Economie du Sénégal

Economie du Sénégal

L’Economie du Sénégal est devenue en 2016 la quatrième de l’Afrique de l’Ouest (après le Nigéria, la Côte d’Ivoire et le Ghana), la 165e économie mondiale (PIB par habitant à parité du pouvoir d’achat de 2 678 dollars), la 29e économie africaine dont les principaux partenaires économiques sont la France, l’Inde, l’Italie, la Chine et les États-Unis. Malgré cela, le pays de la Teranga fait partie des Pays les Moins Avancés (PMA).

La croissance annuelle moyenne a atteint 5,4% entre 2012 et 2017 alors que le taux d’inflation reste stable à environ 1% par an. L’économie du pays est donc l’une des plus dynamiques au monde, mais il faut également prendre en compte le faible niveau de départ de l’économie ainsi que la forte croissance démographique du Sénégal. Les investissements effectués dans les infrastructures publiques, comme le prévoit le Plan Sénégal Émergent (PSE) du président Macky Sall, ont contribué fortement à cette croissance. A noter également la vitalité des exportations (augmentation de près de 15% en 2015 et de 13% en 2016).
Selon l’agence Standard & Poor’s, la croissance de l’économie sénégalaise devrait avoisiner les 7% entre 2017 et 2020, contre 3,5% en moyenne entre 2011-2014.

Les principales “locomotives” de l’économie du Sénégal sont l’exploitation minière, la construction, le tourisme, la pêche et l’agriculture.
L’économie sénégalaise reste pénalisée par les conditions climatiques et la forte croissance démographique. La croissance démographique (2,39% en 2017) a pour conséquence l’exode des populations des zones rurales motivé par les pénuries alimentaires. Les conséquences néfastes sont les problèmes d’approvisionnement en eau ainsi que d’évacuation des eaux usées et des déchets dans les zones urbaines. A Dakar, l’augmentation du trafic se traduit par une augmentation de la pollution sonore et atmosphérique.

Les principales industries exportatrices du Sénégal sont l’extraction de phosphates, la production d’engrais, les produits agricoles, la pêche commerciale et les projets d’exploration pétrolière.

Le Sénégal (membre de la Banque mondiale, de l’Organisation Mondiale du Commerce et de l’Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine) dépend de l’aide des donateurs, des envois de fonds et des investissements directs étrangers.
Parmi les principaux freins au développement économique du pays sont la corruption, une justice peu efficace, des formalités administratives très lentes, un secteur éducatif défaillant.

  • Produit intérieur brut (parité nominale) : 16, 05 milliards de dollars (2017 est.)
  • Produit intérieur brut en PPA 39,69 milliards de dollars (2016 est.)
  • Rang pour le PIB en PPA 114e (2010 est)
  • Croissance du PIB 7,2 (2017 est)
  • PIB par habitant en PPA 2 600 $ (2015 est)
  • PIB par secteur agriculture : 17,2% (2016 est), industrie : 23,7% (2016 est), services : 59% (2016 est)
  • Inflation (IPC) 3,6 % (2015)
  • Population sous le seuil de pauvreté 44 % (2014)
  • Indice de développement humain (IDH) 0,494 (162e sur 188 pays en 2015)
  • Population active 6,737 millions (2016 est.)
  • Taux de chômage 15,7% (2017)
  • Principales industries industries agroalimentaires, mines de phosphate, production d’engrais, raffinage de pétrole, matériaux de construction, constructions navales mine de zircon

Commerce extérieur :

  • Exportations :2,449 milliards de dollars (2016 est.)
  • Biens exportés or, produits de la mer, ciment, essence, acide phosphorique, arachides, mangues
  • Principaux clients : France, Espagne, Suisse, Mali, Gambie, Inde, Chine
  • Importations : 4,993 milliards de dollars (2016 est.)
  • Biens importés : pétrole, riz, moutons, automobiles
  • Principaux fournisseurs : France, Italie, Royaume-Uni, Thaïlande, République populaire de Chine.

Finances publiques :

  • Dette publique 58,6% du PIB (2016 est.)
  • Dette extérieure 6,327 milliards de dollars ( 2016 est)
  • Recettes publiques 3,906 milliards de dollars (2016 est.)
  • Dépenses publiques 4,535 milliards de dollars (2016 est.)
Retour haut de page