Diary Sow : « Soyons des féministes épanouies ! »

Par Jeune Afrique

La jeune Sénégalaise dont la disparition début janvier avait mis le pays en émoi est intervenue lors d’un forum organisé à Saint-Louis, le 25 mars. Elle y a dénoncé l’ordre patriarcal et un modèle d’éducation féminine dont elle veut s’affranchir.

Quand son visage apparaît à l’écran, dans la salle de conférence, nombreuses sont les participantes, très largement majoritaires, à sortir leur téléphone portable pour immortaliser l’instant. Diary Sow, l’étudiante et autrice dont la disparition a occupé la une des journaux sénégalais pendant plusieurs semaines, provoquant une vague d’inquiétude au sein de l’opinion publique qui s’est parfois muée en flot de récriminations lorsque la jeune femme a été « retrouvée », quelques semaines plus tard, intervenait en visioconférence dans le cadre du « Forum exclusivement féminin ».

L’évènement, organisé jeudi 25 mars par l’Institut français de Saint-Louis, se définit comme une « plateforme de rencontres, d’échanges, d’initiatives, de formation entre femmes autour des trois domaines : entrepreneurial, littéraire et numérique ».

Diary Sow y est invitée à s’exprimer en qualité d’autrice. Sous le visage d’un ange, son second roman, a été publié aux éditions L’Harmattan le 16 janvier dernier, quelques jours avant que la jeune femme ne donne à nouveau signe de vie, expliquant avoir voulu « prendre une pause pour retrouver [ses] esprits ». Mais son intervention se mue en un réquisitoire en règle contre les carcans du paternalisme en général et les pesanteurs de la société sénégalaise en particulier.

Polygamie et violences

Lisant le texte qu’elle a préparé à l’avance, elle explique à son auditoire avoir écrit, au départ, « pour [sa] satisfaction personnelle ». Mais très vite, le ton se fait militant. « J’ai observé les femmes dans mon entourage, elles étaient en quelque sorte le reflet de mon moi futur. C’était les modèles que j’étais censé suivre, des modèles supposés parfaits », raconte-t-elle, citant, parmi les « qualités » que proposaient ces modèles, « la loi du silence », le « stoïcisme » et  « l’acceptation facile des choses », comme autant de « bases de l’éducation féminine sénégalaise ».

Lire la suite …

Retour haut de page