La déception des agricultrices

COP 26 : déception des agricultrices

COP 26 : au Sénégal, la déception des agricultrices confrontées au réchauffement climatique

Ce samedi 13 novembre, les 196 pays représentés à Glasgow lors de la COP 26 se sont mis d’accord sur un texte censé contenir des avancées dans la lutte contre le réchauffement climatique. Des déclarations qui ne rassurent pas vraiment les agricultrices sénégalaises, qui subissent depuis plusieurs années les fortes chaleurs et la sécheresse.
Les cheveux enveloppés dans un morceau de tissu en wax coloré, leur bébé parfois accroché dans le dos, les unes arrosent tandis que les autres scrutent la bonne croissance des plants. Loin du tumulte de Glasgow, où se tenait la COP 26 jusqu’au samedi 13 novembre, les agricultrices du village enclavé de Sassal Gandiol, au Sénégal, tiennent bon malgré une chaleur écrasante. « Mais jusqu’à quand ? », interroge Awa Diouck, présidente du petit groupement de femmes agricultrices de son village, situé dans la région de Thiès, à 130 kilomètres à l’est de Dakar, la capitale.

Diagnostiquée positive au paludisme la veille, elle est accablée par la fatigue, mais tient à rester debout pour « montrer l’état de ses terres, tout aussi fatiguées qu’ [elle] au monde entier ». La récolte post-saison des pluies est aux tomates et aux piments. Mais cette année, comme les six précédentes, les rendements sont faibles. « La terre ne répond plus. Les pluies n’ont pas été assez abondantes, une fois de plus, déplore-t-elle. Et des maladies empêchent nos plantations d’aller au bout de leur développement. »

Lire la suite de l’article

Source : Marianne.net / Célia Cuordifede

Retour haut de page