Saint-Louis, berceau du Machinisme

Saint-Louis, berceau du Machinisme

L’île de Saint-Louis qui fut le premier endroit d’Afrique Noire où s’établirent les Français, fut aussi la première ville à entrer dans ce qu’on a appelé “l’Age de la Machine”.

En France, l’on comptait à peine 5 000 machines à vapeur au milieu du XIXème siècle, contre plus de 100 000 à la fin de celui-ci. Or à Saint-Louis fonctionna dès 1859, à la Pointe Sud, un important moulin ne traitant pas moins de dix tonnes de mil par jour, grâce à une machine a vapeur de 25 CV.

L’éclairage électrique n’entra dans le domaine pratique qu’après l’invention de la lampe à incandescence par Edison en 1880. Or en 1889, l’éclairage électrique devint en usage à Saint-Louis, avec la création d’une Société Anonyme d’Eclairage Electrique au Sénégal utilisant deux machines compound de 20 et 16 CV. Aussi, lors de l’inauguration en 1958 de la nouvelle centrale de Saint-Louis, Desanges, rappela-t-il que cette cité avait été l’une des premières villes du monde à connaître ce type d’éclairage.

De cette période pionnière de la mécanisation quelques vestiges persistent jusque de nos jours. Le centenaire de l’établissement du pont Faidherbe fournit l’occasion de procéder à une sensibilisation des populations de Saint-Louis à l’égard d’un ouvrage qui constitue l’image de marque de leur ville. Il permet également de tenter d’obtenir la réhabilitation de quelques autres témoins du début de l’emploi de la machine à vapeur, à savoir la grue de vingt tonnes située sur un des quais de la ville, l’usine de Makhana proche de Saint-Louis et l’environnement de la gare de chemin de fer de Sor.

La grue à vapeur de 20 tonnes

Lorsqu’en 1880 le gouvernement français accorde les premiers crédits pour la construction d’une voie ferrée reliant Kayes sur le fleuve Sénégal à Bamako sur le fleuve Niger, il s’avéra indispensable de disposer à Saint-Louis d’un engin de levage susceptible de soulever de très lourds fardeaux, dont certains (les locomotives) pesaient 14 tonnes.

Une première grue fut envoyée mais le navire qui la transportait fit naufrage sur le banc d’Arguin en Mauritanie. Une seconde arriva à destination. Elle avait été commandée aux constructeurs Bon et Lustremant, lesquels fournirent par la suite le mécanisme de la travée tournante du pont Faidherbe.

Cette grue était arrivée en pièces détachées et fut assemblée en 1883 par deux militaires (Peyssoneaux et Tellier) dont les noms sont encore visibles, gravés dans le métal de la grue.

Après le choix de Dakar comme point d’appui de la flotte en 1898, la grue perdit son importance militaire. Elle fut cédée par la marine à la colonie, restant en service jusqu’en 1954.

Cet engin de levage à vapeur est un des seuls au monde à nous être parvenu dans un état de conservation presque parfait.


voir :