La traite négrière

III. La traite négrière

Consignée studieusement dans les archives des protagonistes européens eux-mêmes, la traite négrière a évidemment laissé des traces tangibles sur le sol africain ; mais de surcroît, le témoignage le plus poignant et irréfutable de cette déportation humaine de masse est la présence des descendants des victimes sur le continent américain : le Brésil compte aujourd’hui 15,5 millions de Noirs (représentant 7,6 % de sa population en 2010), Haïti 10,2 millions (soit 85 % de sa population en 2020) et 44,6 millions aux Etats-Unis (soit 13,6 % de sa population en 2019).

Plan :

IIIa. Un contexte de traite esclavagiste généralisée connue depuis l’Antiquité
IIIb. Chronologie portugaise
IIIc. Les Anglais contre les Espagnols et les Français
IIId1. Les archives commerciales françaises
IIId2. Les archives administratives et politiques

La traite négrière
31 - Convoi de captifs in Le Tour du Monde - 1868
La traite négrière
32 - Gravure de Jacques Grasset de Saint-Sauveur 1797 (Encyclopédie des Voyages)
La traite négrière
33 - Esclaves aux moissons in Le Tour du Monde - 1864

IIIa. Un contexte de traite esclavagiste généralisée connue depuis l’Antiquité

Pratiquement abandonnée en Europe depuis la chute de l’Empire romain, la traite des esclaves avait repris au Moyen Age, avec les razzias vikings chez les Chrétiens, mais aussi avec le trafic des captifs slaves, pratiqué notamment par les Vénitiens, pour répondre à la demande du marché musulman du Moyen-Orient et du Maghreb.

Commencée au milieu du VIIe siècle sous le califat Omeyyade, l’expansion de l’Islam en Afrique du nord s’achève au IXe siècle.

Cette extension gagne l’Europe dès 711, d’abord en Andalousie puis sur la totalité du royaume wisigoth en Péninsule ibérique où s’établit la wilaya d’al-Andalus.
L’expansion est stoppée au nord des Pyrénées par les Carolingiens : Charles Martel en 732 pour l’Aquitaine et Pépin Le Bref en 759 pour la Septimanie, actuel Languedoc-Roussillon.

Après la domination du monde méditerranéen par les Omeyyades et les Abbassides, les dynasties turques s’imposent tout d’abord avec les Seldjoukides, convertis à l’Islam en 1050, puis avec les Ottomans qui conquièrent Constantinople en 1453.

A partir de 1517, les Ottomans administrent officiellement Alger à travers la régence de Khayr ad-Din Barberousse.

Les barbaresques vont sévir en Méditerranée, au détriment du commerce occidental et du développement du Maghreb, jusqu’au début du XIXe siècle, période de déclin d’Alger en raison notamment des expéditions napoléoniennes, suivie d’une phase de contre-attaques franco-anglaises aux violations systématiques des traités par la régence ottomane dont la principale ressource était la piraterie.

L’Historien américain Robert Davis a pu évaluer le nombre d’Européens capturés entre les années 1500 et 1800 par les Barbaresques à un million deux cent quatre-vingt dix (310).

Dans le cadre de cette instabilité chronique d’un dialogue de sourds nord-sud, le Dey est informé des dispositions du traité d’Aix-la-Chapelle de 1818 : les puissances européennes avaient demandé à la France de libérer, au nom des nations chrétiennes, la Méditerranée de la piraterie djihadiste, les Européens chrétiens et les Africains de l’esclavage, et les Juifs de leur dhimmitude (statut des non-musulmans sous domination musulmane).

Le rapport de mission confiée par le ministre de la Marine et des Colonies au commandant Vincent Boutin en mai 1808 (pour préparer une intervention qui ne sera mise en œuvre que le 14 juin 1830 avec le débarquement du corps expéditionnaire français à Sidi-Ferruch, commandé par le général de Bourmont) avait été complété par un état des lieux de Dubois-Thainville en 1809 qui préconisait que « la soumission des Arabes [devait] être obtenue progressivement par des mesures de confiance et [souhaitait] que des colons européens viennent développer agriculture et commerce ».
Ce rapport soulignait « le sort lamentable des Chrétiens esclaves et l’oppression la plus odieuse de près de trois millions d’hommes livrés à tous les excès d’une poignée de brigands »(322).

Si la ponction de la population sénégambienne par les musulmans fut éradiquée par l’armée française, avec Faidherbe en 1858 pour le fleuve Sénégal, puis avec Galliéni et Archimard en 1880 pour le Soudan occidental, les Européens avaient eux-mêmes pratiqué la traite négrière en Afrique de l’Ouest avant d’entreprendre sa colonisation.
Ce trafic s’est exercé au Sénégal, à partir des lieux d’embarquement de Gorée et de Saint-Louis, avec le partenariat notamment des Maures et l’opportunité d’une traite intra-africaine préexistante.
La traite négrière européenne s’est exercée sur une durée totale qui peut être estimée à 371 ans, de 1444, année des premiers enlèvements commis par Dinis Dias près des côtes du Cap Vert, jusqu’en 1815, année où Napoléon signe les dispositions d’une abolition qu’il avait lui-même annulée en 1802 (cf. ci-dessous).
Précisément, la déportation outre-Atlantique commença en 1510 pour Hispaniola (Haïti) et prit son ampleur à partir de 1550 avec la demande portugaise et espagnole pour leur exploitation agricole et minière du Nouveau Monde.
Les Espagnols achetaient les esclaves aux trafiquants et délivraient des monopoles à des compagnies hollandaises, portugaises puis françaises pour leur livrer la main-d’œuvre forcée dont ils avaient besoin.

Parce qu’ils ne pouvaient plus commercer directement en Afrique depuis le traité d’Alcaçovas-Toledo du 4 septembre 1479 complété par le traité de Tordesillas en 1494 qui partagea, pour le temps de la suprématie navale des deux puissances ibériques, les territoires de l’Atlantique entre l’Espagne et le Portugal à la suite des découvertes de Christophe Colomb.

A noter que le Brésil, qui a été destinataire de plus de 30 % des esclaves déportés en Amérique, en provenance principalement des côtes d’Afrique équatoriale, de la Guinée à l’Angola, a poursuivi ce commerce quelques décennies après son indépendance du Portugal en 1825 et malgré sa propre loi d’abolition en 1850.
Le capitaine de vaisseau Edouard Bouët-Willaumez précise que le trafic est entretenu par des conflits favorisés par les négriers étrangers au profit principalement du Brésil où étaient dirigés au moins cinquante mille Noirs chaque année (303).

A partir de 1690, début de la culture intensive des cannes à sucre aux Antilles, la traite négrière devient une nécessité économique pour les Européens qui ne trouvent pas, sur place ou en Europe, la main d’œuvre suffisamment résistante à la pénibilité physique et climatique du travail dans les colonies sucrières.

La grave conséquence de cet esclavage quasi exclusif des Noirs fut la naissance du racisme envers une couleur de peau qui identifiait de facto le statut d’esclave.

La traite négrière musulmane en Afrique a concerné principalement les populations sub-sahariennes à partir de l’islamisation des Berbères au VIIe siècle.
Cette razzia a perduré jusqu’au XXe siècle, soit 1 300 années de trafic ininterrompu précise l’Historien Olivier Pétré-Grenouilleau (323).
Pour autant qu’elle puisse être chiffrée, cette traite pourrait concerner huit millions de déportés vers l’Afrique du nord, et trois fois plus de victimes collatérales, selon l’économiste Tidiane N’Diaye (321).

La traite négrière
34 - Jan Goeree & Casper Luyken - 1706 Esclaves Alger (Armsterdam Historic Museum)
La traite négrière
35 - Emile Larcher - 1881 - Marché aux Esclaves (Rossini.auction.fr,26-06-2018)
La traite négrière
36 - Jan Luyken - 1684 - Marché aux esclaves - Alger (Armsterdam Historic Museum)

Le trafic musulman est très peu évoqué en France comme au Sénégal et encore moins dans les pays musulmans, alors que s’agissant de la traite atlantique, se bâtissent et s’entretiennent des lieux de mémoire, notamment en Afrique noire, en Europe et aux Antilles.

