans ce pays, vu l’impolitesse de ces Noirs et le dédain qu’ils affichaient pour les Blancs ! ».
Il est choqué par les mœurs de ces tribus pourtant musulmanes : impudeur des femmes qui montrent leurs cheveux et liberté des amitiés entre hommes et femmes sans souci de jalousie pour leurs conjoints légitimes.
Il précise, sans grand intérêt, que « lorsqu’un Noir voyage, ses esclaves femmes et hommes le suivent, en portant la literie et sa vaisselle qui est faite dans des calebasses ».
Le reste du texte n’est que description détaillée du mode de vie du sultan, des cérémonies, fêtes et audiences qu’il donne, de son despotisme, de son avarice et de sa cour, dont il précise la présence d’eunuques.
Il observe que les Noirs sont les sujets les plus soumis à leur souverain et les plus humbles devant lui. Il décrit les fêtes au sortir du jeûne : il dénombre les femmes et les 100 concubines qui accompagnent l’interprète musicien Dûghâ, avec 130 jeunes esclaves.
Ensuite il dresse le bilan de son séjour à Mâlî, apprécie la sécurité du pays et la justice qui y règne, le zèle pour l’apprentissage du Coran (les enfants sont entravés aux pieds jusqu’à ce qu’ils sachent le Livre par cœur). Mais il s’offusque de la nudité des jeunes filles, des femmes esclaves et des servantes.
Par ailleurs, il évoque sans trouble le cannibalisme des Noirs incroyants voisins de Mâlî : « ils pensent que la chair blanche est nocive, étant indigeste : seule celle des Noirs est facile à digérer, d’après eux ».
A chacune de leur visite au sultan, celui ci leur offre une servante qu’ils égorgent et mangent ; il précise que « les morceaux de choix sont les paumes et les seins ».
Arrivé à Tunbuktû, chez le seigneur Noir Farbâ Sullaymân, il voit une esclave arabe, originaire de Damas. Le seigneur offre à Ibn Battûta un garçon « de cinq empans » de haut (soit 1m) comme esclave.
De retour au Maroc, en territoire des Bardâma, tribu berbère, il constate que « les habitants de Takaddâ sont commerçants, ils voyagent chaque année vers l’Egypte. Ils vivent dans l’aisance et s’enorgueillissent de posséder de nombreux esclaves, femmes et hommes. Il en est de même pour les habitants de Mâlî et d’Iwâlâtân ».
Ibn cherche à acheter une esclave instruite, sans succès à cause du dédit systématique des vendeurs. Il observe encore que les esclaves hommes et femmes sont chargés d’extraire le minerai de cuivre.
Ibn Battûta quitte enfin Takaddâ pour rejoindre Fès en traversant le Hoggar avec une caravane qui compte 600 esclaves femmes, précise-t-il.

Nous retiendrons de ce récit la stabilité et le dynamisme commercial des régions nord africaines visitées, en raison de l’observance rigoureuse de l’Islam, qui assure au voyageur et aux commerçants la sécurité et l’hospitalité dans les sultanats.
Les caractéristiques sociétales se résument pour Ibn Battûta à la frugalité des repas (et sa déception de ne se voir offrir que des présents sans valeur, sauf peut-être le petit garçon esclave), la liberté des mœurs, la nudité des femmes, l’anthropophagie des non convertis et l’esclavagisme banalisé, évoqué avec indifférence, malgré son lot d’eunuques et d’enfants.

Cette relation du « pays des Noirs » manque de curiosité critique et d’approche ethnologique de la part de cet éminent voyageur du XIVe siècle dont on attendait un peu plus, pour avoir parcouru une grande partie du globe pendant 25 années.
Égocentré sur le préjugé culturel de son auteur, ce texte montre les limites des récits arabo-musulmans quant à leur contribution à la connaissance de la société d’Afrique subsaharienne qui nous intéresse ici.
Ce désintérêt entretenu de clichés et de mépris sur l’Afrique noire et ses habitants est suspecte de la part d’intellectuels aussi érudits qui, par ailleurs, décrivent avec force rigueur la pénétration de l’Islam jusque dans ces régions subsahariennes ; comme si la traite humaine qui y était pratiquée, renvoyait ces contrées au mystère des débuts de l’humanité dont une telle barbarie serait le résidu inavouable. Ou comme si, à une époque où l’esclavage était institutionnalisé, leur témoignage n’était que la traduction d’un état de fait ordinaire pouvant déculpabiliser leurs propres pratiques.

