Les pêcheurs du Sénégal

Les pêcheurs du Sénégal

Les pêcheurs du Sénégal aux prises avec les navires chinois et européens

La journaliste Valérie Gauriat nous emmène au Sénégal pour voir comment ces deux sujets sont étroitement liés. Elle s’est rendue à Saint-Louis, un haut lieu de la pêche où les professionnels font face à un épuisement des ressources halieutiques. Alors qu’ils sont nombreux à accuser l’accord de pêche entre l’Union européenne et le Sénégal de mettre en péril leurs moyens de subsistance, la crise pousse de nombreux jeunes à rejoindre illégalement l’Europe. Le récit de notre reporter.

En arrivant dans la ville côtière de Saint-Louis après quatre heures de route depuis Dakar, la capitale du Sénégal, les images d’un précédent voyage dans ce haut lieu du tourisme et de la pêche, affluent dans mon esprit. Je revois les innombrables pirogues multicolores accostant sur le rivage de sable blanc baigné de soleil de la côte Atlantique, les dizaines d’équipages de fiers pêcheurs lébous, les plus réputés du Sénégal, débarquant des caisses remplies à ras bord de poissons, les femmes suivies par des hordes d’enfants joyeux, se bousculant pour obtenir leur part pour la transformation ou la vente locale.

Des scènes d’un autre temps. Rongée par l’érosion et couverte de détritus, la bande de sable de la Langue de Barbarie a depuis, été désertée par les bateaux de pêche qui à présent, débarquent leurs prises sur les rives du fleuve Sénégal.

L’agitation est toujours là, mais la joie dont j’avais été témoin il y a si longtemps a a fait place à la colère. “Le poisson est pourri, les bateaux étrangers polluent la mer! Regarde ça!,” s’écrie une poissonnière, en agitant des poissons peu engageants devant ma caméra.

“On repart comme on est venues, sans rien !” lance une autre à ses côtés en nous montrant les seaux vides qu’elle ramènera chez elle.

Lire la suite de l’article…
Sources : Valérie Gauriat / Euronews (texte), Jean-Louis Delbende (photo)

Retour haut de page