La France est à ce jour le seul Etat à avoir déclaré que la traite négrière et l’esclavage avaient été des crimes contre l’humanité et à avoir décrété une journée nationale de commémoration et de repentance mémorielle (loi du 10 mai 2001).
Mais ces dispositions ne concernent que la traite atlantique, donc européenne.
Il est sans doute vrai que la population actuelle des régions de l’ancienne domination arabe et turque des grands califats, de Grenade à Istanbul en passant par Alger, Tunis, Le Caire et Bagdad, n’est pas aussi représentative que celle d’Amérique, du métissage de la société que ce trafic aurait dû engendrer si les captifs avaient été en mesure d’assurer leur descendance.

IIIb. Chronologie portugaise :

Après la prise de Ceuta au sultanat du Maroc le 21 août 1415, l’Infant Don Henrique du Portugal souhaitait obtenir des renseignements sur le pays du légendaire prêtre Jean, ce qui eût permis de prendre à revers les Maures (l’Ethiopie était une terre chrétienne depuis la conversion d’Ezana, roi d’Axoum, au IVe siècle).

C’est ainsi qu’à partir de 1433 l’Infant arma plusieurs expéditions de reconnaissance qui permirent aux Portugais de dépasser en 1435 le mythique Cap Bojador (situé au sud-est des Canaries) et de s’aventurer d’abord en pays des Maures (Rio do Ouro et Cap Blanc) et ensuite en pays des Noirs (Cap Verde) en 1444.

La traite négrière
37 - Jacques Bellin - 1753

Comme le précise lui-même Gomes Eanes de Zurara, ces incursions ont été, dès les premières traces de pas observées au sud du Cap Bojador, motivées par la capture d’indigènes.

C’est ainsi que l’année 1441 l’Infant Don Henrique lança une expédition sous le commandement d’Antao Gonçalves qui captura un homme et une femme noirs au Rio do Ouro (lieu situé en Sahara occidental actuel, à 260 km au sud du Cap Bojador). L’expédition fut rejointe par la caravelle de Nuno Tristao avec pour mission d’«aller aussi loin que possible au-delà du Port de la Galère (Pedra da Galé, 164 km plus au sud) et de s’y efforcer de faire des captifs du mieux qu’il pourrait»(329), celui-ci était accompagné par un esclave de l’Infant, un Arabe capturé au Maroc, qui essaya d’interroger les deux captifs sur leur pays, mais il ne put les comprendre.

Les deux Portugais décidèrent alors d’une razzia pour assurer la rentabilité de leurs missions et capturèrent dix Maures Berbères dont un certain Adahu qui entendait la langue arabe. Ramené à Lisbonne, le noble Maure Adahu proposa son rachat et celui de deux de ses compagnons contre dix Maures noirs, arguant que les Portugais pourraient ainsi convertir dix âmes au lieu de trois.
L’échange eut lieu en 1443 lors du retour de Gonçalves au Rio do Ouro, contre six Maures et Mauresques noirs.

La même année, Nuno Tristao dépasse le Cap Blanc et capture vingt neuf hommes.

En juin 1444, Lançarote et Gil Eanes, à la tête de six caravelles armées par l’Infant, procèdent à une véritable razzia de 235 Maures sur les îles du Banc d’Arguin.
Zurara décrit le pénible partage du butin au retour à Lagos, la rapide éducation chrétienne de ces captifs et leur parfaite assimilation à la société portugaise.

Si ces quatre premières années de captures n’étaient réalisées qu’en pays des Maures, celles-ci apportaient à l’Infant de précieux compléments aux informations qu’il avait pu tirer déjà de ses habituels captifs marocains et canariens.

Dinis Dias atteint le Sénégal en 1444.
Il semble qu’il soit le premier Européen à débarquer sur une île près des côtes du Cap Vert, peut-être l’une des îles de la Madeleine, ou peut-être Gorée.
De son excursion, il ramène à Lagos, à titre de preuve, quatre indigènes capturés dans leurs almadies (pirogues) en fuite : comme le précise Zurara, « ce furent les premiers Noirs à être [enlevés] dans leur propre pays par des Chrétiens ».

En 1445, une autre expédition de six caravelles, commandée par Lançarote et Gomes Pires, atteignit de nouveau le pays des Noirs. Vincente Dias fut le premier Portugais à explorer l’embouchure du Fleuve Sénégal (Rio di Nilo Çanaga) où il captura deux enfants.
La flottille poursuivit jusqu’au Cap Vert et fit escale à l’Île de la Madeleine puis sur l’Île de Gorée où ils trouvèrent les traces du passage de Joao Gonçalves Zargo, Capitaine de l’Île de Madère. Ils découvrirent pour la première fois semble-t-il des baobabs et reconnurent les palmiers qui avaient donné son nom d’Ilha de Palma à Gorée, appelée peut-être aussi Berzeguiche, avant son nom hollandais de Goede Reede de 1588.

Sur le retour, Gomes Pirès fit escale au Rio do Ouro et établit un contact commercial avec les Maures en leur vendant entre autre un Noir et, surtout, en fixant la date d’un prochain voyage.

A la capture aléatoire, se substituait peu à peu l’organisation d’échanges réguliers, réciproques et attendus entre les Berbères au nord du Sénégal et les chefs Guinéens au sud.

De 1435 à 1447, le Portugal avait expédié 59 caravelles au-delà du Cap Bojador et ramené 927 captifs maures, selon Zurara.

L’intérêt commercial avec les Maures et la construction du premier comptoir de traite sur l’Île d’Arguin en 1461 intensifièrent les échanges comme le précise Alvise Ca’da Mosto : « Le Prince Don Henrique a conclu avec cette ville d’Arguin un accord pour dix années en vertu duquel personne ne pourra entrer dans le golfe pour commercer avec les Arabes à l’exception des Portugais, lesquels ont fait bâtir des maisons sur l’île. […] les Arabes leur donnent des esclaves qu’ils amènent des terres des Noirs. Les caravanes remontent vers le nord leur cargaison d’esclaves et d’or, d’autres atteignent Arguin où les esclaves sont vendus au Portugais. [..] Arguin fournit chaque année au Portugal entre 800 et 1 000 esclaves» (320).

La traite négrière
38 - Fort d'Arguin - 1665 - Johannes Vingboons
La traite négrière
39 - Saint-Louis - 1665 - Johannes Vingboons
La traite négrière
40 - Gorée - 1665 - Johannes Vingboons

Au milieu du XVIe siècle, les esclaves représentent déjà 10 % de la population de Lisbonne, soit dix mille personnes constituées de Maures, de Noirs et de Canariens.
On compte à cette époque jusqu’à soixante-dix marchands d’esclaves dans cette ville.
Devant l’afflux de ces captifs achetés pour la plupart sur les côtes de Guinée et d’Angola, le Portugal crée la Casa dos Escravos sous tutelle de la Casa da Guinée chargée d’établir les estimations et de répartir les esclaves, dont certains étaient envoyés aux marchés de Valence et de Séville en Espagne, à Florence en Italie, et d’autres commençaient à être envoyés aux Îles des Canaries, de Madère et des Açores (305).

Puis, à partir de 1550, le Portugal transfère en masse ces esclaves au Brésil : jusqu’à l’année 1850, date de l’abolition officielle du trafic au Brésil, on évalue à trois millions et demi le nombre total d’Africains déportés pendant ces trois siècles, soit 30 % du nombre estimé pour la totalité des Amériques (306).

Du côté atlantique, les plus grands centres d’embarquement se situaient sur la Côte du Vent (Gambie, Guinée), sur la Côte des Graines (Sierra Leone, Liberia), la Côte d’Ivoire, la Côte de l’Or (Ghana, Togo), la Côte des Esclaves (Bénin, Nigeria, Cameroun et Gabon) et la Côte d’Angola (Congo, Angola).

Certains négriers, pour compléter leur cargaison, vont jusqu’au Mozambique, sur la côte orientale.
Ainsi, pendant près de trois cents ans, le commerce triangulaire bat son plein, jusqu’à son interdiction à l’initiative de l’Angleterre, avec qui la traite négrière avait pourtant atteint des sommets autour des années 1800.

