Lacs et Fleuves du Sénégal

Lacs et Fleuves du Sénégal

Les lacs et fleuves du Sénégal :

Lac rose : Le lac Retba (ou lac Rose) est, avec l’île de Gorée, l’un des deux sites touristiques les plus visités à proximité de Dakar (35 km de distance).
Il doit son surnom à sa forte teneur en sel ; les algues microscopiques et les micro-organismes de son eau lui donnent une couleur rose. Selon l’heure et la lumière il passe par toutes les nuances du rose, jusqu’au mauve en fin d’après-midi. Sa renommée lui vient aussi du rallye Paris-Dakar dont il constituait la dernière étape. D’une superficie actuelle de 3 km² (qui ne cesse de diminuer) et peu profond, le lac est entouré de dunes qui le séparent de l’océan Atlantique.
Sa couleur est due à un organisme microscopique à l’origine un pigment rouge.

Le lac est situé sur le territoire du village de Sangalkam.
L’eau est particulièrement salée : 380 grammes de sel par litre.
L’exploitation saline, faisant vivre plus de 2 000 personnes (sénégalais, guinéen et maliens), a commencé dans les années 1970.
Les hommes, dans l’eau jusqu’à la taille, cassent le sel déposé sur le fond avant de le ramasser et de remplir des pirogues (il y en a plus de 800) d’une capacité d’une tonne. Les femmes débarquent les pirogues et entassent le sel sur les bords pour le sécher et le blanchir au soleil. Hommes et femmes s’enduisent le corps de beurre de karité afin de se protéger de la salinité corrosive.

Les 50 000 tonnes annuelles de sel sont destinées aux conserveries de poisson et à l’exportation vers les pays voisins.
En novembre 2005 un dossier a été déposé auprès de l’UNESCO en vue de son inscription sur la liste du patrimoine mondial.
Autour du Lac Rose de nombreux campements et auberges accueillent les touristes.

Le fleuve Csamance : arrivée à Ziguinchor

Le fleuve Csamance : arrivée à Ziguinchor

Fleuve Casamance : Long de plus de 300 km, le fleuve Casamance est la source de vie de la région méridionale du Sénégal qui porte son nom.
Ses principaux affluents sont le Diouloulou, le bolong de Kamobeul et le Soungrougrou.
La région est envahie par les marigots, canaux et ruisseaux.

Ce réseau hydrographique contribue à la richesse agricole de la région de Casamance.
Navigable jusqu’à Ziguinchor (principale ville de la région), le fleuve permit aux premiers colons portugais la pénétration de la région.
Cette navigabilité facilita la traite des esclaves depuis l’arrière-pays.

Le fleuve Gambie

Le fleuve Gambie

Fleuve Gambie : Le fleuve Gambie d’une longueur de 1 130 km (dont 500 km navigables) prend sa source dans le massif du Fouta-Djalon, en Guinée puis traverse le Sénégal et la Gambie. Au Sénégal, le fleuve traverse le parc national du Niokolo-Koba et les hippopotames n’y sont pas rares.

Il est source d’alimentation de nombreuses nombreuses mares constituant des points d’eaux pour la faune sauvage. Le fleuve rejoint l’Océan Atlantique à Banjul (capitale de la Gambie). La Gambie est un cours d’eau très irrégulier dont le débit moyen observé en fin de saison des pluies (septembre) est 90 fois supérieur à celui de la fin de la période sèche (juin).

Le fleuve Saloum

Le fleuve Saloum

Fleuve Saloum : Le fleuve Saloum, long de 250 km, s’écoule au Sénégal dans la région du Sine-Saloum et traverse notablement la ville de Kaolack. Dans la partie nord du delta du Saloum, les bras du fleuve rencontrent la mer en pénétrant la mangrove qui permet à de nombreuses espèces de poissons de s’y reproduire.

La navigation, principalement par pirogue, y est très risquée à cause de l’ensablement. De par la richesse de sa faune et de sa flore, le delta du Saloum est une réserve de biosphère (UNESCO) de toute beauté. Le delta compte plus de deux mille bras de fleuve d’eau saumâtre (les ‘bolongs’) qui sont soumis aux marées océaniques. La faune locale comprend : huîtres, crevettes, crabes violonistes, singes, phacochères, crocodiles, hérons goliath, martins-pêcheurs, pélicans, flamants roses, aigles pêcheurs et jabirus.

Les bords du fleuve Sénégal, près de Dagana

Les bords du fleuve Sénégal, près de Dagana

Fleuve Sénégal :  Le fleuve Sénégal, d’une longueur de 1 700 km, né de la rivière Bafing qui prend sa source dans la Fouta Djalon (Guinée) et de la rivière Bakoy.
Il a toujours été l’axe de communication principal avec l’empire du Mali. Il descend par une série de chutes jusqu’à Kayes (Mali) où il n’est plus qu’à 26 mètres au dessus du niveau de l’océan.
Dans la partie inférieure de son cours, en temps de crue, il forme sur ses rives des lacs qui lui rendront ses eaux en saison sèche.

Il est navigable en tout temps jusqu’à Podor, et, pendant la période des hautes eaux, de juin à septembre, jusqu’à Kayes.
Son estuaire est gêné par un mince cordon littoral : la Langue de Barbarie.
Le « Fleuve » est le point de rencontre des populations du désert de Mauritanie.
La région du Fleuve a également servi de zone d’expérimentation de techniques agricoles originales.
On peut encore voir à Richard Toll la « folie » du baron Roger (gouverneur au début du XIXème siècle), au milieu des restes d’un jardin d’essai.
De nos jours, la coopération internationale apporte une assistance technique aux cultures (riz, canne à sucre, etc…).

PAS ENCORE DE COMMENTAIRES

Commencez une conversation

PAS ENCORE DE COMMENTAIRES !

Commencez une conversation.

Only registered users can comment.