A défaut de ce que les textes arabes anciens auraient pu apporter au sujet de l’esclavage pratiqué au sud du Sahel, les archives africaines qui n’auraient pas pu être conservées en France nous éclaireraient utilement, si elles étaient accessibles, sur le passé colonialiste et esclavagiste des régions d’Afrique du nord.
Le Maghreb a été en grande partie habité et administré successivement par de nombreuses civilisations, française, turque, portugaise, espagnole et arabe, après une Antiquité byzantine, romaine et phénicienne, qui eurent l’occasion d’échanger avec les populations des bords des fleuves Niger et Sénégal.

Ib. Des sources africaines orales :

Avec son ouvrage, Le Maroc noir, une histoire de l’esclavage de la race et de l’Islam, publié en 2019, l’Historien Chouki El Hamel (106) pose la question d’autres sources plus africaines.
Il serait primordial alors de les entendre pour apprécier leur complémentarité avec l’ensemble des sources, patrimoniales, écrites et orales, déjà disponibles.
Question reprise par Saliou Mbaye (111), Directeur des Archives du Sénégal, qui précise lors d’une conférence à l’Ecole des Chartes à Paris le 24 février 2004, que le patrimoine archivistique du Sénégal est constitué de la documentation « produite et reçue par les administrations publiques coloniales et celles de l’indépendance et leurs démembrements, [à laquelle] il faut ajouter les archives privées, les copies d’archives coloniales, les archives orales collectées et conservées, et enfin les manuscrits en arabe ou en ajami (caractères arabes pour transcrire des langues africaines, peul, soninké ou haoussa)».

L’institut Fontes Historiae Africanae créé en 1962 sous l’égide de l’Union Académique Internationale, poursuit ses recherches et ses publications sur les sources historiques internes à l’Afrique, dans la lignée de l’Histoire générale de l’Afrique publiée par l’UNESCO dans les années 1960, mais en se ressourçant auprès de l’oralité et des manuscrits arabes.
Il semble pourtant que cette démarche originale se trouve contrariée par le manque d’objectivité propre à la méthode et par la complexité d’une recherche sur l’histoire, la mémoire et le patrimoine liés à la traite et à l’esclavage, dans des lieux et des sociétés peu habitués à des introspections sur un tel sujet.
Cette quête n’en demeure pas moins pertinente pour contribuer à la connaissance, et partant à la restitution, de l’Histoire du continent africain en général et du Sénégal en particulier.
Abdoulaye Bathily souligne lui aussi « le rôle irremplaçable de la tradition orale comme source de l’Histoire ».
Il a procédé à un recueil systématique de traditions pour sa thèse publiée en 1989, Les Portes de l’Or, le royaume de Galam de l’ère musulmane au temps de négriers –VIIIe-XVIIIe siècle (100). Mais il convient lui-même des limites d’une telle entreprise qui se retrouve vite confrontée à l’incertitude de l’identité des informateurs, au risque d’érosion de leur sincérité objective et à leur corruption vis-à-vis d’une culture ethnique déjà façonnée (conditionnée) par une transmission intergénérationnelle continue.
Sa méthodologie de classification des informateurs par catégorie sociale lui permet cependant de construire une connaissance empirique sur l’organisation politique et l’histoire de ces régions, qu’il complète avec les travaux de source orale déjà disponibles et qu’il recoupe pertinemment avec les récits des Musulmans (VIIIe-XVe siècle) d’une part, et ceux des colonisateurs et des voyageurs européens, d’autre part.
Ce croisement des sources devrait effectivement permettre de dégager plus de vérité sur l’histoire socio-culturelle de ces régions, sachant que, pour les gardiens de la tradition comme pour les historiens, les différents points de vue sont toujours vrais pour celui qui les exprime.