La traite négrière
41 - Village du Cayor - 1821 - auteur inconnu
La traite négrière
42 - Marché d'esclaves - Martinique - 1847 - L'Illustration - 26 septembre 1931

L’abolition de la traite des Noirs ne mit pas fin au commerce d’êtres humains, les Africains qui avaient remplacé les Indiens dans les exploitations européennes des deux Amériques, furent bientôt épaulés par d’autres travailleurs volontaires, puis forcés, en provenance d’autres continents.

Au début des années 1840, l’émigration de travailleurs asiatiques, les coolies, fut encouragée à partir de l’Inde et de la Chine pour compenser l’assèchement de l’approvisionnement africain.
Sur le principe des Trente-six mois français qui s’étaient engagés pour les Antilles au XVIIe siècle, ces coolies s’engageaient, eux, pour cinq années, après quoi ils devenaient libres de travailler à leur compte.
C’est ainsi que l’Angleterre (qui pourtant avait été la première à empêcher les autres nations de déporter les Africains) autorisa l’émigration cinq cent quatre-vingt mille coolies des Indes pour les plantations de l’île Maurice, la Guyane et les Antilles anglaises durant la période de 1843 à 1873 (327).
Les Portugais firent de même pour les colonies d’Amérique méridionale, mais en embauchant des Chinois, qui, comme les Indiens des Indes, ne savaient ni lire ni écrire ce qu’ils étaient censés signer.
Dès 1850, les volontaires devenant trop rares, les armateurs commencèrent une véritable traite des Jaunes qui perdura plusieurs décennies et provoqua, comme jadis en Afrique, une insécurité et des conflits dans les régions où les sociétés se trouvèrent brutalement déstabilisées.

IIIc. Les Anglais contre les Espagnols et les Français

La traite européenne commença en Afrique avec les Portugais en 1444 qui acheminaient déjà, dix ans plus tard, 700 à 800 esclaves depuis l’île d’Arguin, en Mauritanie actuelle, à Lagos, au Portugal, siège de la première compagnie ouverte à ce commerce.

Au début du XVIe siècle, les Espagnols furent contraints de renforcer une main-d’œuvre indienne qu’ils avaient épuisée dans les plantations et les mines du Nouveau Monde.
Les esclaves noirs déjà christianisés sur le sol d’Espagne furent acheminés, sur la probable suggestion de Don Barthélémi de Las Casas qui essayait de sauver les Indiens d’Amérique centrale.

Puis Charles Quint autorisa la traite des esclaves africains dès 1518, ceux-ci n’étaient pas encore chrétiens mais il fut considéré que puisqu’ils étaient déjà esclaves,, ils ne faisaient que changer de maître.

Pour se placer sur ce nouveau marché espagnol du transport transatlantique d’esclaves africains, l’Angleterre obtint l’autorisation de la reine Elisabeth Ière, puis la France celle de son roi Louis XIII.
Pour la mise en œuvre de ces autorisations, l’Espagne octroya aux Flamands (les Pays-Bas étaient rattachés à l’Espagne avant l’Union des Provinces-Unies en 1579) des asientos, c’est-à-dire des contrats de stricte exclusivité pour fournir la main-d’œuvre africaine aux possessions espagnoles d’outre-mer, moyennant une redevance.
Mais les Flamands abusèrent très vite de leur monopole et le nouveau roi d’Espagne, Philippe II, abolit leur privilège en 1580 pour l’accorder à Pedro Gomez Reinel, qui sera responsable de la déportation de 25 500 Africains sur une période de six ans commencée en 1595 (328).

En 1600, le monopole passa au Portugais Jean Rodriguez Coutinho, gouverneur d’Angola, pour le même engagement de 4 250 esclaves par an.
Les Provinces-Unies des Pays-Bas s’installèrent à partir 1602 dans les précieuses îles de la Sonde (Indes néerlandaises) que les Portugais détenaient depuis 1511.

Les Néerlandais possédaient la plus puissante marine marchande du monde à la fin du XVIe siècle, ce qui permis à la Compagnie unie des Indes orientales, créée en 1602, de dominer le commerce de l’océan indien jusqu’au Japon, et de trafiquer des esclaves autour de Madagascar, Batavia, et Maurice avant d’y céder la place aux Français.

Dans l’Atlantique, la flibuste qui s’activa dès le XVIe siècle contre ces asientos, perturba les livraisons d’esclaves auprès des colonies espagnoles et, devenu risquée, l’entreprise passa de compagnies espagnoles à des compagnies hollandaises, jusqu’à ce que l’exclusivité de la livraison d’esclaves aux colonies ibériques fût confiée à la compagnie portugaise de Guinée de 1696 à 1701.

Enfin, le roi Philippe V d’Espagne confia le privilège aux Français (Louis XIV) pour une livraison de huit cents Noirs par an pendant dix ans, de 1702 à 1712, à la compagnie royale de Guinée représentée par Jean-Baptiste du Casse, gouverneur de Saint-Domingue.
Cette compagnie jouissait déjà du monopole pour approvisionner les colonies françaises d’Amérique.

Exclus des asientos, et tentés par la rentabilité supposée du trafic des nations catholiques, les Anglais pratiquaient la flibuste et la contrebande dès 1530, à l’initiative du premier négrier anglais, William Hawkins, suivie par celle de son fils, John Hawkins. Cette concurrence acharnée entraîna une insécurité et de violentes captures aux Caraïbes et le long des côtes des deux Amériques.

Suite aux traités d’Ultrecht de 1713 qui mirent fin aux guerres de succession d’Espagne, l’Angleterre gagne la suprématie maritime avec la prise de possession de territoires espagnols (Gibraltar) et d’importantes colonies françaises en Amérique du Nord.
Dès lors, l’Angleterre règne sur les mers comme puissance coloniale et comme nation marchande.

En 1740, les négriers anglais sont sur toutes les mers ; à cette époque, on compte annuellement deux cents navires armés pour ce trafic qui sortent des ports de Londres, Lancaster, Bristol et Liverpool (327).

A partir de 1750, année du traité de Madrid qui révise les accords de Tordesillas (7 juin 1494), au profit du Portugal qui peut étendre ses possessions au Brésil, l’Angleterre perd son privilège pour la livraison des esclaves aux colonies espagnoles et chaque nation peut traiter en libre concurrence.
Dans ce contexte concurrentiel, les Britanniques poursuivent ce trafic et l’intensifient vers les Etats-Unis pour la production du coton.

Ceux-là même qui allaient pourchasser les autres négriers sur les mers à partir de 1815, livreront de 1790 à 1810 sur ce sol la plus grande quantité d’esclaves que l’Amérique du Nord n’ait jamais reçue.
Les données comparatives établies par Philip Curtin (309), Roger Anstey (300) et Joseph E. Inikori (314), montrent que la traite anglaise atteint son apogée à partir de 1794, au moment où la France décide une première abolition de l’esclavage dans ses comptoirs et possessions, interdisant de facto la traite.

Selon l’étude de Seymour Drescher (311) le système esclavagiste britannique, au point de vue population, capitaux, productions et commerce, « représentait trois fois la valeur des colonies françaises, espagnoles, hollandaises et danoises réunies. L’empire britannique possédait, en 1815, 60 % de toutes les colonies esclavagistes européennes ».

Par décret-loi du 20 mai 1802, Napoléon décide le maintien de l’esclavage dans les colonies restituées à la France par le traité d’Amiens.
En effet, la Martinique, Tobago et Sainte-Lucie, sous domination anglaise depuis 1794, n’avaient pas pu bénéficier de l’abolition républicaine.
La Guadeloupe (et dépendances) se trouvant alors défavorisée par la démobilisation d’une main d’œuvre affranchie devenue oisive, misérable et dangereusement rebelle, selon l’argument préparatoire, le Consul de la République pris un arrêté le 16 juillet 1802 pour y restaurer « les mêmes lois qui y étaient en vigueur en 1789 ».

