gare à la variole du singe

Gare à la variole du singe !

Sénégal : gare à la variole du singe !

D’après les informations émises par l’Organisation mondiale de la santé ou OMS, des cas de variole du singe positifs ou douteux ont été à de nombreuses reprises identifiés en Afrique occidentale. Ces cas ont notamment été détectés au Nigéria, au Ghana et en Guinée. Pour l’heure, au Sénégal, un état d’alerte a été mis place pour que le Centre des opérations d’urgence sanitaire puisse établir un plan de continuité et de contingence spécial. Les détails sur la situation.

Des cas diagnostiqués dans différents pays d’Afrique de l’Ouest

La variole du singe n’est pas loin, le Sénégal doit redoubler d’attention. L’OMS a indiqué que des cas positifs, ou du moins suspects ont été découverts en Afrique occidentale. 36 cas ont été confirmés au Nigéria, 2 en République du Congo, 10 en République démocratique du Congo, 3 au Cameroun et 8 en République centrafricaine.

Alors que le Maroc et le Ghana n’étaient pas concernés par cette maladie virale, aujourd’hui il semble qu’un cas ait été signalé au Maroc et 5 au Ghana. L’Éthiopie, le Mozambique, le Soudan, la Sierra Leone, l’Ouganda, le Libéria et la Guinée sont eux aussi touchés par le virus.

Cette situation est particulièrement inhabituelle, sachant que le problème s’applique à de plus de plus de pays de l’Afrique. Sur le plan mondial, il faut également souligner que l’évolution de la maladie est assez constante. Dans près d’une quarantaine de pays dans le monde, incluant 8 pays africains, 1900 cas ont été identifiés.

Pour l’OMS, il est grand temps de réagir afin de freiner la prolifération de cette épidémie. Ainsi, une assemblée d’urgence axée sur la variole du singe sera organisée pour déterminer s’il s’agit d’une urgence de santé publique à l’échelle internationale. Toutes les activités du quotidien restent inchangées. La population peut vaquer à ses occupations, travailler au bureau ou jouer sur casino777. Néanmoins, prudence reste de mise.

Établissement d’un plan de continuité et de contingence oblige

Depuis que les premiers cas de variole du singe sont apparus en Afrique occidentale, le Sénégal a décidé de consolider les contrôles sur les frontières. Des points de surveillance ont été mis en place à l’entrée du pays. Des réserves de vaccins ont par ailleurs été faites avec l’aide du bureau de l’OMS situé à Dakar.

La première découverte d’un cas de variole du singe chez l’homme date de 1970 en Afrique. Depuis ce jour, plusieurs autres cas ont été enregistrés dans les forêts tropicales, de même que dans les régions rurales.

La variole du singe est une maladie qui peut être transmise de l’animal à l’être humain, mais également d’un individu à un autre. Ceci, par le biais d’un contact très étroit avec un objet ou une personne atteinte de la maladie. Il peut s’agir d’un vêtement porté par la personne contaminée ou d’un linge qu’il a utilisé. Les gouttelettes respiratoires peuvent aussi transmettre le virus, ainsi qu’un rapport sexuel.

Comme l’a précisé l’OMS, les symptômes ont une durée comprise entre 2 et 4 semaines. Parmi les principaux signes de la maladie, l’on peut entre autres citer les lésions, les migraines accentuées, les éruptions cutanées, les douleurs au niveau des muscles, la fièvre, les ganglions lymphatiques qui enflent, la diminution de l’énergie ou les douleurs dorsales. Le taux de létalité de cette maladie virale varie de 3 à 6 %.

Dans tous les cas, même si le Sénégal ne connaît pas encore de cas positifs, il est clair que chacun doit faire preuve de vigilance afin d’éviter la propagation de la maladie. À titre d’information, sachez que certaines études expérimentales ont été effectuées sur la maladie. Celles-ci ont démontré que le vaccin contre la variole présentait une efficacité à hauteur de 85 % dans la prévention de la variole du singe. Ainsi, si vous avez déjà obtenu le vaccin contre la variole, la variole du singe peut se manifester sous une forme moins grave.

Retour haut de page