Galandou Diouf (1875 - 1941)

Né à Saint-Louis du Sénégal dans une famille musulmane, Galandou Diouf suivit une scolarité dans une structure catholique et entreprit une carrière d’enseignant puis d’employé de bureau.

En 1909, premier élu africain depuis la conquête, il devint représentant de la commune de Rufisque au Conseil Général à Saint-Louis du Sénégal.
Il fut élu député du Sénégal en 1934, soutenu par une coalition composée des Mourides, de cultivateurs et d’anciens combattants.
Il devient maire de Rufisque en 1919.
Défenseur de l’égalité africaine et opposant à la discrimination, il collabora au journal La Démocratie.
Fondateur du journal Le Sénégal et parrain de Blaise Diagne, il fut vite supplanté par celui-ci puis continua néanmoins à collaborer avec lui et le soutint jusqu’en 1928.
À la mort du député en 1934, Galandou Diouf fut élu à l’Assemblée Nationale française.

Député, Galandou Diouf déposa une proposition de loi visant à accorder la citoyenneté française à tout les habitants de l’Afrique Occidentale Française (A.O.F.) et de l’Afrique Equatoriale Française (A.E.F.) titulaires au titre militaire de la Légion d’honneur, de la médaille militaire ou encore pensionnés de guerre ou anciens combattants.

Le 10 juillet 1940, il n’assista pas au vote donnant les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain. Le 21 juin 1940, il embarqua à bord du Massilia qui devait transporter les parlementaires français dans la perspective de créer un gouvernement d’opposition et de résistance à Casablanca.
À bord du Massilia se trouvaient des dizaines d’autres parlementaires dont Georges Mandel, Jean Zay et Pierre Mendès-France.
Tous arrêtés à leur arrivée à Casablanca, Galandou Diouf ne fut autorisé à regagner la France que le 18 juillet 1940.
Il s’éteignit en 1941 à Cannes.

Retour haut de page