24 e édition du Fespaco

24 e édition du Fespaco

24 e édition du Fespaco

25 février 2015

Cette année, la 24 e édition du Fespaco se déroulera du 28 février au 7 mars à Ouagadougou (Burkina Faso).

Il s’agit du plus grand festival panafricain du cinéma et de la télévision, qui, pour la première fois, ouvrira sa compétition pour l’Étalon d’Or à la diaspora africaine et aux films réalisés en numérique.

Malgré la révolution, les peurs générées par Ebola et une certaine instabilité politique, les organisateurs du Fespaco n’ont pas changé d’avis quant à la tenue du festival, la fierté de tout un continent. L’ambassadeur du Burkina Faso en France a bien répété que les festivaliers pourront se sentir en sécurité et le ministre burkinabè de la Culture de préciser qu’il n’y a aucun cas d’Ebola signalé au Burkina Faso et que le service de sécurité sera renforcé.

 720 films qui sont le reflet d’une Afrique dynamique ont été envoyés et 134 sélectionnés pour les cinq sections. 20 films se trouvent en compétition pour le trophée de l’Étalon d’or.

Le jury de la catégorie phare des longs métrages sera présidé par le réalisateur ghanéen Kwaw ANSAH (Grand prix du Fespaco pour Heritage Africa en 1989).

Cette année, vont être présentés des films comme Timbuktu, l’œuvre du Mauritanien Abderrahmane SISSAKO sur les jihadistes à Tombouctou, qui est également nommé pour l’Oscar du Meilleur film étranger. Philippe LACOTE présentera Run, sa vision de la crise ivoirienne. Dans C’est eux les chiens, Hicham LASRI s’attaque au Maroc d’aujourd’hui à partir des « émeutes du pain» dans les années 1980. Il y aura le Printemps tunisien réalisé par Raja AMARI, mais aussi Fièvres, l’histoire mise en scène par Hicham AYOUCH entre un père et un fils déracinés habitant la banlieue parisienne.

Pour la première fois, des films de la diaspora africaine feront partie de la compétition et les réalisateurs ne seront plus contraints de réaliser ou convertir leur film en 35 millimètres.

Hugues Dias, directeur de la de la Cinématographie du Sénégal, a déclaré que le cinéma sénégalais n’ira “pas avec la grosse tête” mais compte bien marquer sa présence au Fespaco.
Il a précisé : “le produit culturel est relatif. Ce n’est pas parce qu’un film gagne des Oscars, des Césars qu’il sera primé au FESPACO. Le FESPACO est une autre réalité, une réalité africaine. Je pense que tous les films se valent et il y a des critères” pour les départager… Nous allons avec nos expériences positives mais aussi pour recueillir des d’expériences d’autres pays qui peut-être nous devance sur certains points… Nous sommes dans des pays où la récession financière est criarde, donc nous allons faire avec les moyens du bord et nous pensions représenter comme nous l’avons fait en 2013 le Sénégal haut la main, dignement mais surtout avec les prières du peuple…”

Au total, quatre films sénégalais figurent dans la programmation du FESPACO 2015 dont le thème est “Cinéma africain: production et diffusion à l’ère du numérique“. Il s’agit de “Des étoiles” de Dyana Gaye (long-métrage), “Muruna” de Moly Kane (court-métrage), “Momsarew” d’Alassane Diagne (documentaire) et “Sagar” de Pape Abdoulaye Seck (Ecoles).

Deux films seront hors compétition : “Mbeubeuss” de Nicolas Sawolo Cissé et “Dakar Trottoir” de Hubert Laba Ndao.