Jean Collin (1924-1993)

Jean Collin fut un homme politique sénégalais d’origine française.
Il naquit à Paris le 19 septembre 1924 et fut formé à l’École nationale de la France d’outre-mer et à l’École des langues orientales
Maire, député, haut responsable du Parti Socialiste, plusieurs fois ministre, il fut au centre de la vie politique du Sénégal pendant une trois décennies, d’abord auprès du président du Conseil Mamadou Dia, puis des présidents de la République Léopold Sédar Senghor et Abdou Diouf, devenant le « numéro deux du régime ».
Après dix ans de services dans l’administration coloniale au Cameroun en 1946 puis à nouveau pendant les années 1950, à Diourbel et un bref intermède à la tête du service de l’information et de Radio-Dakar en 1948, il est nommé chef de cabinet dans le premier gouvernement de Mamadou Dia.
Il est successivement nommé gouverneur de la région du Cap-Vert, secrétaire-général du gouvernement et, de 1962 à 1964, secrétaire général de la Présidence.
Le 8 février 1964 le président Senghor le nomme ministre des Finances. Cette promotion se produisit quatre jours après le décès d’André Peytavin, autre Français naturalisé Sénégalais et devenu ministre. La présence simultanée de plusieurs Européens au sein du gouvernement paraissait alors difficile à envisager. Jean Collin conserva ce ministère jusqu’en 1971, quand il fut nommé ministre de l’Intérieur.
Seul ministre d’État et numéro deux du Parti socialiste, il fut de plus en plus contesté à la fin des années 1980 par l’opposition ainsi qu’à l’intérieur de son propre parti.
Lors du remaniement ministériel du 27 mars 1990, Abdou Diouf se sépara de Jean Collin. Il fut également démis de ses fonctions au sein du Parti Socialiste.
Jean Collin mourut le 18 octobre 1993 à Bayeux (Calvados) à l’âge de 69 ans.
Il fut inhumé au Sénégal, à Ndiaffate, village proche de Kaolack.
Jean Collin fut marié avec Adèle Senghor, une nièce de Léopold Sédar Senghor en 1948, puis en 1973, avec une autre Sénégalaise, Marianne Turpin.

Retour haut de page