Littérature au Sénégal

Littérature au Sénégal

La littérature sénégalaise, comme l’histoire du pays, est celle des influences africaines, arabes et européennes, mélangées au désir de progrès et à la tradition populaire. Très vivante et productive, c’est l’une des plus importantes de l’Afrique francophone ; elle voit se mélanger les idéologies européennes, le désir de progrès et la nostalgie des traditions populaires.

leopold_sedar_senghor

Léopold Sédar Senghor, reçu à l’Académie Française en 1983.

Elle est dominée par les écrits de Léopold Sédar Senghor, ardent défenseur du concept de la République du Sénégal, qui sut allier la fonction publique à une carrière d’écrivain fécond.
Ses poèmes (Chants d’ombre, 1945 ; Hosties noires, 1948 ; Ethiopiques, 1956 ; Nocturnes, 1961) ont établi sa renommée tout autant que ses puissants essais : Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache de la langue française, 1948 ; Nations et voies africaines du socialisme, 1961-1964 ; Liberté I à V, 1964-1993.

L’essayiste Cheikh Anta Diop, dont l’oeuvre a contribué à un renouvellement de la pensée historique africaine, fut lui aussi un apôtre de la négritude : dans Nations nègres et Culture (1954) il souligne le fait que l’Homme est né en Afrique et que la culture occidentale a vu le jour en Egypte.

D’autres auteurs de la génération de ces deux grandes figures de la littérature sénégalaise ont également laissé des productions promues aujourd’hui au rang de “classiques” de la littérature africaine : Alioune Diop, créateur de la revue “Présence Africaine”, Bakary Diallo (Force-Bonté, 1926, l’un des tout premiers romains africains), Birago Diop (Contes d’Amadou Koumba, 1947 ; Leurres et Lueurs, 1960), Ousmane Socé (Karim, 1935 ; Mirages de Paris, 1937), Abdoulaye Sadji (Tounka, 1952), David Diop (Coups de pilon, 1956), Ousmane Sembene (Les Bouts de bois de Dieu, 1960 ; Le Mandat, 1965 ; Xala, 1973), Lamine Diakhaté (La Joie d’un continent, 1954 ; Chalys d’Harlem, 1979), Cheikh Hamidou Kane (L’Aventure ambigüe, 1961).

A côté de Boubacar Diop (Le Temps de Tamango, 1981), toute une génération d’écrivains nés après 1945 donne aujourd’hui une nouvelle impulsion à la littérature sénégalaise : Cheikh C. Sow (Cycle de sécheresse, 1983), Amadou Lamine Sall (Mante des aurores, 1979).
A partir de 1976, on assiste à l’émergence des femmes écrivains : d’abord Mariama Bâ (Une si longue lettre, 1980), Aminata Sow Fall (Le Revenant, 1976), Nafissatou Diallo (De Tilène au Plateau, 1975) ; puis Ken Bugul (Le Baobab fou, 1982), Adja Ndeye Bouri Ndiaye (Collier de cheville, 1984), Catherine N’Diaye (Gens de sable, 1984).