Richard-Toll

La "Folie" du Baron Roger à Richard-Toll
La "Folie" du Baron Roger à Richard-Toll

Richard-Toll, commune du département de Dagana dans la région de Saint-Louis, s’est construite sur la rive gauche du fleuve Sénégal.

Saint-Louis du Sénégal se trouve à une centaine de kilomètres et Dakar à 375 km.
Les communes les plus proches sont Keur Madike, Ndiangue, Ksar Chams, Keur Birane Ndiaye, Guidakar, Ndombo Alarba et Ndombo Diop.
Richard-Toll est une petite ville à mi-chemin entre Saint-Louis du Sénégal et Podor. Son nom provient d’un certain Jean Michel Claude Richard, horticulteur français, qui y créa une exploitation agricole dans la première moitié du XIXème siècle, et du mot “Toll” signifiant “jardin” en wolof. Le projet agricole de M. Richard fut relancé en 1932 et l’on encouragea la culture du coton puis du riz et de la canne à sucre.
Aujourd’hui Richard-Toll est entourée de champs de canne à sucre et de rizières, au milieu d’une région globalement plutôt aride.

Dans les années 1970, Richard-Toll ne comptait que 5 000 habitants, mais le développement de l’industrie sucrière a favorisé son essor.
Selon les estimations, la population de Richard-Toll s’élevait à près de 50 000 habitants en 2007.

Une curiosité architecturale de Richard-Toll est la “folie” du baron Roger, grande maison coloniale se dressant au milieu d’un jardin tropical, luxuriant en son temps.

Cette construction fut la résidence édifiée aux abords de Richard-Toll par le Baron Jacques-François Roger, premier Gouverneur civil du Sénégal de 1822 à 1827, dont le nom est lié à la politique de mise en valeur agricole commencée par le Gouverneur Schmaltz (rescapé du naufrage de la “Méduse”) et membre fondateur de la Société française pour l’abolition de l’esclavage en 1834.
Ce vaste bâtiment à étages construit au milieu d’un parc rappelle par son style certains petits châteaux (“folies”) du XVIIIe siècle en Europe.
La bâtisse comporte de nombreuses fenêtres, larges et hautes, aussi bien, à l’étage qu’au rez-de-chaussée. Au sommet de l’édifice, une casemate percée d’un œil-de-bœuf s’élève au milieu d’une vaste terrasse.
L’intérêt du lieu était autrefois rehaussé par la présence de statues qui laissaient planer sur cet endroit du Sénégal un parfum “Grand Siècle”.
Avec cette “folie”, le baron Jacques-François Roger, se fit construire un véritable château, habité par la suite par Louis Faidherbe, avant d’être transformé en monastère puis en école. Aujourd’hui en ruines, le bâtiment témoigne encore des ambitions du passé et constitue l’une des curiosités de l’endroit.

Un parc très agrémenté, qui servait de jardin d’essai, entourait à l’origine le château. Richard, alors Directeur de l’Agriculture, a laissé son nom à la ville : Richard-Toll signifiant le “jardin de Richard“.
S’il ne reste rien du parc primitif qui entourait le château, l’architecture de l’ensemble ne manquera pas d’étonner le visiteur.

Compagnie Sucrière Sénégalaise
Compagnie Sucrière Sénégalaise

Richard-Toll vit de nos jours au rythme de la C.S.S. (Compagnie Sucrière Sénégalaise).

Cette entreprise cultive et exploite la canne à sucre depuis 1967 sur plus de 10 000 hectares et fournit un emploi à près de 8 000 personnes.

La production annuelle de sucre raffiné atteint environ 140 000 tonnes.
Une unité de production de bioéthanol à partir de mélasse issue de la transformation de la canne à sucre y a été inaugurée en novembre 2007 et permet la production de 12 millions de litres de surfin.
Les bâtiments de la C.S.S. sont reconnaissables à leurs hautes cheminées.
Le brûlage de la canne aux abords de Richard-Toll est spectaculaire.

A proximité de Richard-Toll et grâce à l’irrigation, on produit aussi de la patate, du fonio, du maïs, du chou, de la mangue et de la banane.

L’industrie fabrique de la toile de coton, de la peinture, du chocolat, du gaz en bouteille, des biscuits ainsi que des produits chimiques.

Accès aux pages de villages & villes du Sénégal :

Photographie de la C.S.S. : Manu25, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons

Retour haut de page