Bathildy souligne, par exemple, l’importance de l’esclavage en tant qu’institution sociale au Soudan occidental à l’époque précoloniale (100).
Mais il convient que les informations sur la condition des esclaves dans le contexte d’une traite musulmane localisée au Sahara et au Soudan durant cette période sont rares.
Il s’en remet alors aux conjectures sur les castes et aux récits musulmans (Ibn Saïd).
Et, pour les XVIIe et XVIIIe siècles, son travail se fonde exclusivement sur les publications d’André Delcourt, d’Abdoulaye Ly, de Boubacar Barry, Charles Becker, Mody Cissokho, Cultru et sur les Archives nationales de France, plutôt que sur la mémoire autochtone qu’il aurait souhaité recueillir.

13 - Peuhls & Malinkés - 1861 - after Raffenel in Le Tour du Monde
14 - Oualof - 1861- Bérard in Le Tour du Monde
15 - Oualofs & Peuhls - 1861 - after Raffenel in Le Tour du Monde
16 - Oualof - 1861 - after Nouveaux In Le Tour du Monde

La publication par l’UNESCO en 2001, sous la direction de Djibril Tamsir Niane (114), des communications du colloque sur la Tradition orale et archives de la traite négrière qui s’est tenu à Conakry les 24-26 mars 1997 dans le cadre de son projet La Route de l’Esclave et celles de la réunion d’experts sur les archives européennes de la traite négrière à Copenhague, les 5-8 février 1998, est introduite par son directeur Doudou Diène qui rappelle que « l’étude de la tradition orale permet en effet de combler des lacunes et d’élucider des questions fondamentales sur lesquelles les sources écrites et les archives ne fournissent pas une appréhension complète et objective ».

Il est vrai que certaines publications peuvent être politiquement orientées pour répondre à leurs commanditaires, comme la Chronique de Guinée rédigée en 1453 par Gomes Eanes de Zurara, à la demande d’Alphonse V, roi du Portugal. Ou également la “Description de l’Afrique” de Hassan Al-Wazzan (Léon l’Africain), commandé par le pape Léon en 1525.

Si, pour cette raison ou d’autres également contextuelles, l’objectivité des archives écrites n’est pas garantie, au moins, leur rédaction ne change pas avec le lecteur.

De même, pour la tradition orale, le récitant interprète une réalité humaine qui devient peu à peu subjective, voire incomplète sinon falsifiée, à force de répétitions entraînant des modifications sensibles qui font muter le récit.

Le griot doit plaire au souverain auquel il chante les exploits de sa lignée, comme le Libraire français, sous l’Ancien Régime, faisait preuve d’humilité et de prudence dans la préface de l’ouvrage qu’il s’obligeait à dédier au Roi.

Ibrahima Baba Kaké le reconnaît lui-même dans Combats pour l’histoire africaine, publié en 1982 (108), le récit du griot peut être source d’erreurs ou peut transformer la vérité historique en raison du sensationnel que le conteur utilise pour intéresser son public.

Pour Joseph Ki-Zerbo, dans son Histoire de l’Afrique d’hier à demain, 1972 (109), la tradition orale reste difficile à valider par rapport aux sources écrites et à l’archéologie, comme un fil d’Ariane très fragile (cités par Maodo Gueye, Les Sources de l’Histoire moderne et contemporaine africaine, Dakar 1999 (104).

Ce fil d’Ariane est précieux et ne doit pas être perdu, car il mène à l’histoire de l’humanité à travers les générations, une histoire non écrite, ou une histoire sans texte, comme disait l’Ethnologue et Préhistorien André Leroi-Gourhan (110).

Djibril Tamsir Niane précise que les sources orales « véhiculent des informations inédites […] La documentation écrite ne prenant en compte l’esclave qu’une fois au port négrier »(114). Ces témoignages hérités de la tradition sont effectivement inédits par définition, mais il n’en demeure pas moins que, sans en sous-estimer l’intérêt spécifique, leur validité reste relative pour les raisons déjà évoquées.

Le professeur Guinéen n’évoque sans doute que la côte guinéenne, et ses propos ne rendent pas compte des archives européennes qui, pour le Sénégal, rapportent comment se pratiquait la traite humaine dans les régions, bien avant que les négriers ne prennent en charge leur livraison sur les lieux d’embarquement.

