Ousmane Sow, sculpteur

Ousmane Sow, sculpteur

Ousmane Sow, sculpteur

27 janvier 2014

Ousmane Sow, sculpteur sénégalais – 1935 – 2016.

1935 (10 octobre) – Naissance d’Ousmane Sow à Dakar, dans une famille de dix enfants, parents commerçants aisés, mère saint-louisienne et père dakarois.
1957 – Un an après la mort de son père, un brevet commercial en poche, Ousmane émigre en France, où il exerce divers petits métiers.
1958 – Il entreprend des études d’infirmier, tout en fréquentant les étudiants des Beaux-Arts et s’intéressant aux idées modernistes de Paul Klee, André Breton, Georges Braque, Max Ernst et du peintre cubain Wifredo Lam. Il rencontre quelques artistes africains résidant à Paris.
1961 – Il commence des études de kinésithérapeute, qu’il achève en 1963, année de la naissance de sa fille, N’Deye.
1965 – Ayant refusé la double nationalité, Ousmane Sow, désormais Sénégalais, ne peut plus travailler à l’Assistance Publique.
Marié, il retourne au Sénégal et crée le service de kinésithérapie de l’hôpital Le Dantec.
Cette même année, il reprend sa passion de jeunesse : la sculpture.
1966 – Première présentation d’une de ses sculptures (un bas-relief aujourd’hui disparu) au premier festival mondial des arts nègres de Dakar.
1967 – Naissance de son fils, David.
1968 – Ousmane Sow retourne en France et ouvre un cabinet privé à Montreuil.
Durant ses temps libres, il sculpte et tourne un petit film d’animation.
Il regarde les miniatures de Daumier au Musée d’Orsay. Il voit les ouvre de Rodin, Maillol et Bourdelle.
1978 – Retour, cette fois-ci définitif, au Sénégal, où il exerce son métier de kinésithérapeute en consacrant de plus en plus de temps à la sculpture.
1982 – Après son divorce, il s’installe dans la petite maison de Grand Medine, transforme la cour en atelier, et met au point le “produit”, réalisé, faute d’argent, à base de matériaux de récupération.
1987 – Achève, après quatre ans de travail, la série des Noubas, qu’il a vu photographiés par Leni Riefenstahl.
Ces sculptures inaugurent tout le travail futur : taille plus grande que nature et invention de la matière, le “Produit”.
1988 – Première exposition commandée par le Centre culturel français de Dakar, puis il expose à l’essencerie Total de Dakar.
1989 – Abandonne la kinésithérapie, achève la série des Massaïs, expose les Noubas au musée de la Vieille-Charité de Marseille,et à Bordeaux, Hangar 5.
1990 – Commence la série des Zoulous, expose à Troyes, musée d’art moderne, expose à Angoulême, musée municipal,expose à Orléans, musée de la Collégiale Saint-Pierre le Puellier,expose à la Citadelle de Calvi,expose à Paris, Arche de la Fraternité,expose à Bordeaux, hôtel de ville de Peyssac
1991 – Il expose à Montbéliard, Centre d’art contemporain, il expose à Saint-Amand-les-Eaux, musée municipal,au Japon, au Kanda Ogawa Machi Chiyoda Ku de Tokyo et à Osaka,au musée Fabre de Montpellier.
1992 – Il présente deux Noubas à la Documenta de Kassel, il expose à Riom, musée F. Mandet,à Saint-Denis, au Carrefour des cultures de l’Océan Indien, à Marseille, au théâtre du Merlan.
1993 – Il commence la série des Peuls.
1994 – Il expose à Amiens, Maison de la culture, il expose à Berlin, Alter Strassenbahnbetriefshof,à Paris, au CIES, à Besançon, Galerie de l’Espace Planoise.
1995 – Deux de ses sculptures, le Nouba assis et le Nouba debout clôture l’exposition du Palazzo Grassi, à l’occasion du centenaire de la Biennale de Venise, il expose à Genève, au Palais des Nations-Unies,à Dakar, à l’Assemblée Nationale,à Paris à La Galerie.
Il entreprend la série des Indiens.
1996 – Il expose à Toulouse, au Pont Neuf et à Roanne, au Musée Dechelette.
1997 – Il expose à Venours, au Rur’Art, à Bruxelles, Médiatine.
1999 – Exposition des Indiens à Dakar, au site du Mémorial de Gorée,
Grande rétrospective à Paris, au Pont des Arts ; il expose à Tours, boulevard Heurteloup.
2007 – Terre Noire au Musée Maurice Denis de Saint-Germain-en-Laye.
2010 – Exposition des peuples d’Afrique au Quai à Angers.
Ousmane Sow est aujourd’hui considéré comme l’un des plus grands sculpteurs contemporains.

Oeuvres connues :

La série Nouba, réalisée entre 1984 et 1987 : douze sculptures ou groupes de sculptures et représente des guerriers et lutteurs Nouba (ethnie du sud du Soudan).
La série Masaï, réalisée entre 1988 et 1989 : six pièces, dont quelques-unes sont formées de deux sculptures, représentant deux femmes, quatre hommes, un enfant et deux buffles, de l’ethnie Masaï vivant au Kenya et en Tanzanie.
Les pièces isolées :
Gavroche (une pièce représentant un garçon et un homme),
Marianne et les Révolutionnaires (trois pièces représentant une femme et deux hommes)
et Toussaint Louverture et la Vieille Esclave (deux pièces figurant un homme et une femme) toutes réalisées en 1989 pour le Bicentenaire de la Révolution française (sur commande du Président français François Mitterrand).
La série Zoulou, réalisée entre 1990 et 1991 : sept personnages constituant la scène de Chaka, fondateur de la nation Zoulou.
La série Peulh, réalisée entre 1993 et 1994, : cinq sculptures représentant des scènes familiales, quotidiennes et rituelles.
La série Little Big Horn, réalisée entre 1994 et 1999 : vingt trois personnages et huit chevaux, représentant des scènes de bataille ; la sculpture devient résolument narrative.
Les bronzes tirés de ses originaux, réalisés entre 2001 et 2004 :
la Danseuse aux cheveux courts (série Nouba),
le Lutteur debout (série Nouba),
la Mère et l’Enfant (série Masaï),
le Lanceur (série Zoulou),
Sitting Bull en prière (Série Little Big Horn).
En 2001 et 2002, il réalise pour le Comité international olympique, Le Coureur sur la ligne de départ et à la demande de Médecins du monde, une statue de Victor Hugo pour la « Journée du refus de l’exclusion et de la misère » (installée à Besançon, place des Droits de l’Homme).
En 2008, sur commande de la ville de Genève, Ousmane Sow a réalisé une statue de bronze représentant un homme assis en train de lire en hommage aux immigrés sans-papiers.

A noter également la maison multicolore au bord de l’Océan, à Tondoup Rya, qu’il construit comme une oeuvre inspirée, depuis des années. Lieu encore inachevé qui symboliserait le Sphinx, dont la création-transformation accompagne la naissance de ses oeuvres sculptées dans la cour transformée en véritable charnier de corps incomplets et de matière mystérieuse avec pour seul témoin le ciel bleu de l’Afrique.
En projet, une série sur les Egyptiens : inspiration des corps embaumés pour la vie éternelle ?

Ousmane Sow est décédé à Dakar le 1 décembre 2016.