Les B.D. de Mohiss au Sénégal

Afrique : terre d’accueil pour les dessinateurs européens
extrait d’une publication de Christophe Cassiau-Haurie (2008)
Si beaucoup de dessinateurs africains ont migré vers l’Europe pour tenter leur chance dans le milieu de la bande dessinée – notamment au cours de ces dernières années où la fuite des talents s’est accrue – la présence active de dessinateurs européens en Afrique est moins connue…

(Cliquer pour agrandir)

… Toujours au Sénégal, Mohiss de son vrai nom Richard Maurice, a vécu à Dakar pendant de nombreuses années où il a dessiné, avec un talent sans pareil, la vie sénégalaise de tous les jours.
Il serait actuellement professeur d’arts plastiques en région parisienne. Son oeuvre compte plusieurs albums.
Tout d’abord, L’écritoire (1983) et les aventures du car-brousse dans Tout passe dieu merci (1987) où les personnages étaient muets et les textes sans légendes.
Puis Baobab n’a pas d’épine (1994) où Mohiss choisit un échantillon de proverbes du Cap Vert qui se retrouvent sous des formes voisines un peu partout au Sénégal, voire en Afrique. Il propose un commentaire graphique de la maxime ; le texte et le dessin entretiennent alors des rapports de réciprocité.
Enfin, Petits jobs & gros boulots (1997), album magnifique qui croque avec un parfait sens de l’observation et beaucoup d’humour le quotidien du monde du travail en Afrique…

Extrait d’une publication de Christophe Cassiau-Haurie (2008)

Retour haut de page