Au Sénégal une école de pointe(s)

Au Sénégal une école de pointe(s)

Au Sénégal une école de pointe(s)

Non loin de Dakar prospère l’École des sables, la plus grande école de danse contemporaine d’Afrique, dont les élèves sont âgés de 7 à 77 ans. Un lieu étonnant de paix et de création où viennent enseigner des chorégraphes et des professeurs du monde entier.

C’est au bord de l’Atlantique, à 50 kilomètres de la capitale du Sénégal, que se trouve la plus grande école de danse contemporaine d’Afrique: deux salles de répétitions – le sol de l’une est en sable, celui de l’autre, en bois – et un ensemble de petits bungalows. L’ensemble constitue l’École des sables. Un lieu étonnant, tenu à bout de bras par Germaine Acogny.

Figure incontournable de la danse contemporaine mondiale, la chorégraphe a toujours gardé avec son Sénégal natal des liens forts et féconds. C’est grâce à elle qu’est né en 1977, sous l’impulsion de Maurice Béjart et du président Léopold Sédar Senghor, l’École Mudra Afrique, jumelle de l’école que le célèbre chorégraphe avait créée à Bruxelles. Visionnaire, Béjart rêvait que les nouvelles générations de danseurs suivent une formation non seulement pluridisciplinaire, mais intercontinentale. Germaine Acogny a réalisé ce rêve à sa manière, avec une école panafricaine. Si Mudra Afrique a dû fermer ses portes en 1983 pour des problèmes de financement, l’école aura exercé durant ses cinq années d’activité une influence colossale, à la mesure de l’aura de sa directrice. Et donné à la danse africaine et à ses interprètes un écho mondial. Les apparitions en scène de cette immense artiste à l’inépuisable énergie et au physique impressionnant – grande, cheveux ras – n’ont jamais cessé d’éblouir et sa renommée a imposé l’École Mudra Afrique. L’École des sables qu’elle a créée en 2004 en est le ­prolongement logique.

Lire la suite de l’article…
Sources : François Delétraz (texte) et Vincent Boisot (photo) pour Le Figaro Magazine

Retour haut de page