Joal-Fadiouth

Joal-Fadiouth
Joal – Fadiouth, deux villages situés sur la Petite Côte du Sénégal.

Le Président Léopold Sédar Senghor naquit à Joal en 1906.
En face, Fadiouth est un charmant village chrétien bâti sur une île artificielle de coquillages.
On y accède par un joli pont de bois enjambant la mangrove sur 1 km. Un autre pont de bois mène au cimetière, fait lui aussi de coquillages. De belles balades en pirogue vous mèneront aux greniers à mil sur pilotis ou dans la mangrove peuplée d’oiseaux. La messe de minuit à Noël est un régal de chants sérères.

Les origines de la ville restent controversées.
L’installation des Sérères dans cette zone pourrait s’expliquer par l’avancée des Almoravides qui les contraignirent au xie siècle à quitter la vallée du fleuve Sénégal pour venir occuper la Petite-Côte et la région du Sine.
Joal et Fadiouth pourraient aussi avoir été fondés par les Guelwar lorsqu’ils furent chassés du royaume du Gabou. Les deux versions trouvent aisément leur justification si l’on considère les patronymes les plus répandus aujourd’hui.
La période coloniale voit se succéder Portugais, Hollandais, Français et Anglais, et Joal devient l’un des plus grands comptoirs commerciaux de l’ouest du Sénégal.
Le développement du commerce triangulaire favorise aussi la pénétration chrétienne et dès 1636 des missionnaires s’installent sur la côte. Mais l’évangélisation rencontre une forte résistance et c’est seulement au 19ème siècle que le christianisme commence à prendre de l’importance, notamment grâce aux Français. En 1850 une mission est érigée dans le village et le premier prêtre y est ordonné en 1885.
C’est également à cette époque que l’on signale le passage à Joal de El Hadj Oumar Tall, comme en témoigne la mosquée construite en son hommage.
Un important patrimoine architectural rappelle cette grandeur passée, mais la plupart des édifices – dont le palais du gouverneur – sont menacés de ruine.

Joal - Fadiouth

Joal – Fadiouth

 

« Joal !
Je me rappelle ;
Je me rappelle les Signares à l’ombre verte des vérandas.
Les Signares aux yeux surréels comme un clair de lune sur la grève.
Je me rappelle les fastes du couchant.
Où Koumba N’Dofène voulait faire tailler son manteau royal ;
Je me rappelle les festins funèbres fumant du sang des troupeaux égorgés.
Du bruit des querelles, des rhapsodies des griots.
Je me rappelle les voix païennes rythmant le Tantum Ergo.
Et les processions et les palmes et les arcs de triomphe …. »

Léopold Sédar Senghor
Chants d’Ombre


Agrandir le plan


Accès aux pages des principaux villes & villages du Sénégal :

PAS ENCORE DE COMMENTAIRES

Commencez une conversation

PAS ENCORE DE COMMENTAIRES !

Commencez une conversation.

Only registered users can comment.