Monument de la Renaissance Africaine

Monument de la Renaissance Africaine à Dakar
Monument de la Renaissance Africaine à Dakar

Le Monument de la Renaissance Africaine est un ensemble monumental de 52 mètres de hauteur, en bronze et cuivre.

Il se situe à Ouakam, commune d’arrondissement de Dakar, sur une colline volcanique surplombant la capitale sénégalaise.

L’ensemble, qui représente un couple et son enfant pointant vers le ciel, fut inauguré le 3 avril 2010 à l’occasion des cérémonies du cinquantenaire de l’Indépendance du Sénégal, par le président Abdoulaye Wade en présence d’une vingtaine de chefs d’État africains, du numéro deux du régime nord-coréen, ainsi que d’une délégation du gouvernement français.

Les travaux d’édification avaient commencé en 2002 et l’ensemble coûta entre 9 et 15 milliards de FCFA (15 à 23 millions d’€). Le président Abdoulaye Wade, initiateur du projet, désirait en faire le symbole de la « dignité du continent » en présentant au travers d’une famille dressée vers le ciel (l’homme porte son enfant sur son avant-bras musclé et tient sa femme par la taille) « une Afrique sortant des entrailles de la terre, quittant l’obscurantisme pour aller vers la lumière ».
Le projet du monument fut confié à l’architecte sénégalais Pierre Goudiaby Atepa et l’œuvre fut dessinée par le président Wade (détenteur de 35 % des droits d’auteur).3

Comment un monument de 52 mètres de haut devint, à Dakar, le symbole de la dérive autocratique ?

Ce monument a fait l’objet de nombreuses critiques et concentra les oppositions au président Wade. Le coût fut jugé pharaonique compte tenu du contexte de crise économique du pays. La polémique concerna également l’annonce publique que le président Wade se réserverait, au titre de la propriété intellectuelle, 35 % des recettes engendrées par la visite du monument et la fréquentation des infrastructures attenantes et que son fils, Karim Wade, présiderait le conseil d’administration de la fondation chargée de la gestion.

Monument de la Renaissance Africaine à Dakar

Le choix d’une entreprise nord-coréenne chargée de la construction fut également critiqué compte tenu du caractère dictatorial de ce pays.

Précédant l’inauguration, des manifestations se déroulèrent dans les rues de Dakar, demandant la démission d’Abdoulaye Wade pour ces différentes raisons.

L’œuvre artistique fut également très critiquée et on reprocha son style stalinien, d’éventuels symboles maçonniques, un caractère païen et indécent (le pagne porté par la femme) dans un pays musulman à 97,5 %.
Le 11 décembre 2009, une trentaine d’imams prêchèrent contre le monument qu’ils considéraient contraire à l’islam et donnèrent une conférence de presse pour expliquer leur point de vue.
La réponse maladroite du président Wade provoqua un incident avec la communauté chrétienne du pays (violents affrontements entre jeunes chrétiens et forces de l’ordre). Le président Wade avait demandé aux imams pourquoi ils n’étaient pas choqués par des statues de Jésus présentées dans les églises, « Des gens adorent le Christ qui n’est pas Dieu ».

La position en retrait de la femme derrière l’homme provoqua des critiques émanant de féministes.

Retour haut de page