Les Tirailleurs Sénégalais

Tirailleurs Sénégalais

Les tirailleurs sénégalais sont des troupes d’infanterie coloniale recrutées en Afrique sub-saharienne.

Les premiers soldats noirs à servir la France sont d’anciens esclaves de confiance, les “laptots”, recrutés au XVIIIe siècle, pour assurer la sécurité des navires de la Compagnie générale des Indes qui commerce avec l’Afrique.
Le corps des tirailleurs sénégalais est créé, en 1857, par un décret de Napoléon III. De cette date à leur suppression, dans les années 1960, les tirailleurs participent à toutes les campagnes coloniales menées par la France.
Ils combattent en Afrique noire à la fin du XIXe siècle et 150 d’entre eux participent notamment à la mission Marchand (1896-1899). Ils interviennent encore au Maroc (1912-1934).

Les Tirailleurs Sénégalais

Les tirailleurs sénégalais jouèrent un rôle actif dans la défense ou la reconquête du territoire national lors des deux conflits mondiaux.

Entre 1914 et 1918, sur les 161 250 tirailleurs recrutés, 134 000 intervinrent sur différents théâtres d’opération, notamment aux Dardanelles et sur le front de France, à Verdun ou sur la Somme (1916), tandis que les autres servirent outre-mer comme troupe de souveraineté.

Durant la Seconde Guerre mondiale, ils participèrent aussi bien à la Bataille de France, en 1940, qu’à l’ensemble des combats menés par la France Libre, intervenant notamment au Gabon (1940), à Bir Hakeim (1942) ou encore débarquant en Provence avec la 1re armée (1944).
Pour leur bravoure et leur efficacité dans la campagne de France, les tirailleurs sénégalais se virent décerner plusieurs décorations et citations tant individuelles que collectives. Ainsi, parmi tant d’autres, le 1er bataillon du 6e RICMS, les 53e et 57e RICMS furent cités à l’ordre de l’armée. Le drapeau du 53e RICMS reçut en outre l’inscription “Airaines 1940” ; ce fait est suffisamment exceptionnel pour être mentionné, les inscriptions attribuées au titre de la campagne de 1940 étant peu nombreuses.

Centenaire de troupes de la Force Noire

En juin 1940, lors de la bataille de France, une série de massacres est perpétrée par l’armée allemande contre des soldats africains dans la région lyonnaise.
Le plus emblématique s’est déroulé à Chasselay.

Tirailleurs Sénégalais : le massacre de Chasselay

La peur se lit sur leurs visages. Terrifiés, les mains en l’air, ils sont conduits dans un champ.
Un soldat allemand semble même esquisser un sourire.
Ces prisonniers sentent que la situation est inhabituelle.
Ces tirailleurs sénégalais de l’armée française n’ont plus que quelques minutes à vivre.
Des Panzers s’apprêtent à leur tirer dessus.
Ces chars ont été positionnés sur la route, juste à côté. Ils font feu à la mitrailleuse.
Une quarantaine d’hommes s’écroulent au sol. Le 20 juin 1940, dans le Rhône, vient de se dérouler le massacre de Chasselay. (Texte : Stéphanie Trouillard / France 24)

Des tirailleurs intervinrent également lors des deux grands conflits de décolonisation, en Indochine (1945-1954) et en Algérie (1954-1962).
Les régiments de tirailleurs sénégalais furent transformés en régiments d’infanterie de marine en 1958 avant d’être définitivement supprimés entre 1960 et 1962.

Demba & Dupont
Demba & Dupont

Première guerre mondiale : les chiffres relatifs aux troupes coloniales

La contribution globale des colonies à l’effort de guerre français pour la 1ère Guerre Mondiale (1914-1918) s’éleva à 555 491 soldats, dont 78 116 furent tués et 183 903 affectés à l’arrière à l’effort de guerre économique en vue de compenser l’enrôlement de soldats français sur le front.

L’Algérie, à elle seule, fournit 173 000 combattants musulmans, dont 23 000 furent tués, et 76 000 travailleurs participèrent à l’effort de guerre, en remplacement des soldats français partis au front.
La contribution totale des trois pays du Maghreb (Algérie, Tunisie, Maroc) s’éleva à 256 778 soldats, 26 543 tués et 129 368 travailleurs.

L’ Afrique noire (Afrique occidentale et Afrique équatoriale) a, pour sa part, offert 164 000 combattants dont 33 320 tués, l’Indochine 43 430 combattants et 1 123 tués), L’île de la Réunion 14 423 combattants et 3 000 tués, Guyane-Antilles (23 000 combattants, 2 037 tués).

Seconde guerre mondiale : les chiffres relatifs aux troupes coloniales

Pour la Deuxième Guerre mondiale (1939-1945) : La Première Armée d’Afrique qui débarqua en Provence, le 15 août 1944, avait permis d’ouvrir un deuxième front en France après le débarquement du 6 juin 1944 en Normandie. Cette armée de 400 000 hommes, comptait 173 000 maghrébins et africains sub-sahariens dans ses rangs. De juin 1940 à mai 1945, 55 000 Algériens, Marocains, Tunisiens et combattants d’Afrique noire furent tués. 25 000 d’entre eux servaient dans les rangs de l’armée d’Afrique.

Retour haut de page