Sénégal Coupe du Monde 2002

Retour sur l’épopée fantastique du Sénégal à la Coupe du monde 2002

Rarement l’équipe nationale du Sénégal ne s’était autant fait remarquer à l’échelle internationale que durant ce mois de juin 2002 où emmenée par le regretté Bruno Metsu, l’équipe avait atteint les quarts de finale d’une Coupe du monde pour la première et seule fois de son histoire.

Vingt ans après ce magnifique anniversaire, les Lions de la Téranga retrouvent de nouveau la Coupe du monde après la dernière édition en 2018 où les coéquipiers de Sadio Mané n’étaient pas parvenus à passer la phase de poules. Au Qatar et dans des conditions bien différentes, ils tenteront de faire mieux et, pourquoi pas, de faire aussi bien qu’en 2002 où la sélection avait éclaté à la face du monde entier. Avec un brillant effectif comptant plusieurs joueurs des meilleurs clubs européens dont certains investissant en masse dans le eSport, preuve d’une certaine force d’investissement, le Sénégal peut nourrir des ambitions après son succès à la CAN. 

En attendant, retour sur une épopée magistrale lors du mondial disputé alors, au Japon et en Corée du Sud.

Un avant-mondial presque parfait 

Il n’aura fallu que deux ans à l’entraîneur français pour révolutionner cette équipe et tirer le meilleur d’un effectif sur le papier qualitatif. Malgré une défaite aux tirs au but lors de la finale de la CAN face au Cameroun, le Sénégal connaît alors son meilleur résultat dans cette compétition continentale. La progression n’était plus à démontrer et naturellement, le pays se montrait particulièrement scruté pour les phases de qualifications pour la CDM.

Toujours aussi brillants, les coéquipiers de El Hadji Diouf, pour sa part étincelant tout au long de ces qualifications, obtenaient leur ticket pour l’Asie et une première phase finale d’une Coupe du monde dans leur histoire ! Tombeurs du Maroc, de l’Algérie ou encore de l’Égypte, les Lions confirmaient alors leur nouveau statut en faisant tomber des sélections considérées comme les meilleures du continent africain.

Sénégal Coupe du Monde 2002
Souvenir immuable

Avec des étoiles dans les yeux, le Sénégal allait débuter le Mondial, sans trop savoir où placer ses ambitions.

Un rêve éveillé

Tombé dans le groupe A, la tâche semblait ardue pour l’un des cinq pays issus du continent africain dans cette compétition. En devant affronter le Danemark, l’Uruguay, mais surtout la France, tenante du titre, les Sénégalais étaient face à une montagne.

Or, le sommet fut gravi de manière retentissante dès la première journée, face à ces mêmes Français tombés de haut, une heure et demie plus tard ! Papa Bouba Diop, l’un des 22 joueurs de la sélection à évoluer en France, offrait la victoire au Sénégal et propulsait dans la crise le tenant du titre qui plus tard, n’allait même pas voir les huitièmes de finale !

Par la suite, Diao offrait le nul face au Danemark (1-1) et presque, l’assurance de se qualifier pour les matches couperets. Lors d’un match nul ahurissant alors que l’équipe menait 3-0 (terminé à 3-3), le pays entier se faisait peur, mais créait l’exploit en se qualifiant pour la suite.

football Sénégal
Le Brésil finira par remporter la compétition

Souvenir immuable pour tout un pays 

En huitièmes de finale, le Sénégal ne pouvait hériter que d’un gros morceau du football international, d’autant plus avec la seconde place du groupe. Première du groupe F devant l’Angleterre, la Suède s’imaginait probablement déjà en quarts de finale au moment d’affronter ce qui sera au final, l’équipe surprise de la compétition.

C’était sans compter sur Henri Camara qui envoyait tout un pays vers l’extase grâce un but en or en prolongations. Douze ans après le Cameroun, le Sénégal devenait seulement le second pays africain à accéder à ce stade de la compétition ! 

Malheureusement, les Sénégalais ne connaîtront pas le bonheur du dernier carré avec une issue identique, mais bien moins satisfaisante qu’au match précédent, avec un but turc durant les prolongations.

Cela n’empêchera pas la sélection de définitivement s’implanter parmi les références du football international et surtout, d’être accueillie en bonne et due forme par la population au retour d’Asie.

Retour haut de page