Malgré la performance du système économique esclavagiste britannique en pleine croissance, le Parlement anglais procèdera à l’abolition de la traite le 25 mars 1807 et celle de l’esclavage le 28 août 1833.
Outre les raisons humanistes défendues depuis des décennies par les abolitionnistes anglais, l’arrivée de nouveaux esclaves de traite menaçait l’équilibre d’une société esclavagiste constituée de générations déjà séparées de leur origine africaine et augmentait la menace de révolte, à l’exemple des événements de Saint-Domingue survenus le 23 août 1791.
Le soulèvement se produisit après une année d’approvisionnement exceptionnel qui porta le nombre d’esclaves à 500 000 quand les affranchis n’étaient que 30 000 dans cette île la plus prospère des Antilles françaises.

Napoléon signera ensuite l’abolition de la traite en 1815, entérinant les dispositions du Congrès de Vienne négociées pour la France de Louis XVIII par Talleyrand.
Napoléon ayant été destitué cette même année, l’abolition de la traite fut confirmée par ses successeurs, Louis XVIII en 1818, Charles X en 1827 et Louis-Philippe Ier en 1831.

Pour l’abolition de l’esclavage, il faudra attendre 1848, date de la nouvelle décision pour les possessions françaises d’Afrique et d’Outre-mer.

Durant trois cents ans, l’Afrique avait ainsi subi directement les politiques européennes de développement économique de leurs colonies en Amérique avec les besoins de main-d’œuvre, mais le continent noir dû s’accommoder également des réformes abolitionnistes des mêmes Européens qui furent appliquées d’abord dans les comptoirs français à partir de 1794, puis mises en œuvre sur l’ensemble des territoires africains colonisés à partir du XIXe siècle.

La traite négrière
43 - Attack Goree - 29 dec 1758 - DominicSerres (collection privée)
La traite négrière
44 - Attack Goree - 29 dec 1758 - Dominic Serres (Royal Museums Greenwich)
La traite négrière
Attack Goree 29 dec 1758 - Dominic Serres (Royal Museums Greenwich)
46 - Attack Goree 29 dec 1758 Dominic Serres (Royal Museums Greenwich)
47 - Attack Goree 29 dec 1758 Dominic Serres (Royal Museums Greenwich)
48 - Adolphe d'Hastrel - 1845 - Gorée (Musée de la Compagnie des Indes - Lorient)

IIId. La traite négrière française s’est exercée au XVIIIe siècle

La Compagnie des îles d’Amériques est fondée par Richelieu en 1635 pour administrer et coloniser les îles des Antilles délaissées par les Espagnols et les Hollandais.
Les Français Jean du Plessis d’Ossonville et Charles Liénard de l’Olive prennent ainsi possession de la Guadeloupe le 28 juin 1635 au nom du roi Louis XIII.
Ils débarquent alors dans l’île avec 400 travailleurs français engagés par contrat pour trois ans.
De son côté, le flibustier Pierre Belain d’Esnambuc, débarque en Martinique le 15 septembre 1635, il est accompagné par 150 colons français des Caraïbes.

La culture de la canne à sucre devint en quelques décennies la principale activité économique des Antilles. Cette culture nécessitait une main d’œuvre nombreuse que les trente-six-mois (engagés de métropole), et les indigènes ne pouvaient pas fournir.
La quasi-totalité des indigènes caraïbes avaient d’ailleurs fui dans d’autres îles, ou avaient été décimés par les maladies ou par les armes.
Les colons commencèrent à acheter des esclaves Maures et Noirs aux négriers anglais et hollandais de passage.
« Ces esclaves n’étaient différents en rien des serviteurs Blancs, sinon qu’ils étaient serviteurs perpétuels à leurs maîtres et les Français ne l’étaient que pour trois ans seulement » (307).

Cet approvisionnement ponctuel et local devint rapidement insuffisant et, à partir de 1690, les Noirs reconnus comme main d’œuvre résistante et adaptée furent amenés directement d’Afrique pour les Antilles en grand nombre.

Selon les recherches du Professeur américain Philip Dearmond Curtin, la traite européenne et brésilienne s’exerça principalement sur la côte de la Guinée à l’Angola ; la Sénégambie n’aurait représenté que 8,10 % de l’approvisionnement de la France pour son trafic durant la période de 1710 à 1800 (309).
Il est vrai que malgré leurs qualités physiques reconnues par les commanditaires, les Wolofs montrèrent moins de patience que d’autres peuples sous le joug colonial et le travail forcé.
Ceux qu’on appelait les Gelofes furent même prohibés par les Espagnols dès 1532 à la suite de soulèvements meurtriers à Porto-Rico (312).
Comme on pourrait le supposer, leur conversion à l’Islam ne devait pas être rédhibitoire, puisque les négriers catholiques convertissaient immédiatement leurs captifs à leur arrivée en terre chrétienne.
Initialement, les Espagnols étaient résolus à ne déporter en Amérique que des Africains déjà esclaves, sans se préoccuper de leur confession, considérant que celle-ci ne les avaient pas épargnés de cette condition sur leur propre sol (319).

Avec l’île de Saint-Louis, Gorée fut l’un des deux sites retenus par les Français pour établir des comptoirs permettant d’organiser leur trafic en Afrique de l’Ouest et d’assurer la route jusqu’en Afrique équatoriale.

Après les Portugais, qui la nommèrent Ilha de Palma en 1444, puis les Hollandais, qui préférèrent l’appeler Goeree Reede en 1588, et enfin après un ponctuel intermède anglais en 1664, le Comte d’Estrées prit possession de Gorée pour la France le 1er novembre 1677 contre les Hollandais. Il détruisit les forts, magasins et habitations, pour dissuader les ennemis d’y revenir (316).

49 - Gorée - 1697 - Coronelli Vincenzo
50 - Gorée - 1668 - Jacob Van Meurs in Olfert Dapper
51 - Gorée - 1668 - Jacob Van Meurs in Olfert Dapper

Depuis 1558, les Dieppois fréquentaient le fleuve Sénégal. Après plusieurs installations éphémères dans des îles de l’embouchure, ils construisent en 1659 un bâtiment dans l’île qui sera nommée Saint-Louis (en hommage à Louis XIII) (304).
Jusqu’alors, les explorations vers le Haut-Sénégal ne leur avaient pas permis d’accéder aux mines d’or, parce qu’empêchés par les seigneurs du Galam.

En 1698, motivé par la concurrence anglaise qui venait de s’approprier la Gambie, André Brüe, Directeur de la nouvelle Compagnie du Sénégal, parvint à instaurer une politique de présence permanente des Français à Galam et commença à y construire des établissements fortifiés comme le Fort Saint-Joseph.

Ainsi, durant tout le XVIIIe siècle qui suivit, la traite de Galam, constitue, pour les Français, la source principale de leur économie au Sénégal. Ils font acheminer jusqu’à Saint-Louis (ou à Gorée en cas d’insécurité sur le fleuve), les esclaves, le mil et l’or.

52 - Jacques Grasset de Saint- Sauveur - 1797 - Marchand d'esclaves de Gorée
53 - Durand - 1802 - Les Maures poursuivant les Nègres pour les faire esclaves
54 - de Villeneuve - 1814 - Maures pillant un village nègre
55 - Durand - 1802 - Population du Sénégal

Les esclaves étaient capturés dans tous les territoires du Haut-Sénégal-Niger ; des guerres entre royaumes Bambara de Ségou et de Kaarta (Mali) avaient jeté un nombre considérable de captifs sur le marché.
Des caravanes arrivaient du Fouta-Djalon (Est de la Gambie) avec des prisonniers enlevés dans le pays Tenda (sud-est de la Gambie) et Djallonke par les guerres de la conquête peule.
En même temps, les razzias opérées par les mercenaires marocains, les Ormans, firent un nombre impressionnant de captifs, encouragés par la direction du Fort Saint-Joseph.
Le développement de la traite de la gomme dans le Bas-fleuve et la moyenne vallée fut aussi à l’origine de l’intensification de la traite des esclaves pour la main d’œuvre des Maures qui multiplièrent les razzias dans toute la région du fleuve et notamment au Galam (301).