La logistique est le fondement de tous commerces et consiste à connaître les circuits de production et d’approvisionnement. Pour la traite négrière, cette maîtrise des flux permettait d’évaluer le risque et d’envisager la rentabilité des investissements colossaux des compagnies maritimes qui se succédèrent sur les côtes d’Afrique de l’Ouest.

La tradition orale perpétue l’histoire d’une société d’abord pour elle-même. Sans être exhaustive, elle témoigne de faits marquants, qui ont façonné son identité, ses coutumes et une part de son inconscient collectif.

Ce qu’apportent les témoignages confirment la mutation socio-économique des régions côtières de l’Afrique de l’Ouest suscitée par la demande européenne puis brésilienne et la participation des « roitelets » auto-proclamés qui alimentent le trafic et déstabilisent gravement les sociétés traditionnelles.

A partir du XVe siècle la demande européenne en esclaves va détruire la stabilité du peuplement sénégambien, comme le démontre très précisément le Professeur Brahim Diop dans son exposé intitulé : Traite négrière, désertions rurales et occupation du sol dans l’arrière-pays de Gorée, lors du colloque de Gorée en 1997 (115). « Cette profonde crise que la traite négrière a engendrée est lisible sur le terrain, dans le mode d’occupation et d’exploitation du sol : désertions rurales ici, nouvelles créations là, regroupement ou dispersion de l’habitat ailleurs. […] La tradition populaire est généralement plus éloquente [à ce sujet, que les récits des témoins européens comme Labat en 1728] ».

Lors du colloque La Route de l’Esclave qui s’est tenu à Conakry en 1997, l’intervention de Mbaye Guèye (105) montre également comment la tradition orale renseigne, par exemple pour les Diola et les Sérères, sur les maladies, les rivalités, les déplacements de population, les routes de jonction avec les trafiquants, mais surtout, sur la dictature violente des souverains qui usurpèrent, dès la fin du XVIe siècle, l’autorité légitime et la tradition des lignages, entraînant l’insécurité et l’augmentation des conflits armés, déjà fréquents entre clans : « Le climat permanent de guerre créé par la traite finit par donner à l’esclavage domestique des proportions colossales ».

La vente des esclaves permettait aux souverains d’« acheter des produits européens et surtout des armes indispensables au maintien et à la défense de leurs privilèges ».

De plus, les nouvelles priorités économiques et politiques menacèrent le statut d’esclave de case qui n’apportait plus la garantie d’une protection familiale puisqu’il devenait ressource potentielle susceptible d’être vendue à tout moment.

Mais cette insécurité était-elle vraiment nouvelle ?
Dans le Fouta-Djallon au sud comme dans le Fouta-Toro au nord, l’afflux musulman de l’empire peul bouleverse déjà en profondeur la société traditionnelle : des guerres saintes éclatent jusqu’à l’instauration des Etats théocratiques peuls au milieu du XVIIIe siècle.
« le royaume n’est pas héréditaire et l’on trouve plusieurs seigneurs dans cette contrée, lesquels se jalousent les uns les autres. […] Il vit de pillages et possède quantité d’esclaves Noirs qu’il fait prendre sur son territoire ou chez ses voisins, et dont il utilise les services. […] Il vend une grande partie de ces esclaves aux marchands azenègues (berbères) […] il en vend aussi aux Chrétiens, depuis qu’ils ont commencé à trafiquer dans les terres des Noirs. […] Ces seigneurs Noirs guerroient très souvent entre eux et plus souvent encore avec leurs voisins. […] Leurs guerres sont sanglantes parce qu’ils sont sans armure […] ils se tuent sauvagement », rapporte Ca’ da Mosto en 1455 (113).
Ici, l’écrit rejoint la tradition orale et témoigne bien d’une société complètement déstructurée au profit d’un trafic généralisé par la violence du plus fort.

La tradition orale perpétue la mémoire des épopées et des lignées, et se rappelle aussi des souffrances endurées. Elle se souvient de l’état de stress, d’humiliation et de culpabilité de toute une population livrée à la perversité des envahisseurs et des maîtres esclavagistes qui avaient fait disparaître les valeurs ancestrales, bafoué les mœurs et les coutumes et trahi la légitimité de leurs lignées.

