L’Abbé Boilat et les « Esquisses Sénégalaises »

L’Abbé Boilat et les « Esquisses Sénégalaises »

Un des premiers sénégalais à s’assimiler à la culture française, il fut le premier africain à étudier la culture et la société africaines du point de vue d’un occidental.

L’Abbé David Boilat est né en 1814 à Saint-Louis d’un père français et d’une mère signare, il fit partie d’un groupe de jeunes sénégalais choisis par des enseignants missionnaires pour étudier en France dans le but de se préparer à un travail d’enseignant au Sénégal.

Ayant reçu l’ordination en France en 1841, il retourna au Sénégal deux ans plus tard pour prendre en charge en 1843 à la demande du gouverneur Bouët-Willaumetz la direction de l’Enseignement. Après avoir fondé un collège secondaire, il eut de nombreux problèmes avec le personnel de l’établissement. L’institution cessa d’exister en 1849.

Transféré en 1845, Boilat quitta l’établissement, accusé de conduite immorale. Pendant son séjour à Saint-Louis et plus tard, dans l’île de Gorée, il étudia l’histoire et les sociétés de l’intérieur.

Son œuvre, qu’il illustra lui-même de beaux dessins, fut publiée sous le nom « Esquisses Sénégalaises » (1853).
Cet ouvrage développe aussi la philosophie d’assimilation de Boilat.
L’Abbé Boilat parle couramment le wolof et le sereer et dispose d’une très bonne connaissance des populations.
Il peut-être considéré comme le premier écrivain sénégalais francophone.

voir : Illustrations d’Esquisses Sénégalaises

PAS ENCORE DE COMMENTAIRES

Commencez une conversation

PAS ENCORE DE COMMENTAIRES !

Commencez une conversation.

Only registered users can comment.