L’Historien Abdoulaye Bathily chiffre le volume de traite annuelle à deux mille cinq cents pour les Français et à cinq cents pour les Maures.
Les seigneurs de Galam préféraient garder leurs esclaves pour leurs propres travaux et allaient chercher dans les pays voisins les hommes qu’ils revendaient.
Bakel n’était qu’un vaste marché d’esclaves alimenté principalement par les Bambara et les Dowiches (tribus mauresques) : durant le XVIIIe siècle, soixante mille esclaves étaient traités chaque année (301).
Ainsi approvisionnée directement par le fleuve et les caravanes maures, l’Île de Saint-Louis devint le comptoir majeur des Français sur la côte ouest de l’Afrique qui devançait Gorée pour le volume de la traite.

La traite négrière
56 - Gorée - 1732 - publié par A & J Churchill in A Collection of Voyages and Travels

Mais l’île de Gorée, avec sa situation privilégiée qui la rendait accessible en toutes saisons, représentait une position stratégique tant pour le contrôle commercial de la petite côte que pour les escales des courses qui poursuivaient leur expédition plus au sud : son autorité maritime et côtière a favorisé le développement des comptoirs de Joal, Rufisque, Portudal et, plus tard, en 1836, Carabane en Casamance.

Selon Majhemout Diop, le village de Joal s’appelait à l’origine Diong et avait été établi par un certain Massaï Waly Diome uniquement pour parquer ses esclaves.
Il semble que parmi le peuple Sérère du Saloum, les Nones n’étaient pas esclavagistes et se protégèrent contre ce trafic.

Lors du Séminaire sur « Gorée dans la traite atlantique » qui s’est tenu en 1997 à Gorée (324), Charles Becker a rappelé que « la majorité des esclaves exportés de Sénégambie provenaient de l’intérieur de l’Afrique et non des Etats sénégambiens, qui n’auraient fourni qu’un tiers des captifs. [il souligne également] que la traite anglaise a été plus forte que la française et aurait touché entre cent mille et cent trente mille déportés ».

Rappelons que l’Angleterre a occupé Gorée de 1758 à 1763 puis de 1800 à 1817 et a administré Saint-Louis de 1758 à 1779 puis de 1809 à 1817, soit vingt-neuf années sur les cent quarante de la période 1677-1817.
« Ainsi la traite sénégambienne aura touché au moins deux cent mille personnes embarquées de cette petite région d’Afrique », peut-être trois cent mille, précise-t-il, si l’on tient compte d’une sous-estimation des documents disponibles pour l’évaluer et des pertes induites au trafic sur la région.
Soit une moyenne de près de quatre mille déportés par an sous la domination anglaise et d’environ mille par an lorsque les comptoirs étaient français.

IIId1-Les archives commerciales françaises

Il semble qu’en 1364, déjà, un établissement français s’implante sur la côte de Guinée avec le comptoir du Petit-Dieppe à l’embouchure du rio Cestos, au Liberia actuel : « n’est-il pas bien sensible de voir par toutes ces côtes quantité de baies que les Maures appellent Bayes de France, des places même qui portent encore le nom de nos Villes comme le petit Dieppe, qui se situe à cinq degrés et demi de latitude Nord et huit degrés vingt minutes de longitude Est, être si fort abandonnées des Français qu’il n’en reste plus que le nom, et le désir aux habitants de les y revoir ? », s’émeut le négociant français Nicolas Villault de Bellefond, lors de la campagne commerciale qu’il entreprit en 1666-1667 le long de la côte ouest de l’Afrique (302).

Les Français ne reprennent la visite régulière de la côte ouest de l’Afrique, notamment à l’embouchure du fleuve Sénégal, qu’à partir de 1588 avec la « Gallaire de Dieppe », la « compagnie Hall de Rouen » et la « compagnie du Sénégal et de Gambie » en 1624, jusqu’au premier privilège accordé par Richelieu en 1633 par la « Compagnie des Marchands de Dieppe et Rouen », fondée dès 1626.

Cette association est ruinée en 1664 et vend son privilège et ses établissements à la « Compagnie des Indes Occidentales » qui se met à exercer la traite négrière pour essayer d’améliorer sa rentabilité.
Mais elle abandonne et vend son privilège en 1672 à la « Compagnie d’Afrique » qui, malgré de nombreuses opérations de traite des Noirs (cette compagnie avait l’objectif de porter 2 000 esclaves par an aux Antilles pendant 8 ans ), et une extension de sa zone jusqu’au cap de Bonne Espérance, ne réussit pas mieux et vendit son privilège en 1681 à une quatrième compagnie, la « Compagnie du Sénégal, de la Côte de Guinée et d’Afrique », laquelle, ruinée à son tour la vendit à la « Compagnie du Sénégal », qui la vendit en 1694 à la « Compagnie des Indes ».

Ensuite, La « Compagnie royale du Sénégal cap nord et côte d’Afrique » est fondée en 1696 et, dirigée par Brüe, elle parvint à se maintenir jusqu’en 1709, époque où, accablée de dettes et de procès, elle fut forcée par le roi Louis XIV de vendre son privilège et la concession.

La sixième compagnie, « Compagnie du Sénégal», reprit Brüe à son service et réussit enfin d’assez bonnes affaires jusqu’en 1718 où elle vendit son privilège à la « Compagnie des Indes ».
Pour augmenter ses chances de réussite, le gouvernement décida de la perpétuité de ce privilège et accorda au directeur général de cette « Compagnie des Indes » tous les pouvoirs civils et militaires du comptoir de Gorée et ses dépendances, jusqu’en 1758 quand les Anglais prirent Gorée, Saint-Louis et Albrera, sur le fleuve Gambie.

La Traite négrière
57 - Sénégal & Gambie - 1779 - Longchamps
La Traite négrière
58 et 59 - Saint-Louis & Gorée - 1665 - J.Vingboons

Après la reprise de Saint-Louis par Lauzun en 1779 (Gorée avait été restituée à la France en 1763), la «Compagnie de la Guyane» obtient en 1784 le privilège de la gomme pour neuf années. Ce privilège est cédé dès 1785 à une association de commerçants qui prend le titre de «Compagnie de la Gomme» puis ensuite le nom de «Compagnie du Sénégal», qui, malgré le soutien financier du roi, ne tint que cinq ans.

Le 23 juin 1791, l’Assemblée constituante déclare le commerce du Sénégal libre pour tous les Français (317). Le nombre d’expéditions négrières françaises au XVIIIe siècle est évalué à 3 343 pour toute l’Afrique, selon le répertoire établi par l’historien Jean Mettas à partir des Archives de la Marine (318), dont 1 427 pour le seul port de Nantes, 426 pour La Rochelle, 399 pour le Havre, 156 pour Lorient et 393 pour Bordeaux, pour les principaux ports d’armement.

A noter que trois armements ont été effectués à Gorée (pour remplacer des bateaux naufragés) au moyen de bateaux pris aux Anglais (l’Amazone en 1713 et l’Elisabeth en 1715).

Dans leurs courses vers les côtes d’Afrique, de nombreuses expéditions négrières font escale à Saint-Louis et à Gorée, principalement les navires venant de Nantes (97 sur 1427), Lorient (64 sur 156), de Bordeaux et, dans une moindre mesure, du Havre. Les cargaisons embarquées à Gorée se chiffrent en moyenne à 270 esclaves par bateau. Selon son Journal de Bord, le bateau négrier La Néréide, parti de Lorient le 8 novembre 1729, arrive le 19 décembre 1729 à Saint-Louis pour en repartir le 15 octobre 1730 avec une cargaison de 200 Noirs, originaires de Galam, mais traités de la Mauritanie et de la Gambie en passant par Gorée, faute d’arrivée directe par le fleuve en raison d’un différend entre le commandant du fort Saint-Joseph et les chefs Soninke (Sarakholle).

Le navire quitte le Sénégal (Saint-Louis) pour la Louisiane avec sa cargaison comprenant 147 hommes, 29 femmes, 14 garçons et 10 filles. Sur ces 200 personnes, 17 meurent pendant la traversée : 15 hommes, 1 femme et 1 garçon. L’équipage de 42 hommes est quant à lui malade, 17 sont morts également dont le capitaine et l’aumônier, par ailleurs 2 matelots ont déserté à Léogane (Haïti) (318 p.583).

