Stanislas-Jean, Chevalier de Boufflers

Chevalier de Boufflers

Stanislas-Jean, Chevalier de Boufflers (Nancy, 1738 – Paris, 1815)

Chevalier, puis marquis de …
Militaire et poète français, Chevalier de l’ordre de Malte, fils de Louis François, marquis de Remiencourt, et de la marquise, Marie-Françoise-Catherine de Beauvau-Craon. Il grandit à la cour de Lunéville où il eut pour parrain le roi Stanislas Leczinski dont sa mère était l’amie et la maîtresse en titre..
Stanislas-Jean passa deux ans au séminaire de Saint-Sulpice où il écrivit un conte licencieux, « Aline, reine de Golconde », qui connut un certain succès.
Il quitta le séminaire sans avoir prononcé de vœux puis fut nommé colonel de hussards en 1772. Favorablement remarqué sur les champs de bataille, il atteignit le grade de maréchal de camp après la campagne de Hanovre. Il quitta l’armée en 1784.
Suite à une complète disgrâce, il fut déporté, pour ainsi dire, en qualité de gouverneur du Sénégal et de la colonie de Gorée que lui proposa le Marquis de Castries, ministre de la Marine de Louis XVI.
Administrateur avisé, l’élégant chevalier s’attacha à mettre en valeur la colonie tout en se livrant à la contrebande de gomme arabique et d’or et laissa le souvenir d’un train de vie fastueux et de liaisons avec les signares de Gorée, dont la célèbre Anne Pépin qui possédait l’actuelle maison dite «des Esclaves». Il resta cependant fidèle à Madame de Sabran qu’il épousa en 1797.
A son départ définitif de Gorée pour la France, le 29 décembre 1787, les signares auraient ramassé le sable qu’il venait de fouler …
Il y aurait laissé 57 enfants bâtards *.
De retour en France, il remboursa ses dettes grâce aux gains qu’il avait pu réaliser par la pratique du commerce de contrebande de gomme arabique et d’or.
Il fut élu à l’Académie française en 1788. Député de la noblesse aux États généraux de 1789, il fut l’auteur de deux célèbres rapports relatifs aux premières lois modernes de propriété intellectuelle.

Ayant émigré en 1792 et trouvant refuge en Prusse polonaise, il y épousa Éléonore de Sabran.
De retour en France après le 18 brumaire, il se rallia à Bonaparte et fut nommé bibliothécaire-adjoint de la Bibliothèque Mazarine puis reprit son fauteuil à l’Académie française en 1803.
Sa tombe se trouve au Père-Lachaise, sur la pierre de laquelle on lit, à demi-effacée, cette inscription :
Mes amis, croyez que je dors !“.

De la notice des œuvres complètes de Boufflers M DCCC XXVII :
Peu d’hommes ont obtenu autant de galants succès que Boufflers.
Peut-être nous a-t-il donné la véritable explication de ces triomphes continus quand il a dit : En amour j’étais tout physique… C’est un point essentiel.

Quoi qu’il en soit, il est certain qu’il ne trouva guère de cruelles. Des infidèles, c’est une toute autre chose ; et, à cette occasion, je me rappelle une aventure qui long-temps occupa tout Paris et dans laquelle il joua un rôle assez nouveau.
“Un jour il s’était vengé par une épigramme sanglante de l’inconstance d’une belle marquise. Cette petite pièce parvint à sa destination après avoir passé par vingt cercles. La marquise lui écrivit sur le champ pour lui demander pardon de ses torts, le supplier de détruire toutes les traces de sa vengeance et l’engager à venir chez elle à une heure indiquée, pour sceller une réconciliation sincère. Le chevalier connaissait trop bien les femmes pour aller sans défiance au rendez-vous; il se munit de pistolets.

A peine avait-on échangé les premières explications que quatre grand drôles arrivent, le saisissent, l’étendent sur le lit, le déshabillent, autant qu’il était nécessaire pour exécuter leur dessein, et lui administrent en cadence cinquante coups de verges chacun, sous le commandement de madame.
La cérémonie terminée, le chevalier se relève froidement, se rajuste, et, s’adressant aux spadassins que la vue de ses armes fait trembler : “Vous n’avez pas fini votre besogne, leur dit-il ; madame doit être satisfaite, mon tour est venu. Je vous brûle la cervelle à tous les quatre, si vous ne lui rendez à l’instant ce que je viens de recevoir…..
Cet ordre était donné avec trop de fermeté et Boufflers l’accompagnait de manières trop engageantes pour qu’on tardât à lui obéir.

Les pleurs de la belle dame n’empêchèrent pas que le satin de sa peau ne fût outragé sans pitié. Mais ce ne fut pas tout : Boufflers voulut que les exécuteurs de ces actes de vengeance se fissent subir mutuellement une semblable punition ; puis, prêt à se retirer : “Adieu, madame, que rien ne vous empêche de publier cette plaisante aventure ; je serai le premier à en régaler les oisifs…

On prétendit que la marquise courut après lui, se jeta à ses genoux, et le conjura tellement de lui garder le secret qu’il soupa chez elle le soir même pour démentir les indiscrétions.

Bien plus, on ajouta que, malgré ces fustigations, la scène se termina beaucoup plus gaiement qu’elle n’avait commencé.

N.B. : * : Certains esprits chagrins ont cru trouver un sens d’injure raciste au terme “bâtard”.
Je l’ai utilisé ci-dessus – et l’y maintiens – dans le sens qui lui était donné à l’époque du Chevalier de Boufflers et jusqu’à … récemment : est-il nécessaire de rappeler aux mêmes esprits chagrins que le mot était employé pour désigner un enfant adultérin ou illégitime, c’est-à-dire conçu hors des normes sociales (mariage, célibat des prêtres…), également appelé « enfant de l’amour » ?
Ce terme de bâtard a des connotations négatives (sans aucun rapport avec des préjugés raciaux), mais celles-ci disparaissent lorsqu’il désigne les bâtards de familles nobles qui étaient souvent légitimés et occupaient des rangs sociaux élevés.

Jean-Louis Delbende

Retour haut de page