Le Fort de Podor

Fort de Podor
Fort de Podor

Dès 1744, les Français occupent le site de Podor avec la construction d’un premier fort par le gouverneur de la concession du Sénégal, Pierre Barthélémy David, au profit de la Compagnie des Indes.

1758-1783 : occupation du site par les Anglais, puis abandon du fort tombé en désuétude suite à la décadence du commerce.

1853-1854 : expédition militaire dans le Fouta pendant laquelle Podor est prise d’assaut ; en mai 1854 le drapeau français flotte sur les ruines de l’ancien fort. Du 27 mars au 1er mai, le capitaine du génie Faidherbe restaure l’enceinte et l’équipe de baraquements provisoires en attendant la construction des bâtiments intérieurs vers 1860. Devenu général, Faidherbe, promu par deux fois gouverneur du Sénégal, laissera une profonde empreinte encore reconnue aujourd’hui.

Ce Fort assurait la mainmise militaire et administrative des Français sur le Fouta. Il permit aussi aux commerçants Saint-Louisiens et aux négociants européens de développer l’Escale, au sud du Fort.

En bordure du fleuve, c’était un alignement de maisons aux murs ocres, faisant face à la Mauritanie et ouvertes à l’arrière sur la rue commerçante. Aujourd’hui, le long des quais empierrés, à l’ombre des caïlcédrats centenaires, ce quartier original et majestueux témoigne de l’importance exceptionnelle du commerce traditionnel de mil, gomme arabique,  ambre, venus de Mauritanie par caravanes.
Les produits étaient ensuite chargés sur les bateaux qui redescendaient le fleuve jusqu’à Saint-Louis, d’où l’expression “Podor entre caravelles et caravanes”.

Voir : Podor

Fort de Podor
Retour haut de page