En dehors des naufrages, les pertes sanitaires sont nombreuses parmi les équipages et les esclaves dont le nombre, emportés par la souffrance et la maladie, est évalué à 20 %, les révoltes sont très fréquentes et peuvent survenir à tout moment de l’expédition, jusqu’à l’arrivée où certains font encore des tentatives désespérées de rébellions, de suicides et d’évasions. Comme le relate le journal de bord du navire négrier L’Annibal qui partit de Lorient le 4 février 1729 pour arriver en Gambie le 28 avril 1729, d’où il appareille 27 mai 1729 pour la Louisiane avec un chargement de 249 Noirs embarqués pour 204 d’entre eux à Saint-Louis et à Gorée : « Révolte, le 26 mai à 2 heures du matin : 4 marins morts et 4 blessés. Nous avons tiré quelques coups de fusil, à dessein de les intimider, mais voyant qu’ils montaient toujours en foule, et couraient s’armer de tout ce qui se rencontrait à leurs mains, et venaient sur nous, nous avons été obligés de faire feu, et main basse sur eux pour sauver notre vie, et le vaisseau de la Compagnie. Les Noirs s’arment de haches, armes, ciseaux, marteaux : de limes et marteaux pour se déferrer ; ils ont deux paires de pistolets. Nous n’avons pu les réduire qu’après avoir blessé à mort le chef de la révolte, étant d’ailleurs beaucoup diminués en nombre, et les avons re-ferrés. La révolte s’achève à 10 heures. 45 hommes sont morts, tant tués que quelques uns qui s’étaient jetés par les fenêtres de la chambre, et un autre qui avait enlevé le canot. Trois femmes et deux enfants à la mamelle tués, plus 47 blessés, dont 4 ou 5 des principaux de la révolte ont été pendus au bout des vergues, pour exemple, étant auparavant blessés à mort. Le 27 mai, 23 blessés hors d’état de [rester à bord] sont mis à terre, mais 20 nouveaux sont embarqués. Neuf hommes, trois femmes, un garçon, une fille et huit à la mamelle meurent dans la traversée. Le 13 juillet, une troupe de négresses se sont jetées dans la grande chambre en foule, et ont donné plusieurs coups de poing à M. Bart, sous-lieutenant du vaisseau… ; c’était à dessein de voir si nous étions toujours sur nos gardes pour nous surprendre, entendant d’ailleurs leurs plaintes continuelles de ce qu’on les retenait à bord à dessein de les manger. Le 16 juillet à Saint-Louis (Louisiane), la vente a lieu, attendu la mutinerie continuelle de nos nègres. 4 marins tués à la côte : 1 mort en mer ; 2 à Saint-Louis. 2 déserteurs »(318 pages 580-581).

Les Anglais occupent Gorée de 1758 à 1763 et créent avec l’île de Saint-Louis du Sénégal la Province of Senegambia (de 1758 à 1779). Le gouverneur anglais Charles O’Hara est nommé le 1er novembre 1765 et encourage l’augmentation du trafic négrier.

Selon le Professeur Ibrahima Seck, « pendant dix ans, entre 1766 et 1776, [l’Anglais] s’est livré à une politique désastreuse consistant à financer les razzias des Maures […]. Durant l’année 1775, dans le seul royaume du Waalo, les Anglais auraient acheté plus de 8 000 esclaves en moins de six mois» (326).

De retour à Saint-Louis en 1779, les Français reprennent cette traite à leur compte, mais pour peu de temps puisque la première abolition de l’esclavage prononcée en 1794 met un terme à ce trafic.

IIId2-Les archives administratives et politiques

Les lettres de mission des gouverneurs témoignent de la réalité économique de la traite des captifs au XVIIIe siècle jusqu’au moment où elles écrivent l’histoire d’une colonisation totale qui va se substituer à la pratique commerciale de comptoirs, d’escales et de coutumes.

Les mémoires établis de 1763 à 1816 pour servir d’instructions aux commandants et gouverneurs successifs du Sénégal et dépendances (325) confirment l’intérêt renouvelé de Gorée et de Saint-Louis pour la traite des Noirs.

Comme pour les journaux de bord des bateaux négriers, les textes originaux sont si explicites qu’il suffit d’en citer de larges extraits à l’appui de cette courte évocation de l’activité des Européens au Sénégal à cette époque, pour instruire directement le lecteur d’aujourd’hui des sources objectives qui en permettent le récit.

De 1763 à 1779, la France ne disposait que de l’île de Gorée, restituée par les Anglais : « Sa Majesté [a] jugé nécessaire de conserver l’île de Gorée pour avoir sur la côte d’Afrique un lieu de protection pour la traite des Noirs » (mémoire du 22 décembre 1764 au Sr Mesnager). « L’île de Gorée n’est susceptible d’aucune espèce de culture ; l ‘établissement de cette île n’a pu être destiné qu’à protéger la traite des Noirs, à servir d’entrepôt pour cette traite, à offrir une relâche […]aux navigateurs français qui vont commercer en Guinée. […] il fallait donc y attirer les marchands du pays qui traitent des captifs le long de la côte » (Mémoire du 27 février 1767 au Sr de la Gastière).

Après la reprise du Sénégal (île de Saint-Louis) aux Anglais par le duc de Lauzun, le 30 janvier 1779, l’administration quitta Gorée pour Saint-Louis. Conformément aux instructions données à Lauzun, ce qui restait des fortifications de Gorée fut rasé « afin que l’ennemi, venant à s’en emparer, ne puisse lui donner un air de conquête, s’y établir en force et devenir, par cette possession, maître de la rivière de Gambie » (instructions pour M. le Duc de Lauzun du 20 novembre 1778).

La Traite négrière
60 - Gorée - 1726 - J-Baptiste Roubaud
La Traite négrière
61 - Gorée - 1728 - publié par Labat
La Traite négrière
62 - Gorée - 1820 - Royal Museums Greenwich
La Traite négrière
63 - Gorée - 1650 - Amsterdam - BNF - Gallica
La Traite négrière
64 - Gorée - 1746 - Schley Jacobus van Der
La Traite négrière
65 - Gorée - 1784 La Jaille - BNF Gallica

A noter que les maisons en pierres qui se construisirent en bord de mer à la place de ces remparts devaient être munies de meurtrières le long d’un couloir de circulation, comme cela est visible dans la maison construite par Nicolas Pépin, actuelle Maison des esclaves (315).

Le Mémoire du roi pour servir d’instruction au Sr Dumontet en date du 1er avril 1782 retrace brièvement l’historique de la possession française dans la partie occidentale de l’Afrique depuis 1696, date de la concession faite à la compagnie royale du Sénégal Cap nord et côte d’Afrique (comme on l’a vu, depuis 1626 date de la fondation de la compagnie normande, les compagnies se succèdent rapidement, de faillite en faillite et de procès en procès, jusqu’à la déclaration de la liberté de commerce et l’abolition des privilèges en 1791).

Le Mémoire du roi confirme le statut du comptoir de Saint-Louis, premier pôle administratif et commercial qui permettra dans les décennies suivantes d’asseoir la conquête colonisatrice française.

Au sujet des captifs, l’Instruction du roi nous précise que « Le siège du commerce et de l’administration a attiré dans ce point une peuplade assez nombreuse de mulâtres et nègres libres qui sont pour la plupart chrétiens catholiques. Ils chérissent beaucoup leur séjour et entretiennent une quantité d’esclaves, dont ils ne font rien, et qu’ils ne vendent qu’à la dernière extrémité » .

