Parc National de la Langue de Barbarie

Parc National de la Langue de Barbarie
Cordon de sable entre deux flots, conquis dès le XVIe siècle par le navigateur portugais Dinis Dias, la « Langue de Barbarie » née de l’affrontement du fleuve et de l’océan, s’étire sur plusieurs kilomètres au sud de Saint-Louis.

Douce et fragile, menacée à chaque crue ou marée, elle tend à céder malgré l’entêtement des filaos et palmiers, pour finalement s’épuiser à l’estuaire, face à la puissance des flots.
Bien à l’abri sur l’autre rive du fleuve, le continent vit.
Tel un oasis à la lisière de la brousse, le gandiolais joue de ses couleurs et de ses charmes.
Au-delà des paletuviers des dunes, les villages s’affairent au rythme des pirogues bigarrées.

Du rivage, leurs habitants tirent sel, épices et oignons qui accommoderont riz, poissons et crustacés.
Territoire d’un équilibre fragile entre la nature et l’homme, cet ensemble remarquable est inclus dans le Parc National de la Langue de Barbarie.
Couvrant 2 000 hectares, ce parc créé en 1976 comprend l’estuaire du fleuve Sénégal, l’extrémité sableuse de la Langue, les marigots bordant le continent ainsi que deux îlots situés au milieu du fleuve.
C’est du continent que vous aborderez le Parc.

Dès que vous quitterez Saint-Louis, vous serez surpris par la variété des paysages et la convivialité de l’atmosphère. Avant d’embarquer, vous traverserez le marigot où les femmes tassent le sel que laisse le fleuve en s’évaporant.

Animés par leurs marchés, vous découvrirez, au long du fleuve, les villages de maraîchers et de pêcheurs situés dans le périmètre du Parc.
Alors commence l’approche du fleuve. Protégés par le fragile cordon de sable de la Langue, vous évoluerez lentement vers les ilotes aux oiseaux, croisant les pirogues revenant de leur campagne de pêche.

Sites privilégiés de par leur situation géographique, ces ilotes accueillent chaque année, d’avril à octobre, des milliers d’oiseaux migrateurs, le temps de la nidification.
Toutefois, sans accoster pour ne pas déranger les nicheurs, vous reconnaîtrez avec l’aide de votre accompagnateur et du garde du Parc, les aigrettes garzettes et dimorphes, les vanneaux éperonnés, les dendrocygnes veufs, les sternes caspiennes et royales, les goélands railleurs et autres mouettes à tête grise…
En poursuivant votre découverte vers l’embouchure, vous observerez les groupes de pélicans et de flamants, qui, à votre approche, s’éloigneront en un vol ample et majestueux.

Loin de passer la barre, vous aurez la possibilité de prendre le temps de profiter de la beauté de ce site salin et sableux.
Vous jetterez l’ancre sur les plages intérieures de la Langue de Barbarie, à l’abri des courants, et vous pourrez apprécier l’apaisement des eaux. Géré par la Direction des Parcs Nationaux, du Ministère de l’Environnement et de la Protection de la Nature, ce site ouvert toute l’année, présente en toute saison un intérêt renouvelé.

(Source : Syndicat d’Initiative et de Tourisme de Saint-Louis)

Faune de la Langue de Barbarie :
Aigrette dimorphe
Aigrette garzette
Flamant rose
Héron garde-boeuf
Hirondelle
Oie de Gambie
Pélican blanc
Pélican gris
Sterne
Sterne Caspienne
Tisserin
Vanneau éperonné
Capitaine
Langouste
Requin
Tortue
Flore de la Langue de Barbarie :

Acacia, Figuier de Barbarie, Filao, Palmier



View Larger Map


Les parcs nationaux et réserves naturelles du Sénégal :

PAS ENCORE DE COMMENTAIRES

Commencez une conversation

PAS ENCORE DE COMMENTAIRES !

Commencez une conversation.

Only registered users can comment.