La tradition orale parle encore des souffrances de ceux qui ne pourront plus les honorer ni vivre avec leurs ancêtres sur leurs propres terres. Ceux qui ne transmettront à leur descendance que le vide généalogique et le statut de leur indignité.

La tradition orale témoigne du traumatisme profond provoqué sans vergogne, sans respect ni état d’âme, par le seul égoïsme des seigneurs de guerre et des trafiquants.

17 - Gorée - Abdou Diouf et Joseph Ndiaye - 2000 (photo : J.-L . Delbende)
18 - Lettre manuscrite de Joseph Ndiaye pour senegal-online - 1998
19 - Griot en Guinée - CPA Labitte Dakar 1950

« L’Afrique détient une grande partie de l’information, parce que riche de sa mémoire orale et de ses sites négriers et autres lieux de mémoire » (Mamadou Camara Lefloche, traditions orales, traitement occulte et domptage de l’esclave au Rio Pongo, in Tradition orale et archives de la traite négrière, sous la direction de Djibril Tamsir Niane, UNESCO 2001) (114).

Griot - Photographie Fortier- Dakar - 1905
21 - CPA Griot - Sénégal - 1905
22 - CPA Chef Ouolof avec son griot - Photographie Fortier - Dakar - 1905
23 - CPA Griot Halamkat - Photographie Fortier - 1905
24 - CPA Griot - Photographie Fortier- Dakar - 1905

Il est vrai que s’agissant des lieux de mémoires, les recherches récentes à partir des traces d’une architecture spécifique auraient pu effectivement contribuer à une connaissance objective, si la précipitation à ériger ces vestiges en symboles n’avait pas conduit à nuire à l’authenticité que la labellisation UNESCO peine à préserver (102).

Ic. Des sources européennes historiques accessibles :

Dès lors, force est de constater que notre sujet trouvera plus facilement sa matière à l’étude des registres administratifs et comptables des compagnies commerciales européennes, à la lecture des journaux de bord de leurs navires, des lettres de mission, des instructions et rapports des administrateurs et gouverneurs qui nous permettent aujourd’hui d’appréhender objectivement le contexte socioculturel, politique et économique de l’esclavage au Sénégal. C’est cette documentation qui permet aujourd’hui son étude, comme en témoigne la bibliographie à laquelle se réfèrent les historiens du Sénégal et, en particulier, celle des Actes du séminaire sur Gorée dans la Traite atlantique : Mythes et Réalités, qui s’est tenu à Gorée les 7 et 8 avril 1997, actes publiés avec le concours de l’ambassade royale des Pays-Bas par l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar et l’Institut Fondamental d’Afrique Noire (IFAN) (115) ; séminaire suivi notamment en France par le colloque organisé par la Direction des Patrimoines (ministère de la culture) en avril 2011 à La Rochelle, en partenariat avec l’Université, le Département, la Ville et le centre des monuments nationaux (CMN), sur les Patrimoines de la traite négrière et de l’esclavage (118).
A l’exception du fonds de l’AOF conservé à Dakar à la demande de son dernier conservateur français, Jean-François Maurel (1958-1976), les archives des colonies françaises ont été rapatriées et ont été versées au Centre des Archives d’Outre-Mer d’Aix-en-Provence. Cette documentation est mise à la disposition du public mondial grâce au travail de numérisation effectué par Les Archives de France et sa mise en ligne sur francearchives.fr, site internet sans cesse mis à jour par les acquisitions et les découvertes de nouveaux documents privés et publics, ainsi que les liens pertinents avec d’autres bases documentaires.
Le Guide des sources de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions, publié en 2007 sous la direction de Claire Sibille, par La Documentation Française (116), recense les archives publiques. Il complète le Guide des sources de l’histoire de l’Afrique, tome 3 : sources de l’Afrique au sud du Sahara dans les archives et bibliothèques françaises publié en 1971 (119).

Cette documentation, accessible et déjà très exploitée, contribue à faire connaître ce que les Européens ont vu au Sénégal pendant quatre cents ans et ce qu’ils y ont fait qui constitue une partie indéniable de l’Histoire de ce pays, une histoire forcément commune.