Comme chez les signares de Gorée et de Saint-Louis, la possession d’esclaves est manifestement un signe extérieur de richesse et non une nécessité économique : « la population de l’île Saint-Louis, au Sénégal, est vicieuse comme à l’île de Gorée ; un trop grand nombre d’habitants s’y sont successivement établis, et les signares, surtout, ont une multitude d’esclaves qui vivent dans l’oisiveté et qui seraient plus utilement employés à la culture dans les îles. C’est par des moyens doux, et principalement par la voie de la persuasion, que ces abus peuvent être réformés » (Mémoire du roi à M. de Boufflers en date du 18 novembre 1785).
Ce Mémoire du 1er avril 1782 précise également les modalités de la traite des captifs : « Les nègres du Sénégal sont préférés à tous les autres noirs de la côte d’Afrique. […] on a reconnu qu’ils sont plus laborieux et plus endurcis au travail. La traite se fait avec plus ou moins de succès, dans les divers points du fleuve […] et l’envoi en est fait […] à l’île de Saint-Louis, qui est l’entrepôt général. Le pays de Galam est celui qui fournit le plus grand nombre d’esclaves. On assure que la traite totale dans les dépendances du Sénégal peut s’élever jusqu’à 3 000. L’activité anglaise ne l’a cependant portée, dans l’étendue désignée de Sénégambie, qu’au même nombre à peu près, et la rivière de Gambie, seule, fournit ordinairement au moins la moitié. […] le Sénégal aura toujours de grands avantages sur la rivière de Gambie, par la difficulté et les dangers du trajet par terre ».
On observe que la traite anglaise semble sous-évaluée, par rapport à ce qu’en dit Boubacar Barry (cf. supra).

La traite négrière
66 - Navire négrier Nantais - 1773 - René Lhermitte - Musée de Nantes - Ducs de Bretagne

Ces modalités sur la traite négrière sont régulièrement reconduites dans les lettres de mission de chaque gouverneur français depuis 1763, comme une des priorités.
Et ce commerce va se libéraliser et s’ouvrir aux particuliers sous le règne de Louis XVI, avec un arrêt du Conseil d’Etat du 11 janvier 1784 qui supprime le privilège exclusif de la traite négrière à Gorée et dépendances, accordé (en dernier) à la Compagnie de la Guyane française depuis 1777.

Il lui octroie en dédommagement celui de la gomme, « pour le terme et l’espace de neuf années », dans la rivière du Sénégal et dépendances.

Cette disposition s’applique alors pour Gorée et la côte sud, mais pour Saint-Louis, le monopole est confirmé.

Sur une suggestion du Chevalier de Boufflers, un arrêt du Conseil d’Etat en date du 10 novembre 1786 octroie jusqu’au 1er juillet 1796 à la Compagnie de la Gomme qui prenait alors le nom de Compagnie du Sénégal, le privilège exclusif de tout le commerce, y compris la traite négrière dans la région située entre le Cap Blanc et le Cap Vert, en contrepartie d’une prise en charge des frais d’administration du Sénégal (Saint-Louis) et de sa garnison.
Elle s’engageait à transporter chaque année quatre cents « Nègres » à la Guyane (325).
Ce privilège de 1786 fut supprimé par décret du 18 janvier 1791.

Le Chevalier de Boufflers devait cependant supporter la puanteur de l’odieux commerce dont il administrait le monopole.
Il se plaint dans sa lettre du 9 juin 1786 à Madame de Sabran que « dans ce temps-ci l’air du Sénégal (Saint-Louis, ndlr) est le pire de tous. Imagine que nous sentons de nos chambres […] les exhalaisons des cadavres des captifs qui meurent par douzaines dans leurs cachots, et que les marchands, par économie, font jeter à l’eau pendant la nuit avec des boulets aux pieds. […] les corps qui se détachent de leur boulet flottent entre deux eaux et […] restent entre les mangliers (palétuviers, ndlr) et ils y pourrissent à leur aise ».

Selon un état signé du major Blanchot, le nombre d’esclaves traités au Sénégal pour l’année 1786 est estimé exactement à 1 083 Noirs, dont 766 sont ramenés directement de Galam au moyen de 23 embarcations (308).
Mais ces chiffres peuvent être incomplets, le géographe Golbéry estime à 1 650 le nombre de captifs traités pendant l’année 1786 depuis le fleuve Sénégal (313).

La loi du 16 pluviôse an II (4 février 1794) supprime l’esclavage, et partant la traite, et ôte aux établissements français de la côte d’Afrique une raison qui en justifiait la charge.
Ainsi, la possibilité du commerce des captifs de traite par les particuliers fut de courte durée à Gorée, de janvier 1784 (libéralisation du commerce des esclaves) à février 1794 (abolition), ce qui laisse une dizaine d’années à la Maison des esclaves pour avoir pu l’héberger, à laquelle s’ajoute la période possible de 1802 à 1818 où la traite fut théoriquement possible avec le rétablissement de l’esclavage en Guadeloupe en 1802 et une occupation anglaise des possessions françaises de 1809 à 1814 (Saint-Louis ne fut restitué qu’en janvier 1817, après les mésaventures du Gouverneur Julien-Désiré Schmaltz, rescapé du naufrage de la Méduse survenu au banc d’Arguin le 4 juillet 1816 et contrarié ensuite par la réticence du Gouverneur anglais Thomas Brereton à lui remettre la souveraineté de l’île).

Avec la première interdiction du commerce des captifs et l’abolition du statut d’esclave pour la main d’œuvre, l’instruction pour le citoyen Blanchot, commandant au Sénégal, en date du 23 ventôse an VII (13 mars 1799) prescrit un véritable changement de perspective pour les possessions françaises menacées par les Anglais : l’idée est d’associer la population à la défense de la colonie naissante aux côtés des Français, notamment avec la création d’une troupe auxiliaire d’indigènes : « la présence des noirs libres choisis pour la défense de la colonie doit rappeler aux uns et aux autres que si la destination primitive des établissements sur la côte d’Afrique fut la traite des esclaves, c’est à l’effet qu’avait produit un commerce odieux qu’est due l’abolition de l’esclavage. Le commandant du Sénégal saisira toutes les occasions de rappeler l’article XV de la Déclaration des droits de l’homme : tout homme peut engager son temps et ses services, mais il ne peut se vendre ni être vendu : sa personne n’est pas une propriété aliénable ».

Après l’échec de la stratégie napoléonienne (blocus continental de 1807), le Sénégal fut remis aux Anglais le 13 juillet 1809.
Dans le traité de paix conclu à Paris le 30 mai 1814 avec les Anglais, qui restituait à la France tous ses établissements de la côte occidentale de l’Afrique, le roi de France Louis XVIII s’engageait à supprimer la traite négrière dans un délai de cinq ans ; mais avec cette clause, les Français pouvaient paradoxalement de nouveau déporter des esclaves du Sénégal aux Antilles, au moins durant ce délai.

L’abolition de la traite esclavagiste sera mentionnée parmi les dispositions du traité de Vienne de 1815 puis fera l’objet, pour la France, d’un décret royal en 1818.

La traite négrière
67 - La Guinée - 1743 - d'Anville & Homann
La traite négrière
68 - L'abolition anglaise - 1815 - Michel Hennin - BNF

Malgré tout, la traite négrière se poursuit à Saint-Louis comme à Gorée semble-t-il.
L’anthropologue Belge Guy Thilmans, lors de son intervention au séminaire de Gorée en 1997, précise que «Morénas, qui séjourna à Saint-Louis en 1818 et 1819, accusa Schmaltz de tolérer et même d’encourager dans ses écrits le commerce des esclaves pratiqué par la plupart des commerçants avec la complicité des fonctionnaires. A son retour en France, il affirma que ce commerce des esclaves se faisait ouvertement à Saint-Louis et à Gorée. Fournissant les noms des navires et le nom des capitaines, plusieurs fonctionnaires seront rappelés».
Cependant, comme le souligne Christian Schefer (325) l’instruction au Sieur Schmaltz en date du 18 mai 1816 marque une orientation nouvelle en raison de l’extinction de l’objet principal des enjeux commerciaux qu’était la traite des Noirs.

La recherche de nouveaux produits de traite comme le morfil, les cuirs, l’huile de palme ou celui de la poudre d’or encouragea la production des populations locales et favorisa, pour l’achat de la gomme, le rétablissement des relations avec les Maures.
Cette politique commerciale devait être mise en œuvre dans le scrupuleux ménagement des coutumes indigènes et de la paix, comme le gouverneur François Blanchot de Verly l’avait déjà reconnu avec le traité conclu le 6 octobre 1806 à Saint-Louis avec Almamy Abdoul Qadiri Kane.
Le grand chef religieux Toucouleur avait lui-même entrepris de pacifier l’ensemble des régions du Fouta Toro (de Dagana à Bakel) en instaurant l’Islam comme principe de pouvoir civil et politique d’un état théocratique qu’il souhaitait élargir, luttant notamment contre les incursions des peuples voisins et contre la traite de captifs musulmans.

