Les régions touristiques du Sénégal

Les régions touristiques du Sénégal

Dakar :

Dakar a connu son développement urbain récemment et devint capitale au milieu du 19ème siècle, lorsque l’administration coloniale française la préféra à Gorée. Le petit port en haut profonde qui en faisait son grand attrait devint progressivement une ville de plusieurs dizaines de milliers d’habitants au début du 20ème siècle et en compte près de deux millions aujourd’hui, en faisant une des principales villes d’Afrique de l’Ouest.

La ville est située sur une presqu’île dont le cap plonge vers l’Amérique du Sud et compte de nombreux points de vue : le Cap Manuel, la pointe des Almadies, la pointe de Dakar face à l’ île de Gorée.

Juste en face de la ville, à 20 mn de chaloupe, l’île de Gorée, charmante et accueillante, rappelle au visiteur le passé dou­loureux du pays.

En chemin vers Saint-Louis, le Lac Rose, protégé des brises de l’océan par les dunes et les filaos, est une halte obligatoire.

Saint-Louis et la Région du Fleuve :

Ancienne capitale de l’Afrique Occidentale Française (A.O.F.), troisième ville du pays et second port maritime, située à 270 km au nord de Dakar et à une dizaine de kilomètres au sud de la frontière mauritanienne, Saint-Louis du Sénégal fut fondée par des colons français au XVIIe siècle sur un site naturel extraordinaire : une île du fleuve Sénégal à moins de 100 mètres de l’océan. Son patrimoine bâti est remarquable et son charme indéniable en font une des destinations majeures du tourisme cultu­rel, balnéaire mais aussi écologique. Elle est entourée de deux parcs naturels classés au patrimoine mondial de l’Unesco : le parc national des oiseaux du Djoudj au nord et celui de la Lan­gue de Barbarie au sud.

La Petite Côte et le Sine-Saloum

Située entre Dakar et la région du Sine Saloum, cette vaste baie, longue de 120 km, offre des plages de sable blanc à per­te de vue. La mer calme et accueillante en fait un véritable paradis pour le tourisme et le farniente. Elle est jalonnée de villages devenus, pour beaucoup, des sites de villégiature pour dakarois fortunés. Un peu plus au sud on peut découvrir la région fascinante du Saloum, sanctuaire des oiseaux mais aussi paradis des pêcheurs et chasseurs.

La Casamance :

La Casamance, dont la principale ville est Ziguinchor, enclavée entre la Gambie et la Guinée Bissau, est une région marquée par le fleuve Casamance et son ethnie principale : les Diola.

Le fleuve Casamance, de plus de 300 km de long, est la source de vie de cette région méridionale du Sénégal. L’irrigation très dense et les précipitations violentes de la saison des pluies contribuent à faire de la Casamance la région agricole la plus riche du pays (riz, sorgho, mil, maïs, arachides, palmiers à huile, dattiers ou roniers, arbres fruitiers). La pêche ainsi que l’élevage sont des activités complémentaires. Ses côtes, dont Cap Skirring au sud, sont parmi les plus belles d’Afrique de l’Ouest et font le bonheur des amateurs de tourisme balnéaire, notamment d’octobre à mars.

Le Sénégal Oriental :

Le sud-est du Sénégal qui se confond avec la région administrative de Tambacounda est resté longtemps marginal, peu peuplé et urbanisé, à l’agriculture essentiellement vivrière. Cette région de 60 000 km² représente 30 % du territoire national avec seulement 500 000 habitants, principalement d’ethnie Peul et les Manding sans oublier les minorités So­ninké, Bassari et Bedik avec leur culture originale.

Dans le pays de la savane arborée et de la forêt de type soudano-guinéen, le touriste pourra découvrir la faune du Parc National du Niokolo-Koba (gazelles, phacochères, singes, lions, éléphants), une nature superbe, ou pratiquer la chasse. La meilleure période pour visiter la région se situe entre la fin mars et le début du mois de mai.

PAS ENCORE DE COMMENTAIRES

Commencez une conversation

PAS ENCORE DE COMMENTAIRES !

Commencez une conversation.

Only registered users can comment.