En effet, nul ne peut s’approprier l’histoire du Sénégal, parce qu’elle fait évidemment partie de l’histoire de l’humanité.
Aussi chacun peut-il témoigner de la connaissance qu’il en a, dans un esprit d’échange et de construction, et dans le respect du niveau de compétence de l’autre.

Dominique MOISELET, mars 2021

25 - CPA Photographie Fortier - Dakar - 1905

Le Sénégal de l’Esclavage et de la Traite

I – Une histoire documentée, légitimité des sources

Bibliographie des auteurs cités

100 – BATHILY (Abdoulaye), Les Portes de l’or, le royaume de Galam de l’ère musulmane au temps de négriers (VIIIe-XVIIIe siècle), l’Harmattan 1989,
101 – BATTÛTA (Ibn), Voyages et Périples, in Voyageurs arabes, Gallimard 1995
102 – BOCOUM (Hamady) et TOULIER (Bernard), La fabrication du patrimoine : l’exemple de Gorée (Sénégal), In Situ Revue des patrimoines mis en ligne le 19 avril 2013, http://insitu.revues.org/10303
103 – GAY (Jean), Bibliographie des ouvrages relatifs à l’Afrique et à l’Arabie, Maisonneuve, Paris 1875
104 – GUEYE (Maodo), Les sources de l’histoire moderne et contemporaine africaine, DEA, Dakar 1999
(https://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/pleins_textes_7/b_fdi_53-54/010020534.pdf, consulté le 22 mars 2021)
105 – GUEYE (Mbaye), Tradition orale et archives de la traite négrière, colloque de Conakry 1997
(https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000123750, 2001, consulté le 22 mars 2021)
106 – HAMEL (Chouki El), Le Maroc noir une histoire de l’esclavage de la race et de l’islam, éd La Croisée des Chemins, Casablanca 2019,
107 – HEERS (Jacques), Les négriers en terres d’Islam VIIe-XVIe siècle, Perrin 2003,
108 – KAKE (Ibrahima Baba), Combats pour l’histoire africaine, Présence africaine, Paris, 1982
109 – KI-ZERBO (Joseph), Histoire de l’Afrique d’hier à demain, Hatier, Paris, 1972
110 – LEROI-GOURHAN (André), Histoire et ses Méthodes, La Pleïade, Gallimard Paris 1961
111 – MBAYE (Saliou), Les Archives en Afrique de l’Ouest : un patrimoine en mutation, Conférence à l’Ecole des Chartes 24 février 2004, elec.enc.sorbonne.fr consulté 16/01/2006,
112 – MONTESQUIEU, De l’Esprit des Loix (sic), Genève, Barillot & Fils, 1748 (III, Livre I chap. 3)
113 – MOSTO (Alvise Ca’da), Voyages en Afrique noire 1455-1456, Chandeigne 2003
114 – NIANE (Djibril Tamsir), Tradition orale et archives de la traite négrière, colloque de Conakry 1997 (https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000123750, 2001, consulté le 22 mars 2021)
115 – SAMB (Djibril) (dir.), Gorée et l’Esclavage, actes du séminaire sur Gorée dans la traite atlantique : mythes et réalités, Gorée 7-8 avril 1997, Initiations et études africaines n°38, Université Diop IFAN 1997,
116 – SIBILLE (Claire), Guide des sources de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions, La Documentation française, Paris, 2007
117 – VOLTAIRE, Essai sur les Moeurs et l’Esprit des Nations, Paris, 1756
118 – Les patrimoines de la traite négrière et de l’esclavage, colloque DGPAT, La Rochelle 2011
(https://journals.openedition.org/insitu/10026, 2013, consulté le 22 mars 2021)
119 – Sources de l’histoire de l’Afrique au sud du Sahara dans les Archives et bibliothèques françaises, Guide International des Archives, Guide des Sources de l’histoire de l’Afrique, tome 3, I. Archives, Inter Documentation Compagny, Zug, Suisse, 1971

I. Une histoire documentée, légitimité des sources
II. L’esclavage au Sénégal
III. La traite négrière
IV. Gorée, sans les esclaves

Retour haut de page