Cette réorientation commerciale de la France en Afrique est aussi l’impulsion d’une colonisation terrestre avec le renforcement des forts existants sur le fleuve, Podor construit en 1743 et Saint-Joseph construit en 1698, et celui des comptoirs dépendants de Gorée, principalement pourvoyeurs d’esclaves : Rufisque, Portudal, Joal, Coyon dans le Saloum, Albreda sur le fleuve Gambie.
D’autres emplacements étaient recensés mais restaient à l’état de projets : Casamance, îles Bissagots, Guinée, Sierra-Leone.

Cette affirmation de la présence française nécessita la recherche d’une pacification définitive des différentes régions pour garantir la sécurité des liaisons entre la Gambie, Gorée et Saint-Louis d’une part et celle du fleuve Sénégal d’autre part, livrées depuis toujours au racket (qui n’était auparavant que coutumes admises), aux humiliations et aux agressions permanentes.

Les îles de Saint-Louis et de Gorée étant surpeuplées au regard de l’activité qu’il était possible d’y favoriser, les oisifs vont être incités à s’installer sur la presqu’île du Cap Vert, dont une parcelle avait été cédée à la France dès 1763 par Madior Yacine Issa, damel du Cayor, pour assurer l’approvisionnement de Gorée, puis d’autres en 1787 lors de la gouvernance du Chevalier de Boufflers.

Là encore, les directives exigeaient le plus grand respect des traités signés, de la population indigène et de leurs coutumes : « [les colons] devront être surveillés de manière à ce qu’ils ne commettent aucune vexation, aucune violence. Ils seront d’ailleurs protégés et assistés par tous les moyens qui dépendront du commandant et administrateur du Sénégal, mais il leur sera interdit de dépasser, pour pénétrer dans l’intérieur de l’Afrique, des limites qui auront été fixées par le traité de cession. […] Mais, surtout, c’est un point capital que celui de ne pas reconnaître que les nègres travaillent à titre d’esclaves, mais seulement à titre de cultivateurs engagés et jouissant des droits et avantages qui auront été réglés par l’administration ou, d’une manière libre, entre les concessionnaires et les cultivateurs. La reconnaissance et l’établissement de l’esclavage seraient contraires à l’esprit de nos traités et prépareraient, à la première déclaration de guerre, la dispersion des esclaves et la ruine de tous les établissements de culture, tandis qu’on ne considérerait pas comme impossible d’obtenir de l’Angleterre que des établissements fondés sur des engagements libres fussent respectés, même pendant la guerre ».
Qu’il ne soit pas donné ainsi prétexte à une ingérence anglaise, en quelque sorte.

Dans le même temps, l’exploration du Galam et du Bambouk fut officiellement initiée par la directive de 1816.

Cette pénétration sera effective dès 1819, préambule d’une expansion coloniale au motif d’abord purement commercial, mais qui après s’être confrontée en 1852 au jihad du chef de guerre musulman Omar Foutiyou Tall, accèdera aux royaumes bambara de la vallée du Niger qui seront finalement intégrés à la colonie française à partir de 1890.

Dominique MOISELET, mars 2021

Le Sénégal de l’esclavage et de la traite négrière

III. La traite négrière

bibliographie des auteurs cités

300 – BATHILY (Abdoulaye), Les Portes de l’or, le royaume de Galam de l’ère musulmane au temps de négriers (VIIIe-XVIIIe siècle), l’Harmattan 1989
301 – BELLEFOND (Nicolas Villault de), Relation des costes d’Afrique appelées Guinée, Denys Thierry, Paris 1619
302 – BOUËT-WILLAUMEZ (Edouard), Campagne aux côtes occidentales d’Afrique, Nouvelles Annales de la Marine et des Colonies, Paris, octobre 1850
303 – BRIGAUD (Félix) et VAST (Jean), Saint-Louis du Sénégal, Ville aux mille visages, Editions Clairafrique, Dakar 1987
304 – BRUSCOLI (Francesco Guidi), Un marchand italien d’esclaves à Lisbonne à la fin du XVe siècle : Bartolomeo Marchionni, in Rives Méditerranéennes n°53-2016
305 – BURQUET (Pascal), Qui étaient les esclaves brésiliens au 16e siècle ? in https://perso.helmo.be/jamin/euxaussi/racisme/bresil.html, consulté le 26 janvier 2021
306 – COHEN (William Benjamin), Français et Africains, Les Noirs dans le regard des Blancs 1530-1880, Gallimard, Paris 1981
307 – CULTRU (Prosper), Histoire du Sénégal du XVe siècle à 1870, Emile Larose, Paris 1910
308 – CURTIN (Philip Dearmond), The Atlantic Slave Trade, A Census, The University of Wisconsin, 1969
309 – DAVIS (Robert C.), Christian Slaves, Muslin Masters : White Slavery in the mediterranean, the barbary coaste and Italy, 1500-1800, Palgrave Macmillan 2003
310 – ENCINAS (Diego de), Recopilation de Leyes de los reynos de las indias, Libro IX, Titulo XXVI, Ley XIX, Madrid 1681
311 – GOLBERY (Sylvain-Meinrad-Xavier de), Fragmens d’un voyage en Afrique fait pendant les années 1785, 1786 et 1787 dans les contrées occidentales de ce continent comprises entre le cap Blanc de Barbarie et le cap de Palmes, 2 tomes, Treuttel et Würtz, Paris 1802
312 – KNIGHT-BAYLAC (Marie-Thérèse), La vie à Gorée de 1677 à 1789, Revue française d’histoire d’outre-mer tome LVII n°209-1970,
313 – LABAT (Jean-Baptiste), Nouvelle Relation de l’Afrique occidentale, Guillaume Cavelier, Paris 1728
314 – MARY (Gaston), Précis historique de la colonisation française en Afrique occidentale depuis les premiers siècles jusqu’en 1910, Larose éditeurs 1937,
315 – METTAS (Jean), Répertoire des expéditions négrières françaises au XVIIIe siècle, 2 tomes, Société Française d’Histoire d’Outre-Mer et Librairie orientaliste Paul Geuthner S.A., Paris 1978 et 1984
316 – MONTEIL (Vincent), Lat Dior, Damel du Kayor, et l’islamisation des Wolofs, in Archives de Sociologie des religions n°16, CNRS 1963
317 – MOSTO (Alvise Ca’ da), Voyages en Afrique noire 1455-1456, Chandeigne 2003
318 – N’DIAYE (Tidiane), Le Génocide voilé, enquête historique, Gallimard, Paris 2008
319 – NETTEMENT (Alfred), Histoire de la conquête d’Alger, écrite sur des documents inédits et authentiques, Librairie Jacques Lecoffre, Paris 1867
320 – PETRE-GRENOUILLEAU (Olivier), La Traite Oubliée des Négriers musulmans, L’Histoire n°280, octobre 2003
321 – SAMB (Djibril) (dir.), Gorée et l’Esclavage, actes du séminaire sur Gorée dans la traite atlantique : mythes et réalités, Gorée 7-8 avril 1997, Initiations et études africaines n°38, Université Diop IFAN 1997
322 – SCHEFER (Christian), Instructions générales données de 1763 à 1870 aux gouverneurs et ordonnateurs des établissements français en Afrique occidentale, Edouard Champion 1921
323 – SECK (Ibrahima), Les Français et la traite des esclaves en Sénégambie, Société d’Etudes du Dix-Huitième siècle n°44 L’Afrique, 2012,
324 – TROUSSET (Jules), Histoire nationale de la Marine, tome 2, Librairie illustrée, Paris, 1881
325 – WHEAT (David), Iberians Roots of the Atlantic Slave Trade 1440-1640, in https://sites.google.com/site/harperapush/period-1-1491—1607/iberians-roots-of-the-atlantic-slave-trade, consulté le 24 mars 2021
326 – ZURARA (Gomes Eanes de), Chroniques de Guinée 1453, IFAN-Dakar 1960

Retour haut de page