La Maison des Esclaves à Gorée

Maison des Esclaves à Gorée

L’actuelle “Maison des Esclaves” fut construite vers 1780 dans la rue Saint-Germain par Nicolas Pépin, frère de la signare Anne Pépin, elle-même maîtresse du Chevalier de Boufflers.

Cette bâtisse aurait été la dernière esclaverie en date à Gorée. Les premières remontent à 1536, construites par les Portugais, premiers Européens à fouler le sol de l’île en 1444.

Cependant les explications données lors de la visite guidée de la “Maison des Esclaves” à Gorée ne semblent pas étayées par quelque document, quant à la “porte du voyage sans retour“, on peut réellement douter de l’usage que les commentaires officiels lui attribuent. Effectivement, à quelques centaines de mètres du port de Gorée, on a du mal à imaginer que les esclaves auraient été évacués par cette porte vers les bateaux les emportant outre-Atlantique…. alors qu’ il aurait été tellement plus facile d’utiliser le chemin menant au port, lui-même situé à 300 mètres ….

D’autre part, il est impossible d’imaginer que des hommes libres (les négriers) aient pu habiter, en zone tropicale,  au-dessus des cellules contenant des dizaines de captifs privés de l’hygiène de base sans être totalement incommodés par des odeurs pestilentielles ….

Maison de la signare Anna Colas à Gorée, par d'Hastrel de Rivedoux en 1839

La Maison des Esclaves à Gorée, ou plutôt “dite des Esclaves”, devrait donc être considérée comme un triste symbole de la traite négrière, ce que devrait également être l’île.
Cela permettrait d’ailleurs d’évoquer la traite musulmane à destination des marchés nord-africains et arabes ainsi que la traite interafricaine – chacune de ces traites ayant permis de déporter ou de maintenir en “esclaves de cases” plus d’africains que la traite transatlantique.
Gardons également à l’esprit que l’esclavage fut pratiqué à large échelle par presque toutes les ethnies d’Afrique de l’ouest dans le passé.

Lire également : Gorée sans les esclaves

Photographie : Jean-Louis Delbende

Retour haut de page