Bakel

Bakel à la fin du XIXe siècle.
Bakel à la fin du XIXe siècle.

Située à 560 km de Saint-Louis du Sénégal et à 687 km de Dakar, la capitale. Bakel est une petite ville sarakholé nichée dans une cuvette, poste de garde de la Vallée Moyenne et de la route du Soudan.

Bakel est située le long du fleuve Sénégal et le climat y est très chaud et aride, le sable omniprésent.
Erigée en commune en 1960, la ville est le chef-lieu du département de Bakel, dans la région de Tambacounda.
Les localités les plus proches sont Korera, Lekselba, Boutanda, Alahina, Bema, Moribougou, Diaguili, Koungani et Tourimé.
Bakel fut, à l’époque de la colonisation de l’Afrique, une étape majeure de la pénétration française à l’intérieur du continent noir.
En 2007, selon les estimations, la population s’élevait à près de 13 000 habitants appartenant principalement aux ethnies sarakholée, c’est-à-dire soninkée, Pulaars, Wolofs et Bambaras.
Bakel possède un aéroport.
La ville fut également un grand centre économique et le commerce de la gomme et de l’arachide fit sa prospérité.
Au milieu de la ville se trouve une butte appelée “montagne centrale” où est érigée une maison qui aurait abrité l’explorateur René Caillié lors de son voyage vers Tombouctou.
Le Fort de Bakel, abritant la préfecture, doit son architecture aux travaux commandés par Faidherbe qui souhaita en faire, à partir de 1854, le principal centre de résistance à El Hadj Oumar.
En avril 1886, eut lieu la bataille de Bakel. Le marabout Mamadou Lamine Dramé fut vaincu par le roi Moussa Molo allié aux Français.
En 2003, le pavillon René Caillé, le fort, les trois tours militaires et le cimetière des circoncis furent inscrits sur la liste des Monuments historiques.

Accès aux pages de villages & villes du Sénégal :
Retour haut de page