Haïdar El Ali

Haïdar El Ali, «l’un des cent écologistes les plus influents de la planète», naquit le 27 janvier 1953 à Louga.

Il présida aux destinées de l’Oceanium de Dakar pendant plusieurs années avant d’en devenir membre honoraire.

Le 3 avril 2012, il fut nommé ministre de l’Écologie et de la Protection de la nature dans le gouvernement d’Abdoul Mbaye, puis, en septembre 2013, ministre de la Pêche et des Affaires maritimes au sein du gouvernement d’Aminata Touré. Poste dont il démissionna en juillet 2014.

Depuis 2019, il est le directeur général de l’Agence sénégalaise de la reforestation et de la Grande muraille verte.
Haïdar El Ali est l’enfant d’une famille libanaise qui immigra au Sénégal dans les années 1940.
En 1984, il passa son diplôme de plongeur professionnel, et devint directeur de l’Océanium de Dakar, alors simple école de plongée.
En 2002, lors du naufrage du ferry le Joola assurant la liaison maritime Ziguinchor / Dakar (près de 2000 victimes), il fut l’un des premiers sur les lieux de la catastrophe.
Très actif contre la surpêche, Haidar El Ali a organisé la dépollution de l’océan au large du Sénégal. Il s’agit de récupérer les milliers de filets de pêches abandonnés, qui continuent à emprisonner – et donc tuer – les poissons. L’équipe de l’Océanium en a déjà enlevé 1 000.

En 2004, il entreprit la reconversion de l’économie de pêche en écotourisme dans le delta de Saloum.

Ecologiste convaincu, il ne cesse de sensibiliser les différentes couches de la société sénégalaise à la nécessité de vivre en harmonie avec la nature.
En 2009, Haidar El Ali permit de replanter 30 millions de palétuviers en Casamance.
En 2019, il fut nommé directeur général de l’Agence sénégalaise de la reforestation et de la Grande muraille verte par le président Macky Sall, avec pour tâche de mener à bien le projet au Sénégal.

Retour haut de page