La pêche artisanale en crise

La pêche artisanale en crise

La pêche artisanale en crise

19 février 2015

La pêche artisanale au Sénégal est impactée par une crise durable ces dernières années dont la conséquence première est une paupérisation dans les communautés de pêcheurs.

La raison principale est la baisse des captures des différentes unités de pêche mais il faut également prendre en compte les augmentation des coûts incontournables : le bois pour la fabrication des pirogues, les moteurs hors-bord, les filets de pêche et le carburant (plus de 40% des charges d’exploitation des unités de production), etc.

D’autre part, les pêcheurs de Saint-Louis ont attendu pendant plus de 6 mois le renouvellement du protocole de pêche entre le Sénégal et la Mauritanie (les principales zones de pêche se situent dans les eaux mauritaniennes. Après des négociations difficiles entre la Mauritanie et le Sénégal, le protocole a été renouvelé avec une augmentation des licences (400 licences pour un tonnage de 50 000 tonnes, à 10 € / tonne). La Mauritanie a exigé un débarquement pour l’approvisionnement de son marché intérieur de 15% du quota. nous sommes bien éloignés des 300 000 tonnes que la Mauritanie a accordé à l’Union Européenne aux quelles il convient d’ajouter les quotas des flottes russes, chinoises et autres qui pour l’essentiel vont servir à faire de la farine de poissons.

Différents conflits ont vu le jour entre pêcheurs pour les raisons suivantes : utilisation de techniques de pêche interdites dans quelques localités (filets dérivants à Yoff, pots appâtés avec des déchets pourris pour la capture des poulpes à Yoff, incursion de pêcheurs dans les zones protégées de Ngaparou, de Joal et des îles du Saloum), conflits entre femmes mareyeuses ou transformatrices et des pêcheurs qui préfèrent écouler leurs productions à des mareyeurs d’usine travaillant pour l’exportation.

La paupérisation a occasionné une migration des pêcheurs vers certaines localités telles que Mbour, Joal, Kayar, les îles du Saloum, Kafountine, Diogué, Elinkine, Cap Skirring. En Casamance, nous constatons une migration internationale, en plus de l’arrivée de pêcheurs de la région de Dakar, de la Petite Côte, des Ghanéens, des Guinéens, des Sierra Léonais, des Maliens, des Congolais, des Camerounais, …
Les conséquences sur le niveau des stocks sont évidentes.
Un autre facteur de la crise profonde rencontrée par les pêcheurs artisans du Sénégal étant les bateaux pirates pratiquant un pillage systématique des ressources halieutiques.

Les changements climatiques ont aussi leur part de responsabilité dans l’appauvrissement des zones de pêche : de nombreuses espèces migrantes ont changé d’itinéraire et s’éloignent de plus en plus des côtes occasionnant des frais supplémentaires et des risques pour les flottes artisanales qui sont obligées de fréquenter le large avec leurs pirogues peu adaptées. Les naufrages, disparitions en mer et décès se multiplient (moyenne de 95 décès par an).